Transfo Pays de la Loire / Semaine 10 / La fin n’est qu’un commencement !

(une fois n’est pas coutume, nous nous limiterons pour cette semaine à un seul billet récapitulatif forcément non exhaustif mais que nous espérons expressif sachant que les photos sont toujours là pour compléter…)

Dernière semaine, derniers jours, nous y voilà donc ! Après 2 ans d’expérimentationS, voilà le moment de clore le chapitre Transfo Pays de la Loire… Et d’officialiser le lancement de l’équipe innovation de la Région !

D’abord une question : puisque nous parlons sans cesse d’expérimenter, puisqu’il n’a jamais été question d’autre chose que de faire, d’essayer, de tester encore et toujours, pourquoi notre dernière semaine devrait-elle être différente ?!

N’ayant trouvé aucune raison valable à nos yeux, nous avons concocté avec l’équipe innovation un programme des plus concrets et opérationnels :
- le sujet compliqué de "la proximité de la Région avec ces usagers" à ré-interroger (en vue d’un travail plus approfondi dans les mois à venir)
- une douzaine d’agents régionaux venus de différentes directions à embarquer avec nous dans l’aventure pour partager principes et méthodes et, peut-être demain, devenir des ambassadeurs au sein de la Région
- une première occasion pour l’équipe innovation d’être pleinement animateurs-passeurs d’une telle démarche

Et comme il se doit, l’expérience fut riche, intense et par conséquent difficile à décrire. De façon tout à fait normale, même les agents qui travaillent depuis 2 ans avec nous, depuis le début, avec lesquels nous avons donc eu amplement le temps de théoriser et de réfléchir, ont parfois eu des difficultés à trouver leur marques, montrant ainsi que rien ne vaut l’expérience maintes et maintes fois renouvelée. Comme l’a souligné Simon Munsch, Directeur Général des Services, en découvrant les résultats de la semaine, il s’agit en effet d’une posture de prise de risque, de requestionnement permanent et donc d’une forme d’inconfort que celle que nous proposons. Une posture qui fait aussi appel à des compétences spécifiques d’animation et de formalisation. Ca n’est pas simple…

Et pourtant, visiblement, quel pied ! A en juger, en fin de semaine, par les mines réjouies des agents nouvellement embarqués dans l’aventure, le plaisir est là ! En 2 jours, ils ont été gentiment malmenés. On les a fait passés à vitesse grand V par toutes les étapes de la démarche : questionnement du sujet, formulation des problématiques, immersion, dépouillement et prototypage. Ils ont fait face à un sujet réputé difficile et ce qui ressort de notre débrief collectif du vendredi matin, c’est globalement le plaisir d’avoir partagé cette expérience, d’avoir découvert d’autres méthodes et l’envie de continuer dans ce sens. Michel Gadreau, président du groupe local de la Cimade, interrogé la veille sur la question de la proximité et venu voir les résultats, nous l’exprimait ainsi : "en venant à la Région, je ne m’attendais pas à une réunion aussi réjouissante !"

Retours sur les 2 jours d'expérimentation

Retours sur les 2 jours d’expérimentation

Alors bien sûr, tout n’est pas rose. La frustration est notamment grande de n’avoir eu que 2 jours pour tout ça. On peut aussi clairement entendre l’inquiétude que les changements vécus ne soient qu’éphémères. Mais l’intérêt pour les méthodes proposées est bien là et la capacité de ces méthodes à proposer des solutions concrètes intéressantes, ou tout au moins questionnantes, est déjà bien mise en valeur par les prototypes de la semaine : scénario extrême d’un courtier en financement public, mise en place d’une caravane régionale remplaçant l’Hôtel de Région, élus invités à pratiquer le « dis-court » et limitation de l’usage systématique des logos… Les réactions ne se sont d’ailleurs pas faites attendre face à certaines propositions qui "remettent en cause les principes actuels", preuve que le sens induit par les formes est bien perceptible.

Les idées proposées (cliquer pour voir en grand)

Les idées proposées (cliquer pour voir en grand)

A ce stade, trois questions se posent et ne devront pas être oubliées en route :
1/ Concernant la proximité proprement dite, comment ces préliminaires et ces exercices « débutants » vont pouvoir alimenter le vrai travail à venir ? Quels liens, quelles passerelles, et peut-être aussi quelles implications des agents ayant vécu la semaine dans cette suite ?
2 / A l’issue de ces 3 ateliers, les nouveaux « ambassadeurs » ont reçu un diplôme symbolique : comment le faire vivre ? Le valoriser ? Que vont faire les ambassadeurs ? Comment ?
3 / Ces 3 ateliers représentent tout juste le début d’une formation à ces nouvelles méthodes de travail, une sensibilisation initiale. Avec les agents de l’équipe innovation, c’est un processus de 2 années entière qui les amène aujourd’hui à bien appréhender la globalité de la démarche. Alors comment dépasse-t-on le stade d’ambassadeurs et permet-on la montée en compétence ?

Les agents de l’équipe innovation eux-mêmes n’ont pas tardé à tirer quelques conséquences de cette nouvelle expérience. En effet, lors de notre dernier débrief "resserré" du vendredi après-midi, beaucoup de choses ont pu être échangées et discutées sur ce dernier test : après les modes opératoires et les postures d’animateurs, cette fois les agents sont devenus passeurs, transmetteurs, et à leur tour accompagnateurs. Pas simple évidemment, beaucoup de doutes, beaucoup de moments pas faciles à gérer sur le coup, surtout en travaillant à plusieurs « non expérimentés »… La prochaine session de partage de la démarche en interne a rapidement été évoquée et l’idée de réduire le nombre de participants (initialement plus grand que celui de cette semaine) afin d’être dans une posture d’accompagnement maitrisée a ainsi vite été plébiscitée.

Encore une fois, rien de tel que de se confronter à un premier test avant d’envisager le second ! Même s’il faudra toujours de nouvelles expériences (et de nouveaux ratés !) pour se sentir plus à l’aise et acquérir les réflexes nécessaires, de nombreuses questions concrètes ont été touchés du doigt, par le faire et l’action (le tout nouveau "book de la fonction innovation" s’en fait d’ailleurs l’écho).

Toutes ces questions, et bien d’autres, l’équipe de résidents les laisse aujourd’hui dans les mains de l’équipe innovation, en lui souhaitant surtout bonne route, bonne humeur et réflexivité dans tout ce qui les attend. Merci beaucoup pour l’accueil qui nous a été réservé et pour toutes les choses que nous avons découvertes et apprises (et oui, ça marche dans les 2 sens) ! Nul doute que la communauté de pratique qui se forme petit à petit (un "apéro innovation" organisé le jeudi soir nous l’a confirmé) devrait donner l’occasion d’échanger encore un peu…

Equipe-innovation-PDL

Semaine 9.2 : préparer la construction du labo

La construction du Labo est l’objet prioritaire de la Transfo. Dans le cas de PACA, cette construction a commencé en mai 2013 par la tenue de  plusieurs ateliers qui ont produit des formes intéressantes de fonctionnement, des grands principes dans les méthodes et dans l’action, des idées pour la mobilisation.

A la rentrée, les résidents de la Transfo et les complices se sont fixés pour objectifs de mettre en œuvre par des expérimentations en « milieu réel » le résultat des travaux des ateliers (voir blog 7.2).

Deux projets ont éprouvé la résistance du scénario labo : le projet du lycée Claret à savoir le recours dans un premier temps à une Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) pour la réalisation d’une prestation de design des politiques publiques avec les agents de la Direction des Lycées.

L’autre projet « Mon avenir Num’ERIC » se déroule dans la continuité du travail sur les emplois d’avenir avec pour opérateur l’école de Design de l’Université de Nîmes.

Une mission de coordination importante

La mission de l’AMO dans ces deux scénarios a été prise en charge par les résidents de la Transfo pour envisager la somme de travail demandé par la mission.  Les premières conclusions de ce test montrent la nécessité de se doter d’une fonction de coordination technique sur le labo, d’un chef de projet référent et garant de l’organisation, de la communication, de la capitalisation, de la mobilisation.

Ainsi, nous avons pu étudier lors d’une réunion le 6 février après-midi le cahier des charges lancé par la Direction de la Prospective du Grand Lyon, document exemplaire pour la commande d’une telle prestation.

Le projet de renforcer la coordination est en cours de montage. Un budget propre pourrait éventuellement être dégagé du fondex, le fond d’expérimentation actuellement disponible à la Région.

Monter un réseau de référents Animation/ Innovation

Suite au séminaire des Directeurs en janvier 2014 où un petit nombre d’agents familiers de la Transfo avaient eu la mission d’animer des groupes de coproduction, le Directeur Général des Services a décidé de mobiliser les agents régionaux sur ces compétences en animation.

En effet, dans le cadre des compétences régionales, la mission de nombreux agents consiste souvent à coordonner différentes échelles de territoire et donc d’acteurs institutionnels, privés ou publics autour de sujet majeur. La montée en compétence des agents sur un volet de coproduction importe particulièrement au DGS qui souhaiterait développer un réseau de référents animations.

Ce réseau ressemble étrangement au réseau imaginé lors des ateliers de mai et juillet 2013. Rien n’est pour l’instant décider mais une opportunité se dégage pour la constitution d’une fonction innovation portée par un réseau libre de personnes intéressées et volontaires… A suivre.

 

Semaine 9.1 : Le retour du sujet des emplois d’avenir

Lors de l’apéro Labo du 14 novembre, nous avions un peu de mal à dégager un « futur » pour le travail important réalisé par les agents et les résidents de la Transfo sur le sujet emplois d’avenir. Ce sujet sensible était le sujet prétexte du début de Transfo avant que celle-ci ne se réoriente sur la création du laboratoire d’innovation.

Un contexte peu propice en juin 2013

Ainsi, un scénario de « retour d’usage » avait été créé en partenariat avec une association locale mais aucun service au sein de la Région (et notamment le service concerné en priorité) ne souhaitait tenter l’expérimentation. L’aspect multi-partenarial, les travaux délicats de collaboration avec l’Etat (réel porteur du sujet) ne semblaient pas propices à ce qu’on vienne introduire un processus de modernisation par le design des politiques publiques. La temporalité du projet ne semblait pas s’y prêter également.

Une suite potentielle début 2014

Or, une demande sur ce sujet est parvenue courant décembre 2013 aux résidents de la Transfo. Le contexte des emplois d’avenir a évolué : les chiffres de déploiement du dispositif sont bons, les objectifs quantitatifs on été atteints et la commission en charge du suivi des emplois d’avenir souhaite lancer un suivi de cohorte de jeunes afin de travailler plus précisément sur les aspects qualitatifs du dispositif.

Il va s’en dire qu’étant donné l’investissement des agents et des résidents sur le sujet, il semblait impossible de ne pas saisir cette opportunité. Nous avons donc imaginé un second scénario (le premier n’étant plus forcément d’actualité) pour travailler et coproduire un mode d’action avec la commission en charge des emplois d’avenir.

Ceci nous a demandé de synthétiser un certain nombre d’éléments produits en début de Transfo : les ateliers des acteurs de l’emploi en PACA, ateliers jeunes et employeurs, l’ensemble du travail d’entretiens et de recherche. L’objectif étant de montrer comment ces méthodes de recueil d’informations et de données sensibles sur les usagers pouvaient venir accompagner la démarche plus cartésienne et chiffrée actuellement menée.

Le document produit  (à télécharger ici) est donc une forme de capitalisation de la méthode mais aussi un exemple du type d’information que peut produire cette méthode.

Le point positif réside dans le fait que les principes de la Transfo commencent à se diffuser doucement dans les discussions entre agents. En effet, cette sollicitation a été celle d’un agent.

On peut donc penser qu’au bout d’un an et demi de présence, la plus-value de la méthode et l’identification des contextes propices à son utilisation commencent à émerger plus spontanément dans  l’imaginaire des agents.

Ne pas retomber dans les mêmes travers

Une fois ce document terminé, il a été présenté aux décideurs techniques en charge du sujet. Ceux-ci ont décliné la proposition courtoisement en invoquant l’inopportunité de la proposition dans un contexte délicat avec les autres partenaires.

Encore une fois, les décideurs et chef de projet non convaincus par les apports de la méthode ne peuvent adhérer. Encore une fois, les travaux « autosaisis » ne portent pas leurs fruits…

Il y a donc un aspect contextuel très important dans la possibilité de pouvoir ou non avoir recours à ces méthodes de design des politiques publiques.

Un champ important en termes de formation et de sensibilisation s’ouvre pour le Labo entre des convaincus, des agents à convaincre, des récalcitrants par manque de connaissance, des récalcitrants pour non intérêt.

TRANSFO PACA – Semaine 7.4 – Presentation du projet Mon Avenir Num’ERIC par les étudiants

Le 14 janvier dernier, les étudiants du master Design Innovation Société de l’université de Nîmes ont présentés Le projet Mon Avenir Num’ERIC.

Les étudiants ont eu l’occasion de présenter leur projet devant les agents de la Région PACA, plusieurs ERIC-Cyberbase, les Complices de Transfo.

Les étudiants présentent leur projet sous forme d’une time-line accompagné d’outils et de vidéos. Voir la  Time-Line

Voici la vidéo qui présente le projet.

Voici  le processus par lequel les étudiants sont passé.

Capture d’écran 2014-03-11 à 12.08.50

Semaine 8.5 : préparer la suite

La semaine 8 nous a permis de terminer les projets et de faire le point sur les conditions de réalisation optimales dans la perspective d’un labo autonome.

Dans ce sens la semaine 9 doit permettre de définir plus précisément le fonctionnement de ce labo dans la pratique. Cette semaine sera aussi l’occasion de préparer la sortie de la TRANSFO. En effet, c’est bientôt la fin de l’accompagnement et donc notre ambition est de partir en laissant derrière nous les meilleurs conditions possibles pour la création du labo.
A savoir :
➢ un fonctionnement tangible,
➢ des modes d’actions formalisés,
➢ un argumentaire approprié,
➢ une équipe motivée et des référents sensibilisés,
➢ un germoir de projets réalisés ou pas encore développés.

Voici donc les objectifs de la semaine 9 :
➢ Développer l’opérationnalité du Labo en travaillant sur le cahier des charges de l’appel d’offre Assistance à Maîtrise d’Ouvrage qui sera en charge de piloter le labo avec le coordinateur et des agents référents
➢ Identifier avec les agents leur compréhension des différents process de projets réalisés (voir article de blog 8.3).
➢ Clarifier avec eux les points sur lesquels ils souhaiteraient être formés
➢ Poser les bases pour la dernière semaine qui sera la semaine CAMPUS du LABO

Semaine 8.4: premier bilan sur les expérimentations

Suite à l’exercice de décryptage des projets (article de blog 8.3), nous avons dégagé un certain nombre d’enseignements relatifs à nos expériences.

Créer la participation autour du labo
Si entrer dans le vif d’un sujet « réel » et non « prétexte » amène un véritable investissement des agents régionaux concernés par ce sujet, la plupart des complices (ou « agents TRANSFO », ou « membres de la communauté du labo ») ont décliné l’invitation à participer aux travaux de terrain. Un certain rôle d’agents externes avait été proposé mais il semble que sans la légitimité liée à la nature du projet, il soit difficile de dégager du temps à consacrer à l’innovation.
Le premier enseignement sur la participation serait donc de diversifier l’origine administrative de l’équipe actuellement intéressée par les travaux de la TRANSFO. Ceci permettrait de faciliter les possibilités de participation au sein des travaux menés avec le LABO. Pourquoi ne pas former des agents dans chaque Direction Générale Adjointe, voire dans chaque Direction ?

Comprendre la figure du chef de projet
Dans chacune des expérimentations que nous avons menées, le chef de projet est réellement une figure particulière. Fort de sa connaissance du terrain, de ses compétences techniques, celui-ci a souvent une vision très précise de ce qui doit être mené. C’est lui qui réunit, qui organise la planification, qui crée les liens nécessaires avec les partenaires et maintient l’intérêt autour du sujet : il connait son dossier.
Plus qu’une adhésion à l’intervention de la fonction innovation, il doit être convaincu des apports de la démarche pour la thématique ou le projet. Partir sans lui est peine perdue pour la suite des travaux, partir avec lui « à moitié convaincu » est un vrai risque, partir avec lui est un gage de succès.

Ainsi, il nous semble que la formation au design devrait privilégier ce rôle de chef de projet, voire proposer un module spécifique allant vraiment plus loin qu’une sensibilisation. Par exemple, travailler avec lui sur les propositions suivantes :
« Comment intégrer le prototypage dans le projet ? »
« Comment expliquer la démarche à des partenaires internes et externes à la Région ? »
« Comment remettre en question les procédures sans remettre en question les agents personnellement ? »
« Comment aborder les outils du design et les utiliser à bon escient ? »

Envisager la position de l’expert dans les travaux de design
Si le design de service définit l’usager comme expert de ses propres pratiques et besoins, l’expert technique n’est pas exclu de la démarche. En effet, certains moments nécessitent des éclaircissements sur des contraintes techniques et légales complexes. Une expertise utilisée au bon moment du process de projet peut faire gagner du temps mais également permettre de se projeter dans l’avenir avec le benchmark ING, les évolutions réglementaires et techniques révélées par la veille de l’expert sur son sujet.
L’idée est certainement de faire appel à plusieurs experts proposant des approches complémentaires. La posture d’ouverture de ces personnes est également un critère important pour la réussite d’un projet face aux techniciens et usagers.
Dans beaucoup de cas, des agents régionaux sont experts d’un sujet autant que manager ou chef de projet. Il semble intéressant de les convoquer à ce titre même s’ils ne font pas partie de l’équipe projet intéressée au départ.

La saisine, un des critères d’opérationnalité du système
La question de la commande du projet est cruciale pour mener à bien une expérimentation. On retrouve ici la nécessité de trouver du sens, de fonder le travail sur des aspirations et des ambitions politiques réelles.
Dans le cas du Lycée Claret, l’aspiration est clairement exprimée au sein de plusieurs délibérations. Il s’agit bien d’offrir un service régional de restauration lycéenne efficient et porteur des principes d’actions nouveau (développement du Bio, de la politique Santé, etc.). L’intégration de l’élue dans le processus de projet offre une autre dimension aux travaux. La méthode utilisée qui peut être considéré comme une fin en soi dans le cas de la TRANSFO (qui s’intéresse aux processus et aux outils) redevient un moyen. On entre alors dans une vraie démarche porteuse de sens et de nouveaux outils.
Le rôle de l’élu dans l’impulsion du labo peut donner une crédibilité aux travaux d’expérimentation et une ouverture à leur éventuelle réalisation technique par la suite.
La saisine du labo par un service est une autre possibilité. Dans le cas du projet Mon avenir num’Eric, l’intervention du labo est plébiscitée. Elle devient alors légitime.
L’auto-saisine dans le cas étudié sur les emplois d’avenir n’a pas réellement conduit à des résultats tangibles. Cela laisse penser que l’auto-saisine n’est pas forcément souhaitable pour des dispositifs existants et sans l’accord des chefs de projet et acteurs techniques. Cependant cette proposition pourrait être vérifiée avec un autre projet. Le sujet des emplois d’avenir est en effet hors compétences régionales. Les marges de manœuvre de ce type de projet multi partenarial sont moins évidentes dans le sens où la Région devrait convaincre ses partenaires d’entrer dans une démarche innovante. La sensibilité du sujet, les enjeux politiques locaux et nationaux nécessitent de prendre du temps avec chaque acteur pour envisager ses capacités et son désir de produire des expérimentations ou des améliorations. D’où la nécessité de sensibiliser d’une part les agents mais aussi l’ensemble des partenaires de la Région. Ce vaste programme fait par exemple l’objet de recherches au sein du Secrétariat Général à la Modernisation de l’Action Publique

Sensibiliser et préparer les agents
En juin 2012, la TRANSFO s’est donné pour objectifs de faire une preuve de concept en réalisant des travaux pratiques de design avec les agents.
L’objectif affiché au départ était de construire la fonction innovation de la Région. Cet objectif passe forcément par une forme d’acculturation aux grands principes de l’innovation mais aussi d’une prise de conscience de la nécessité de changer les modes de création de l’action publique en profondeur.
Après avoir mené à bien plusieurs projets, il semble que la démarche soit mieux comprise par un groupe entre 15 et 20 personnes.

>> Sensibiliser à l’animation…
Au sein de ce groupe un petit nombre a été sollicité pour participer à l’animation du séminaire des Directeurs en janvier. Plusieurs ateliers autour de sujets de management avait été organisés et ont été animés en duo « un agent/un directeur »
Forts de leur expérience d’animation et de la participation assidue aux ateliers et travaux de la TRANSFO, ces agents ont été amenés à adopter des postures différentes axées sur l’écoute, la reformulation, la « spacialisation » de l’information dans des schémas ou des formes graphiques.
Nous avons échangé avec eux sur cette expérience. Tous sont d’accord sur le fait que les ateliers TRANSFO leur ont permis d’envisager la posture d’animateur d’une autre manière. Pour moi, ceci est lié principalement à la forme de « neutralité engagée » des animateurs et intervenants de la TRANSFO. En effet, en animation, l’enjeu est de savoir conserver un regard frais et neuf, non partisan. Dans ce cas, les agents – qui étaient peut-être moins directement concernés par les sujets abordés au sein des ateliers – ont eu la possibilité de « ne pas prendre parti » et d’observer les arguments apportés de-ci delà avec une forme de détachement nécessaire à la co construction d’objets ou de concepts.
Ces agents avaient tous un bagage de chef de projet, cependant un certain mimétisme des postures de la TRANSFO leur a permis d’assumer cette mission de co-construction avec peut-être plus de confiance.

>> … N’est pas former à l’animation
Lors des derniers ateliers, nous avons recueilli quelques critiques sur le fait que les agents ne se sentent pas en capacité aujourd’hui de créer un atelier de coproduction, d’engager seuls une « idéation » ou un « prototypage ».
En effet, ces agents même s’ils ont suivi la TRANSFO n’ont pas forcément les compétences pour mettre en forme ou mettre en mouvement des acteurs autour d’une table. De plus, s’il s’agit de le faire dans leur champ de compétences (ou sur les sujets dont ils ont la charge), il est peu évident de conserver cette neutralité engagée exprimée plus haut.
Il nous semble essentiel d’aller un peu plus loin sur des points de formation accessibles, premiers jets d’un cursus de formation à la coproduction qui pourrait voir le jour dans le laboratoire d’innovation ou dans le réseau qui le fondera.
La semaine 9 et la semaine 10 seront donc orientée sur ces enjeux de transmission ou du moins sur la construction d’un référentiel de « montée en compétences » pour les agents « transformers » à envisager sur plusieurs mois ou années.

Semaine 7.1 – La rentrée et les premiers bilans pour la TRANSFO

La rentrée 2013 a permis de faire le point sur les différentes étapes de la TRANSFO. Le programme démarré en juin 2012 a  pour ambition de prototyper un laboratoire d’innovation  en Région PACA en s’appuyant sur un ou des sujets « prétextes » à l’expérimentation et au prototypage.

Le sujet de l’emploi, exploré pendant une année, a suscité une participation nombreuse des agents de la Région. De l’emploi, un resserrement a été proposé et la question des Emplois d’Avenir a concentrée toute l’attention des résidents et des complices TRANSFO. L’écosystème d’acteurs a été décrypté et décortiqué pour produire cartographies et autres outils d’interprétation de ce dispositif étatique visant à intégrer les jeunes non qualifiés dans le monde du travail et par ce biais leur proposer des formations qualifiantes.

Bien choisir les sujets à traiter

Le premier constat concernant ce sujet est qu’il n’est pas directement de la compétence de la Région. Ainsi l’ensemble complexe d’interactions (entre mission locale, employeurs, dispositif de formation, DLA, etc.) identifié grâce aux deux cartographies (septembre et décembre 2012) a une marge d’évolution globalement faible depuis l’initiative régionale.

Le second constat concerne le contexte d’intervention de la TRANSFO en début de dispositif avec une injonction très forte du gouvernement dans l’objectif d’atteindre des objectifs quantitatifs.

Au terme de la période d’immersion en juin 2013,  les conclusions des résidents marquaient fortement le manque de prise en compte des éléments qualitatifs telle que l’information des employeurs, l’adaptation de la formation au besoin de la personne en emploi d’avenir, l’accompagnement de cette dernière dans les démarches administratives et de recherche d’un employeur.

La question de la « qualité » du dispositif en termes de formation, d’accompagnement des jeunes et des employeurs n’intervient réellement qu’aujourd’hui, un an et demi après l’entrée en vigueur du dispositif.

Suite à cette première phase, des enseignements peuvent être tirés sur le choix des sujets à soumettre au LABO :

-         le choix d’un sujet doit bénéficier d’une temporalité favorable. Soit en amont, au moment de la réflexion autour d’un besoin nouveau ou d’un problème, soit en amélioration d’un dispositif existant mais ayant déjà montré des dysfonctionnements ;

-         il semble également évident que les sujets de compétences régionales sont à privilégier au maximum pour pouvoir expérimenter librement.

Emergence de projets liés aux emplois d’avenir

Si le chemin fut parfois chaotique, plusieurs idées de projet sont nées des travaux d’immersion et d’ateliers. Les plus concluants ont été schématisés:

-          le « dispositif d’amélioration continue des politiques publiques » permettrait  de produire dans des délais acceptables et efficaces une parole des usagers  qui puisse être transmise aux élus et techniciens, permettant à ses derniers de produire des améliorations.

-          un outil de valorisation des compétences informelles dans le numérique à destination des jeunes faiblement qualifié.

Le premier projet pourtant imaginé collectivement en atelier n’a pas trouvé de services souhaitant le développer et l’expérimenter. Il a donc été pour le moment écarté en termes de prototypage. Cependant, l’élue à la formation  a manifesté un intérêt important et  nous a rappelé lors d’une entrevue le 23 septembre 2013 la nécessité de la mise en place de ce genre d’outil.

Le second projet a été pris en main par le Service Innovation Economie Numérique. Il est actuellement en développement grâce à la collaboration précieuse avec le MASTER Design d’Unîmes. Alain Findelli, Fabien Labarthe et Georges Schambach sont les trois enseignants en charge de l’accompagnement des 12 étudiant(e)s. Le projet se déroulera jusqu’au 11 janvier et fera l’objet de développement de maquettes opérationnelles.