Archives de Tag: Innovation

Transfo Pays de la Loire / Semaine 5 / Jour 5 : Accrochage rétrospectif

A nouveau à l’heure du dernier jour d’une semaine de travail au sein de la Région, vient le moment de l’accrochage de tout ce qui a été produit. L’exercice de communication et de synthèse destiné à ceux qui n’ont pas participé directement se révèle à chaque fois une bonne occasion de prendre du recul sur ce qui a été fait. Dans une posture plus réflexive, chacun – à commencer par nous et les participants à la semaine – prend la mesure, remouline les réflexions et associe plus clairement les idées entre elles. Deux idées fortes ressortent sous différentes formes :

  • dédramatiser l’orientation notamment en s’appuyant sur le pair à pair
  • mettre en relation les animateurs des territoires (Espaces Numériques mais aussi Centres Sociaux Culturels, mairies, etc…) et les experts de l’information/orientation

Après une matinée (un peu trop) vite passée à tout accrocher sur les vitres du Salon d’honneur, nous tâchons donc d’aller au-delà d’une « simple » visite d’exposition. Nous rappelons que cela n’est qu’un accrochage des travaux produits, y compris dans ce qu’ils ont de non fini, et qu’au travers de cette mise à nu du processus, nous questionnons aussi nos méthodes de travail. Le temps d’échange est donc primordial et le buffet installé sur place nous aide à le mettre en place !

A ce rythme, nous atteignons très vite l’heure de la réunion-bilan avec les participants de la semaine. Toujours sur les mêmes principes de partage, nous dédions ce temps à l’expression des retours sur la semaine : avis, critiques, envies, réflexions… Tout est le bienvenu. Compte tenu de l’enthousiasme général (qui n’exclue pas quelques interrogations), le moment deviendrait presque enivrant pour le petit groupe qui a l’impression d’avoir « vraiment fait quelque chose », « d’être allé très vite du brassage d’idées au concret » en l’espace d’une semaine. En cela, la situation générale en fin de semaine de Transfo colle souvent trait pour trait à ce que décrit Hubert Guillaud dans son article « les dispositifs créatifs en question ». Le moment de décadrage créé amène vite une ambiance joyeuse qui peut aussi très vite retomber…

Nous profitons donc de ce moment pour appuyer à nouveau sur l’importance de la semaine 6 à venir et sur le fait que les questionnements posés à ce moment là toucheront toutes les directions. Nous misons beaucoup sur cette semaine pour toucher au cœur du problème de la Transfo : comment faire fonctionner l’innovation au quotidien et sur la longueur au sein de la Région ? Des « semaines créatives » seront-elles toujours nécessaires avec leurs effets dynamisants et catalyseurs ? Faudra-t-il au contraire faire disparaître petit à petit cette façon de faire événementielle, certes très prometteuse, mais dont les productions peuvent rester superficielles et/ou difficiles à concrétiser ? Quelles sont au juste les conditions nécessaires à la démarche d’innovation et, si l’apport d’ouvertures (par le temps court dédié, par l’animation « neutre », par la participation  de partenaires…) en fait partie, comment le formaliser à l’avenir ?

Nous qui faisions, dans le bilan de cette semaine passée sur la question de l’information et de l’orientation, la conclusion qu’il ne fallait pas chercher à institutionnaliser l’informel mais qu’il s’agissait plutôt de l’outiller et de le cultiver… Nous nous retrouvons, sur notre sujet « toile de fond » qu’est la fonction innovation, à pointer du doigt cette même nécessité d’une organisation assez souple pour laisser faire et organisée pour en profiter. « Agile » diront certains ?

Publicités

Territoires en Résidences : mode d’emploi

Nous éditons un document décrivant les méthodes qui vont être utilisées durant les expérimentations que nous mettons en place dans le cadre de l’opération « Territoires en Résidences » (voir tous les billets précédents sur ce sujet). Toutes les étapes, le type de méthode mobilisée, les productions qui en sortiront sont décrites dans ce document à consulter ou télécharger ici. En voici quelques extraits :

Des méthodes créatives qui mobilisent des interviews, l’organisation de remue-méninges, mais aussi production de scénarios, de schémas, travail sur des planches d’ambiance, tenue d’un blog de l’expérimentation, organisation de présentations publiques…

… pour aboutir à des solutions développables, des scénarios prospectifs, des enseignements d’ordre méthodologique, stratégique et politique, des diagnostics, des maquettes, du matériel d’exposition, une publication…

De nouveaux résidents pour la 27e région

Nous cherchions des résidents pour participer à nos « territoires en résidence » … Nous les avons trouvés. Une quinzaine de militants associatifs, étudiants en design, consultants, chercheurs ont répondu à notre invitation et se sont réunis dans les locaux de l’ARF, le 14 janvier. Stéphane Vincent et Romain Thévenet ont d’abord présenté le rôle de « laboratoire des politiques publiques » de l’association, et son projet phare,
les territoires en résidence, et ses ambitions : une quinzaine de projets dans les deux années à venir. Puis, François Jégou, designer associé à l’équipe de la 27e Région, a expliqué le « mode d’emploi » des « territoires en résidence ». Une méthode en cours d’élaboration. Trois semaines d’immersion dans un territoire, entrecoupée par des respirations de quinze jours. La première semaine est consacrée à « identifier un problème soluble dans les temps imparti ». Puis, après discussion avec des experts, la seconde semaine est consacrée à une « co-élaboration d’une réponse, avec les acteurs locaux, où les designer a un rôle de facilitateur », et enfin, la troisième à une communication sur les résultat, là aussi élaborée avec les acteurs concernés.

Trois mois, c’est court ! Pour la plupart, les participants ont réagi avec enthousiasme, et sont partants pour participer à des résidences ou pour proposer des lieux. Certains ont reconnu une proximité avec leurs propres projets, comme Jean Sébastien Poncet, pour Pomme Z, un collectif d’artistes, et Ninon Bardet, du collectif ville campagne. De fait, tous ont déjà commencé à apporter leur contribution, par leurs réflexions, lors du débat animé qui a succédé aux explications de François Jégou. Sur la durée de la résidence, par exemple, Olivier Auber, fondateur d’un laboratoire culturel, A+H, est habitué à des projets qui vont de deux à cinq ans ! L’occasion de recadrer l’objet de la « résidence ». Non pas assistance à maitrise d’ouvrage, mais proposition d’idées créatives. Il s’agit de « poser un élément modeste, mais qui va gêner, pour que le lieu ne puisse pas continuer à fonctionner comme avant » analyse François Jégou. Autre sujet longuement débattu : la nécessité de « documenter » la résidence, tout à la fois parce que l’enjeu d’une résidence réside autant dans la démarche que dans ses résultats, et aussi parce qu’il s’agit de constituer une boite à outil, qui permette de reproduire et d’adapter les résidences. Quant à la manière dont les résidents abordent le territoire « il ne faut pas arriver avec un regard critique » propose Serge Pouts-Lajus, pour Education et Territoires.

Délivrables des Territoires en résidence, relations avec les décideurs locaux, rôles des experts… la rencontre s’est close bien au delà de l’heure prévue, et augure des collaborations fructueuses.

Etaient présents :

Nous rencontrons d’autres participants potentiels dans les prochains jours : Le collectif bordelais Le bruit du frigo (Gaby Farage), Interaction Design Sight & Lab (Nicolas Gaudron), le collectif d’architectes Didattica (Léa Longeot), l’école de Design de Nantes Atlantique (Frédéric Degouzon), l’école de design Strat Collège (Olivier Beune), Sarah Eimmerich, conseillère à l’innovation à la Mairie de Paris, etc.