Archives de Catégorie: Résidence dans un ERIC à la Seyne-sur-Mer : Penser l’avenir des espaces numériques

Quel futur pour les Espaces Régionaux Internet Citoyen en Provence-Alpes-Côte-d’Azur ?

Eco-balade : le film de l’expérimentation

Les espaces numériques, un projet politique

Ce jeudi 24 juin, la Communauté d’Agglomération Toulon Provence Méditerranée organisait pour la 4ème fois les rencontres annuelles des ERIC (Espaces Régionaux Internet Citoyens) Cyberbase. L’occasion pour nous de présenter les premiers enseignements de la résidence au comité d’orientation du réseau. Il y avait là les représentants de la Région Paca et de l’Ifape, partenaires de la résidence, la Caisse des Dépôts, les représentants de l’agglomération et plusieurs représentants et animateurs d’espaces numériques voisins.

Pour Mohamed, animateur de l’Eric Berthe, « la résidence a permis à chacun de lever le nez du guidon. Ce qui est étonnant, c’est le nombre d’idées qui ont été produits en peu de temps. Ce qui montre bien le potentiel immense de ces lieux à l’avenir ! ». Plusieurs animateurs soulignent l’urgence de penser l’avenir des espaces numériques, et de produire un discours plus politique, susceptible de prouver aux décideurs que ce sont des équipements d’avenir, dont le rôle est devenu central pour de nombreux publics. « Les décideurs gardent à l’esprit l’image de la fracture numérique. Ils ne réalisent pas que nous sommes progressivement devenus un lieu aux usages multiples, dont la population ne pourrait plus se passer. L’intérêt de ces scénarios est qu’ils montrent les conséquences probables de situations que nous connaissons déjà ! » témoigne cette animatrice, en faisant référence au scénario sur l’emploi, dans lequel Pôle Emploi, en 2018, n’assure plus aucune médiation avec les demandeurs d’emploi.

« Il faudrait aussi sortir des statistiques, donner plus d’incarnation aux situations personnelles, faire des portraits de nos usagers, faire des vidéos ». L’enjeu est de changer le regard sur ces lieux, montrer qu’ils représentent une nouvelle génération d’espace public, à l’heure où l’internet à radicalement transformé la façon d’apprendre, de trouver du travail, de socialiser. La méthode utilisée par les résidents suscite également de l’intérêt : il n’est pas si fréquent que l’on mobilise ainsi la créativité des gens et que l’on teste des projets en grandeur réelle. « Il faudrait poursuivre, et voir comment poursuivre cette dynamique dans notre réseau », conclut Mohamed.

Prototypage de l’ « Eco-balade » … Et plus si affinités …

La thématique de l’environnement-tourisme a été, pendant toute la résidence à l’ERIC-Cyberbase de Berthe, un vecteur fort de cohésion entre animateurs, usagers mais aussi entre structures ERIC-Cyberbases et  collectivités.

Faire « sortir les ERIC-Cyberbases de leurs murs et les mettre au vert », en les installant pendant des périodes éphémères dans des endroits naturels fréquentés par des touristes et habitants  pour développer des actions de sensibilisation à l’environnement par la découverte de la faune et la flore de notre région via les TIC, voilà quelle était la préoccupation première des animateurs et usagers sur cette thématique à l’issu de la deuxième semaine de résidence.   Ainsi, on peut juste citer les projets d’Eco-vacances, d’ Eric in my Pocket ou encore d’ Eco-cartographie

Pendant l’inter-résidence, nos résidents ont opté pour la réalisation d’une expérimentation autour d’une « Eco-balade » sur le territoire toulonnais. Il s’agit d’une balade où des usagers des l’ERIC-Cyberbase se promèneraient sur des sites naturels protégés, recueilleraient  des données géolocalisées de la faune et de la flore encadrés par des animateurs et des naturalistes. Les données  récoltées  pourraient  être réutilisées dans des bases de données naturalistes pour travailler sur des problématiques de la biodiversité. Elles permettraient aussi d’étoffer le programme de formation des usagers des ERIC-Cyberbase et les sensibiliser par la porte « projet » à des problématiques environnementales. Enfin, elles valoriseraient fortement les territoires par la création de parcours éco-touristiques.

La préparation de la journée d’Eco-balade : Constitution d’un dispositif multi-acteurs autour du projet

Dans l’optique de la préparation de cette journée, les résidents constituent pendant l’inter-résidence une ébauche de dispositif multi-acteurs autour du projet d’’Eco-balade en nouant des liens forts avec  « Natural Solutions », une entreprise spécialisée dans la fourniture de solutions éco-informatiques pour le recueil et la réutilisation de données environnementales. Le projet d’ Eco-balade les intéressant vivement par son caractère participatif et citoyen, ils décident de faire partie de l’aventure. Patrick Peters, naturaliste chez Natural Solutions, et un ingénieur en système d’information géographique (SIG)   accompagneront une équipe d’usagers et d’ animateurs de l’ERIC-Cyberbase de Berthe.

Les collectivités et notamment TPM sont aussi partenaires de la journée avec la présence de deux chargés de  missions « Environnement » et du chef de service « Territoire numérique », Pascal Peuchot.

Les outils de la journée « Eco-balade »

Pendant les deux jours qui ont précédé la réalisation de l’expérimentation, l’équipe de résidents et l’entreprise Natural Solutions prototypent tout un ensemble d’outils destinés à faciliter le recueil de données et leur réutilisation par nos « éco-touristes en herbe »

-Le Pocket Erelevé : vers un outil grand public de collecte de données

Outil mobile d’observation, de collecte de données de la biodiversité, le Pocket Erelevé de Natural Solutions est, à l’origine, un outil professionnel à destination des naturalistes. L’outil a du donc être adapté pour l’occasion à un usage plus grand public. Par souci de simplicité, les résidents ont déterminé avec Patrick Peters 16 espèces aisément identifiables pour les publics (4 oiseaux, 4 papillons, 4 mammifères et 4 plantes). L’ergonomie et l’interface de l’outil ont dû aussi être simplifiées avec des pictogrammes aisément identifiables pour les utilisateurs, des appellations communes des espèces (habituellement en latin) et un descriptif pour chaque espèce de faune et de flore permettant de les identifier.

-Le carnet de bord du naturaliste

En plus de l’outil numérique, les résidents prototypent un guide de découverte, un carnet de bord pour les « Eco-baladeurs » avec la présentation sur support papier des 16 espèces à trouver avec encarts pour y annoter des observations.

-Le guide méthodologique de visualisation de parcours touristiques

La collecte de données naturalistes n’a de sens dans le cadre des missions des ERIC –Cyberbases que si elle s’intègre dans un programme plus vaste d’appropriation de l’outil numérique. Nos résidents ont donc demandé à Natural Solutions de constituer un guide méthodologique très simple d’utilisation de Google Earth, l’outil cartographique de Google pour permettre aux Eco-baladeurs de visualiser en 3D, leurs parcours et d’y intégrer leurs données environnementales.

Déroulé de la Journée  d’ Eco-Balade : Les 3 temps forts

A 9h30, les participants à l’Eco-balade se sont retrouvés à la Cyberbase de Berthe autour d’un café et de quelques viennoiseries. L’ambiance est détendue : sont présents des associations, des chargés de mission environnement et de développement numérique de TPM, des représentants de Naturals Solutions ainsi que des  usagers et animateurs de l’Eric-Cyberbase de Berthe.

A 10h, la présentation commence. Elle est animée en binôme par Julien Defait, résident 27e Région, et Patrick Peters, naturaliste chez Natural Solution. Le projet d’Eco-balade est présenté aux participants. Cette présentation rapide est suivie d’une discussion avec les participants sur les modalités de l’Eco-balade et les futurs possibles de cette expérimentation. Tous nos participants quittent ensuite la Cyberbase pour se rendre sur le site de l’Eco-Balade pour un pique-nique champêtre. L’endroit choisi avait été repéré la semaine précédente par  l’équipe de résidents et Patrick Peters, il s’agit du chemin touristique de la Renardière à St Mandrier.

A 14 heure, tout le monde est réuni : au total 14 personnes participent à l’expérimentation, deux groupes sont créés avec dans chacun, un membre de Natural Solution pour guider nos Eco-baladeurs. La balade, très agréable, dure une heure et demi et chaque groupe collecte grâce au Pocket Erelevé, des données géolocalisées concernant la flore et la faune : papillons, oiseaux, mammifères et plantes.

A 17h tous les participants de l’Eco-balade se retrouvent à la Cyberbase de Berthe pour créer et consulter en 3D leurs parcours éco-touristique.

La journée est un succès et des contacts se créent notamment entre les services Environnement et Territoire Numérique de la Communauté d’agglomération toulonnaise intéressés par l’approche ascendante et citoyenne du projet et l’entreprise Natural Solutions . Wait and see…

De l’Eco-Balade à la création d’ outils citoyens de collecte  et de visualisation de données éco-touristiques :

Et si on allait plus loin… et si on imaginait l’Eco-balade comme le point de départ de la mise en place d’un dispositif ouvert mêlant collectivités territoriales, entreprises privées, associations, laboratoire de recherche, réseau Eric-Cyberbase sur des problématiques environnementales, touristiques et citoyennes.

Le succès de l’expérimentation du jour a montré l’implication des différents acteurs sur une thématique comme  l’éco-tourisme. Les résidents ont donc imaginé, de manière prospective, quelles pourraient être les grandes étapes vers le développement d’outils citoyens de collecte et de réutilisation de données environnementales sur la thématique d’un éco-tourisme participatif. Et quels rôles pourraient être alors le rôle des Eric-Cyberbases dans ce dispositif.


Le réseau Eric-Cyberbase au cœur d’un living Lab Eco-tourisme

Déjà rodé dans  la création d’ écosystème d’innovation ouvert  avec des acteurs publics, privés, associatifs  faisant directement participer le citoyen dans le processus, le territoire de TPM semble, depuis l’expérience du projet « wiki-carto« , un territoire particulièrement propice à des initiatives de projets multi-acteurs mettant les ERIC-Cyberbases et leurs usagers au coeur du processus  comme esquissé par le projet Eco-Balade.


« Tournez ! Montez ! »


Dernier jour de la semaine de résidence à Berthe. Les animateurs  sont pris en main par Agnès d’O2zone (ERIC spécialisé dans la vidéo participative) qui les initie au « Tourné-monté ». Le principe est simple (en apparence). Pas de montage post tournage pour la diffusion. Du coup, on tourne et monte « cut », sans plans de coupe…et faut pas se planter ! Le but du jeu pour cette première journée est d’assimiler les rudiments du tournage, de manipuler après avoir concocté deux petits reportages. Les deux scenarii sont le fruit des cogitations de la veille lors du workshop. Il s’agit d’aménager la place de Berthe pour y exporter la Cyber-base, revivifier et implanter commerces et services. Micro trottoirs d’habitants, d’institutionnels concernés par la réhabilitation du quartier, panoramiques et plans du quartier vont alimenter les reportages. Voilà donc une première approche de prototypages qui seront mis en œuvre lors de la 3e semaine. A ce moment-là, les deux équipes de tournage seront renforcées par quelques stagiaires de la formation de BPJEP option TIC et permettront de simuler aussi d’autres scenarii parmi les plus plébiscités lors des ateliers créatifs des deux jours précédents. Et c’est parti ! Les deux équipes Momo 2 et Chéhrazed, puis Momo 1 et Kaïs partent sur le terrain, munis de leur scenario, répètent au micro leurs questions pour interviewer et…ils sont aux anges !

micro trottoir sur le vif

Pendant ce temps, les résidents se font un « débrief » devant le mur d’accrochage où sont scotchés les idées de projets prospectifs pour les ERIC de demain, regroupés par thématiques : «emploi et activité» ; « le réseau des ERIC » ; « environnement » ; « santé numérique ». On regroupe, on reclasse, on hiérarchise entre « méta » et « applications » et puis, le résultat est vraiment convaincant ! Bien sûr, le prototypage en est encore au stade du balbutiement mais, tout compte fait, le temps « perdu » en cogitation avec les animateurs, les responsables des ERIC, les chargés de mission de TPM et de la Région semble plutôt gagné. Et, ce que l’on gagne dans la démarche, c’est d’avoir réussi à agréger les idées des acteurs, les nôtres, d’opérer les recoupements de points de vue divers, de mettre en place les conditions d’une réelle appropriation, à la fois des outils et des futurs projets expérimentaux.

Une « carto » des acteurs et un schéma d’arbres de compétences viendront illustrer et raconter les méthodes proposées pour enclencher les projets, sous forme de prototypes. L’objectif étant de laisser une « empreinte » de la résidence sur place, à Berthe, et d’inciter le réseau à se saisir des idées prospectives. Toutes ne feront pas l’objet de prototypages en une semaine, mais les 3 ou 4 les plus symboliques et porteurs de futurs services, en termes de renversement de perspective, sont déjà un peu dans les tuyaux. Il s’agit, en fait, d’inciter à la fois les animateurs et à la fois les politiques publiques à définir leur avenir à partir des initiatives des acteurs et non en « surplomb ». Parmi quelques exemples, inciter les ERIC à se regrouper au sein du réseau entre 5 ou 6 structures pour proposer la co-rédaction de cahiers des charges avec les collectivités territoriales pour des appels à projets numériques représenterait un réel changement de posture. Autre projet « méta » : « la cybercoopérative » propose un changement radical dans la démarche d’offre et de demande. Ce sont les usagers, les animateurs et les acteurs locaux qui construisent une offre de services en direction d’autres publics : jeunes, entreprises, établissements publics, collectivités, etc. Ils s’organisent en Scoop et s’autofinancent en grande partie par la vente de prestations. Un nouvel outil, « parcours de vie », vient remplacer le traditionnel CV rébarbatif. Il s’agit d’un teaser qui valorise à la fois les expériences professionnelles et à la fois les compétences acquises durant les périodes transitoires. Ces Scoop fonctionnent en réseau et sont devenues les partenaires incontournables des pouvoirs publics dans tous les domaines de la création d’activités et de services. Les mots ont aussi leur importance : on ne parle plus de « chômeurs » ou de « demandeurs d’emploi » mais de « chercheurs/créateurs d’activités ».

En fait, ce scenario de coopérative s’avère également structurant pour les autres projets autour de l’environnement et du tourisme, de la vie du réseau, de la santé, mais aussi démocratie participative, projets d’urbanisme, etc. Ils pourraient préfigurer de futurs centres de ressources, mutualisés entre plusieurs ERIC répartis sur tout le territoire régional.

Les restitutions du workshop en vidéo

Jour de Workshop à l’ERIC-Cyberbase de Berthe : 4 projets se démarquent

En ce jeudi 20 mai, le programme est chargé pour nos résidents avec un workshop d’une petite trentaine de participants du réseau ERIC-Cyberbase. A la fin de cette journée, les résidents sélectionneront et adapteront les idées et projets pour les prototyper en troisième semaine.

Rendez-vous est donné à midi pour un pique-nique devant l’ERIC-Cyberbase. Se retrouvent pour le déjeuner, les animateurs de la Cyberbase, des représentants de l’IFAPE, de TPM, de la région PACA ainsi que des étudiants, consultants et responsables d’autres ERIC.

A 14h, l’atelier commence…

Une présentation rapide de la résidence et du déroulé de l’atelier est faite par Stéphane Vincent secondé par Corinne Ielh et Julien Defait. Les participants sont ensuite répartis en quatre groupes (Emploi-activité, Environnement-tourisme, Santé Numérique et Réseau ERIC).

Les trois temps de l’atelier :

Le premier temps de 40 minutes est consacré à la prospection à partir des scénarii « catastrophe » déjà testés la veille. L’objectif de cette phase est de produire un maximum d’idées. Au cours de l’atelier, les animateurs proposent les fiches-idées produites la veille pour « doper »  la réflexion. A la fin de ce temps, les participants accrochent les fiches-idées sur le mur et votent pour les idées de projets des autres équipes qui ont le plus de potentiel d’innovation.

Sur la base des votes des participants, les animateurs sélectionnent les deux ou trois thèmes les plus porteurs qu’ils font retravailler à leur groupe.

L’objectif de cette seconde phase de 40 minutes est de s’éloigner du contexte prospectif et d’inscrire le projet dans la réalité. Quelle serait la version bêta de ce projet ? Comment, avec qui le mettre en place ? Quels sont les obstacles à sa concrétisation ? De nouvelles fiches-projets sont mises à la disposition des participants de chaque groupe.

A la fin de ce temps, un porte-parole est désigné dans chaque groupe. Il présente en 1 minute le ou les projets-phares de l’atelier aux autres participants. Cette restitution est filmée par nos résidents.


Le rendu du workshop : les fiches projets

THÉMATIQUE ENVIRONNEMENT-TOURISME

THÉMATIQUE  SANTÉ NUMÉRIQUE

THÉMATIQUE  RÉSEAU ERIC

THÉMATIQUE EMPLOI-ACTIVITE

Synthèse des ateliers du mercredi et jeudi

Après le départ des participants, c’est l’heure du bilan de ces deux jours d’atelier pour nos résidents. Il est temps de sélectionner les projets à réaliser en prenant en compte le caractère de faisabilité des projets et la double dimension locale et  réseau des ERIC-Cyberbase. Pour aider à la décision, nos designers créent une arborescence des différents projets qui ont émergé pendant ces deux jours.

Après réflexion, quatre pistes sérieuses de réalisation se profilent :

-2 concernant l’emploi : « Parcours de vie » et la « Cyber-coopérative »
-1 concernant l’environnement : la « Cyberbase se met au vert » dont une variante est la cyberbase sous-marine
-1 concernant le réseau :  » l’ E-charte »

Suite au prochain billet…

De la Cyberbase SOUS-MARINE…

Mercredi 19 mai, c’est aujourd’hui jour workshop avec les animateurs et les usagers à l’ ERIC-Cyberbase de Berthe.

L’objectif du jour:

Sortir des idées et des pistes de projets à partir des scénarios réalisés par nos résidents pendant l’inter-résidence et issus des grands thèmes sélectionnés. Ces scénarios prospectifs sont volontairement extrêmes pour susciter des réactions parmi la quinzaine de participants réunis. Quatre scénarios ont été élaborés sur les thématiques de l’Emploi-Formation, du réseau ERIC, Santé Numérique et le Tourisme-développement durable.

Des outils sont aussi mis à la disposition des participants : photos illustratives, « cartes-tag » et des fiches-idées pour noter les réflexions. L’ atelier se fera sous la forme d’un brainstorming de 30 minutes par thème, soit 2h. A la fin, les participants votent pour les idées ou projets avec lesquels ils ont le plus d’affinités.

Ces pistes de projet vont permettre d’approfondir l’atelier du lendemain avec les animateurs des ERIC, représentants de structures comme TPM ou de l’IFAPE, des chercheurs et des étudiants.

Extraits des scénarios : « Super Eric, sauve le monde »

EMPLOI ET FORMATION

 » Nous sommes en 2018 et le paysage de l’emploi en France s’est métamorphosé. Les réformes successives du Pole Emploi ont complètement changé sa mission. Alors qu’autrefois il accueillait les chômeurs et les orientait dans leurs recherches et leurs démarches, il a aujourd’hui un rôle de contrôle des chômeurs et de production de statistiques sur l’emploi. Il est donc devenu impossible pour les chômeurs de pouvoir rencontrer un conseiller car ceux-ci, faute de temps et de disponibilité, ne communiquent avec eux plus que par l’interface du Pôle Emploi. Les chômeurs sont donc de plus en plus isolés et coupés du monde professionnel.Les petites et moyennes entreprises ont quasiment complètement disparues, soit qu’elles aient été, petit à petit, absorbées par de plus grosses, soit qu’à force de vouloir réduire les charges et de rendre flexibles leurs salariés, les dirigeants les aient métamorphosé en auto-entrepreneur. Ainsi le télé-travail s’est particulièrement développé : chacun travaille de chez soi, avec les outils numériques. De ce fait, une grande part de la population connait des périodes de travail alternées avec des périodes de chômage sans trouver d’aide pour développer ses activités. L’individualisation des comportements désagrège petit à petit le lien social
Les Eric se sont saisis de cette question et proposent aujourd’hui aux chômeurs comme aux actifs de se regrouper afin de renouer le lien entre les personnes, tant au niveau professionnel qu’au niveau personnel. Ces cyber-coopératives professionnelles, dont le maillage sur le territoire rend leur activité particulièrement efficace tant au niveau local qu’au niveau régional, mettent à disposition des usagers des espaces et des outils : mise en commun des locaux et des moyens (internet, électricité, matériel informatique…), réseau de mise en relation, annuaire de contacts… « 

ENVIRONEMENT ET TOURISME

 » Nous sommes en 2018 et la Région PACA est saturée de touristes. Forte de son patrimoine et de ses atouts naturels, elle a toujours été une destination idéale pour les touristes français comme pour les touristes étrangers. Mais aujourd’hui cette attractivité est fortement compromise par ce tourisme de masse qui consomme plutôt qu’il ne découvre. Les côtes sont surfréquentées, la mer est polluée, les massifs forestiers sont dénaturés et le territoire perd de sa biodiversité. Ce qui fait l’attractivité de notre territoire est petit à petit en train de le tuer. Faut-il laisser cette diversité nous échapper et voir s’asphyxier notre région alors même que le tourisme représente une part importante de notre économie ? Comment responsabiliser les touristes pour qu’ils continuent à profiter d’un patrimoine exceptionnel et original tout en garantissant les emplois et les activités des habitants de la région ? Le réseau des ERIC se penche sur ces problèmes…

LE RÉSEAU ERIC :

 » Les ERIC ont perdu leur idée de réseau et fonctionnent chacun dans leur coin. Une masse pléthorique d’informations et d’initiatives éparpillées saturent les Cyber-Bases qui ne peuvent plus les traiter ni les exploiter. « Trop d’infos tuent l’info ». Pour revivifier le réseau des ERIC et valoriser les initiatives existantes, les acteurs du réseau proposent des projets avec la participation des utilisateurs pour revivifier le réseau.

SANTE ET NUMERIQUE

« Qui l’aurait cru en 2010 ? Soit dix ans plus tôt, l’internet est mis à l’index par l’ensemble du corps médical: depuis le succès massif du piercing communiquant en 2013, l’usage prolongé des «technologies de l’immédiateté permanente» est devenu la première cause d’arrêt du travail, et une hantise pour les enseignants. Tout va trop vite! Partout dans le monde, les « burning-out » sont monnaie courante dans toutes les catégories professionnelles, et les ados ne parviennent plus à décrocher du réseau, du tchat et des jeux en ligne. Comment reprendre la main sur le tsunami technologique, sans renier tous ses acquis ? la Cyberbase de Berthe y a répondu dès 2015, en devenant espace de reconnexion. « Notre priorité, c’est d’aider les habitants à resynchroniser leurs vies !». »

Les outils de l’atelier

Après une heure et demi d’atelier, trois thématiques sont traitées, celle de l' »Emploi-Formation », de l' »Environnement-tourisme » et celle du « Réseau ERIC ». La thématique de la Santé Numérique n’a pas pu être traitée faute de temps.

Les idées-projets du workshop avec les usagers et animateurs

Thématique « Emploi-formation »

Thématique « Environnement-tourisme »



Thématique « faire vivre le réseau ERIC« 

Restitution, vote et affichage des fiches-idées

A la fin de l’atelier, les projets sont affichés et nos participants votent avec des gomettes colorées pour leurs idées préférées dans chaque thématique. Le projet de la « Cyberbase Sous-marine », du « Book video » et d’une « Fête des ERIC »  sont plébicités. Puis tous nos participants se sont retrouvés autour d’un verre pour échanger informellement autour des projets lors du traditionnel « accrochage  » du mercredi.