Archives de Tag: première semaine

Les résidents s’en vont, les projets restent.

Objectif: assurer la continuité entre les semaines de résidence

L’objectif de ce dernier jour de la première semaine de résidence est de s’assurer que les questionnements initiés par l’équipe de la 27e Région au lycée Gabriel Fauré d’Annecy se poursuivront en l’absence des résidents. Afin de maintenir la présence de la 27e Region dans le lycée, nous organisons la diffusion méthodique de l’adresse du blog et installons un nouvel accrochage dans le foyer de l’espace Gabriel Fauré.

Signalétique indiquant le QG des résidents

Pour faire la publicité du blog auprès des habitants du lycée, nous utilisons un tampon encreur pour inscrire sur des affiches, des feuilles volantes, mais aussi sur les mains des lycéens qui le veulent bien, l’adresse du blog. En outre, par l’intermédiaire du proviseur adjoint M.Deprez et du professeur de philosophie Emmanuel Delessert, nous faisons parvenir aux délégués de classe une note leur demandant de communiquer à tous leurs camarades l’adresse du blog.

Lire la suite

Des esquisses de projets pour le lycée Gabriel Fauré

Une résidence sur la citoyenneté au lycée

Le point de départ de la résidence de l’équipe de la 27e Région au lycée Gabriel Fauré est une interrogation sur ce que pourrait être un lycée citoyen. Nous avons écarté d’emblée une analyse trop serrée de la notion de citoyenneté pour nous concentrer sur les expressions réelles et possibles d’une citoyenneté proprement lycéenne. Avec comme horizon les principes de participation, d’initiative, de responsabilité, de solidarité et de collectivité, nous nous sommes attaqués au terrain à l’aide des outils spécifiques de la 27e Région.

Le temps du terrain

Pendant trois jours, nous avons exploré le lycée, observé son fonctionnement, dialogué avec ses habitants et documenté ses pratiques. Nous avons cherché à identifier les différentes populations du lycée et à établir la liste de ses ressources matérielles et humaines. Au cours de la discussion continue que nous avons menée avec les habitants du lycée, nous avons été attentifs aux remarques positives sur l’établissement, tout en traquant les failles. Les points forts du lycée, comme ses déficiences, définissent notre champ d’intervention. Notre projet est non pas d’introduire au lycée une citoyenneté figée, mais de créer un espace où elle puisse être débattue et vécue.

De nombreuses initiatives citoyennes

Au terme de ces journées d’immersion, nous avons observé plusieurs expressions de la citoyenneté au lycée Gabriel Fauré. Les professeurs, les élèves et le personnel ont initié plus de projets qu’on ne peut en énumérer. La journée don du sang, la journée Kulte, la journée bio à la cantine, la récolte de matériel scolaire pour le Maroc mettent en jeu plusieurs notions qui peuvent aider à élucider ce que peut-être la citoyenneté au lycée : convivialité, liberté d’expression, esprit d’entreprise et organisation collective. C’est dans ces quatre catégories que s’inscrivent les esquisses de projets que nous sommes en train d’élaborer.


Lire la suite

De l’enquête à la conception de projet

Le mercredi après-midi au lycée, un moment à part

Dans un lycée, le mercredi est un jour à part. La plupart des lycéens n’ont pas cours l’après-midi. Les locaux se vident dès la mi-journée, hormis dans certains espaces à part du lycée. A l’étage des CFA coiffure, les apprentis manipulent dans une ambiance détendue sèche-cheveux et peignes.  A l’étage du dessous, nous rencontrons les élèves d’art plastique et leur professeur qui préparent activement la « Journée Art » prévue pour le lendemain. Une jeune fille s’applique à peindre en bleu ciel des têtes de poupées rasées, à côté d’une fragile installation faites de déchets ménagers en plastique et carton. Quelques internes reviennent de la cantine et traînent dans les couloirs. Mais la plupart d’entre eux, par un jour ensoleillé comme celui-ci, ont filé au Pâquier, vaste promenade paysagère qui se trouve sur les bords du lac d’Annecy. Et c’est là-bas que nous partons à leur rencontre.

Chez les apprentis coiffeurs

Lire la suite

Où s’arrête la vie lycéenne?

Des images qui questionnent le lycée

Mardi 23 mars, en fin de journée, alors que la franche lumière d’Annecy se fait plus tamisée, nous avons ouvert en grand les portes du foyer du lycée. Sur les murs de ce vaste espace désaffecté, unanimement décrié par les élèves et le personnel du lycée comme étant froid et inaccueillant, nous avons accroché une série de photographies qui portent toutes la même légende : « Où s’arrête la vie lycéenne ? ». Elles montrent une salle de cours désertée, des jeunes filles allongées sur un banc dans la cour au soleil, deux amoureux s’embrassant dans un coin d’escalier tandis qu’une lycéenne s’engouffre dans un couloir, l’infirmière riant devant la porte de son bureau qu’elle appelle « sa grotte » …Parmi ces photos, se trouve la carte imaginaire du lycée Gabriel Fauré, que Jean-Sébastien a dessinée en superposant des bribes de paroles entendues à la géographie réelle. Les distances et les désignations sont subjectives et imagées. Le Rhône sépare la rive des enseignants de la rive administrative, tandis que le Foyer Socio-Educatif, QG des lycéens, gravite isolé très au nord.

Pour voir l’ensemble des images que nous avons présenté lors de la réunion d’information publique du mardi 23 mars au lycée Gabriel Fauré, c’est ici.

C’est ici que nous accueillons élèves et personnels du lycée pour une réunion d’information publique. A travers cet accrochage, nous avons cherché à mettre en exergue les points de tensions qui ont émergé au cours de nos déjà nombreux échanges avec les habitants du lycée. Nous espérions provoquer le débat et les réactions ne se font pas attendre. Un professeur de philo enrage devant la photo de la machine à café qui affiche le portrait d’une jeune femme blonde souriante : « Cette image stéréotypée n’a rien à voir avec la réalité du lycée ! ». Une autre enseignante remarque « La citoyenneté au lycée, c’est la participation mais surtout le respect de soi et des autres. Je suis choquée par tous ces élèves vautrés sur les bancs et les couloirs. » Mais c’est la carte dessinée du lycée qui suscite le plus de réactions. Les professeurs s’étonnent «  Ah bon, vous le voyez à l’extérieur du lycée le Centre de Formation des Apprentis ?! ». Ils comparent cette représentation avec leur propre perception du lycée, et s’esclaffent en se remémorant des souvenirs partagés. Tous s’accordent sur le fait que la carte traduit bien le fonctionnement cloisonné et hiérarchique du lycée.

Lire la suite

Première journée de résidence au lycée Gabriel Fauré à Annecy

Lundi 22 mars, l’équipe de la 27e Région prend ses quartiers au Lycée Gabriel Fauré à Annecy pour une première semaine de résidence. Stéphane Vincent accompagne une équipe composée de Jacky Foucher et Jean-Sébastien Poncet, designers, Camille Pène, doctorante en histoire de l’art, et David Masson, étudiant aux Beaux-Arts d’Annecy et ancien élève du lycée.

L’équipe cherche dans un premier temps à s’installer dans un espace qui soit à la fois ouvert sur le lycée et où les élèves et professeurs puissent les trouver facilement, tout en ménageant un espace de calme pour travailler. Ce compromis initial définit le fonctionnement de la résidence, qui articule des temps de dialogue avec les habitants du lycée et des temps de conception. Installés dans une salle de musique, nous travaillons au rythme des airs de flûte et du chant des élèves. La pratique musicale n’est qu’une des facettes de la riche vie artistique du lycée, qui offre également des options arts plastiques et cinéma.

L’objectif essentiel de la journée consiste à organiser la visibilité de l’équipe de Territoires en Résidences. Nous accrochons dans le hall, le foyer, les couloirs, la salle des profs et l’internat des affiches qui présentent l’équipe et annoncent une réunion publique d’information prévue pour mardi soir.

Les résidents accrochent des affiches d'information dans les couloirs du lycée

Lire la suite

Résidence en région PACA / quelle boite-à-outil régionale ?

A.G.I.R, programme régional initié par la région PACA, est issu d’un accord politique visant à investir une somme équivalente à celle qui serait investie par la Région dans le projet international ITER de fusion thermonucléaire, pour le développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie. Le programme se développe de façon croissante autour d’un fond de 70 millions d’euros.
Face à la question environnementale et la complexité des écosystèmes à protéger, la marche à suivre n’est évidemment pas tracée. Dans ce contexte, Agir s’appuie sur l’appel à projet comme outil majeur, afin de démultiplier les initiatives opérationnelles en matière d’énergies renouvelables. Ainsi 18  appels à projet ont été développés sur des terrains aussi variés que la construction de gîtes bioclimatique, que de la mobilité scolaire.

Appel à projet et collaboration

L’appel à projet matérialise la relation entre un citoyen « entreprenant », et une institution porteuse d’une politique de développement à l’échelle du territoire, doublée d’une expertise technique. Dans ce cadre, A.G.I.R essaie de proposer un appel à projet collaborant, dans la mesure ou chaque projet bénéficiera non seulement d’un appui financier, mais également d’un soutien  technique et méthodologique. L’objectif des rencontres de cette semaine sera donc de discerner et d’optimiser les points de collaboration entre A.G.I.R et les porteurs de projet .

Les premiers entretiens

Premier Rendez vous dimanche soir
Dominique Flahaut, équipe Agir

Image 130

L’entretien révèle que la principale expertise qu’offre Agir, et celle qui occupe la majeure partie de son temps, demeure la mise à disposition d’une pluralité d’experts pour soutenir les projets sélectionnés. Nous évoquons ensemble la question de la visibilité que vise Agir.
Et la difficulté que rencontrent les futurs porteurs de projets lorsqu’ils tentent d’accéder aux informations qui les concernent.
« Aujourd’hui notre principal objectif est de trouver des porteurs de projets prêts à remplir les pré requis d’Agir. »

Deuxième rendez vous lundi matin

Emmanuel Vergès et Céline Berthoumieux, de ZINC à la friche La belle de Mai.

Image 129

C’est au LIFT, à la suite d’une discussion avec Dominique Flahaut sur les représentations culturelles que l’équipe de Zinc nous confie son envie de collaborer avec Agir autour des thèmes qui les animent.
« Comment élaborer des questions de concert avec les institutions?
Comment proposer des réponses avec des artistes? »
« Définir un terrain favorable à la rencontre d’artistes et de politiques sur un territoire »
Nous évoquons ensemble les limites qu’occasionnent l’utilisation d’un outil comme appel à projet lorsqu’il s’agit de donner l’envie d’agir.

Deuxième rendez vous mardi après midi
Sébastien Manya, fondateur du festival AIRES LIBRES

Image 127

Aires Libres est un festival diurne qui associe une sélection musicale reconnue à l’expérience d’une journée dans un site protégé, obtenu grâce à l’aide du département.
Ce sont des convictions personnelles qui ont poussé l’équipe d’aires libres à penser une « éco-gestion » du festival. Repenser ce qui peut l’être à la lueur des questions environnementales.
Toilettes sèches, gestion de navette électriques sur site, incitation au co-voiturage, sont autant d’invitations adressées aux festivaliers qui émoustillent leur capacité à participer aux changements comportementaux tant attendus.
Nous évoquons ensemble, l’expérience que propose Aires Libres à son public transgénérationnel. Ainsi que la valeur que prend un message passe lorsqu’il fait partie intégrante d’un événement.

Vendredi, jour de restitution

maquettage01 - copie3

La future page d'accueil de la Ruche ?

Nous ne voulions pas partir sans avoir présenté à l’équipe de Bug notre avancement suite à cette première semaine si riche. Nous avons donc consacré la matinée à créer un ensemble de visuels de présentation et de maquettages de nos idées. Difficile cependant de synthétiser le bouillonnement de ces quelques jours et le raisonnement global qui en est né, difficile aussi d’afficher et de discuter si rapidement des perspectives qui chamboulent les visions de l’ensemble de l’équipe sur leur propre projet…

Malgré tout, la présentation fut un moment fort d’échanges et de confrontation productive d’idées.

Télécharger la présentation :

capture-presentation2