Archives mensuelles : novembre 2011

TRANSFO Bourgogne / Semaine 2 / Jour 5 – Atelier cartographie dynamique

Cartographie dynamique

Cartographie dynamique

Tout au long de la TRANSFO, nous proposons de réaliser une veille partagée entre l’équipe en immersion et les agents de la Région. Il s’agira d’identifier d’un côté des projets déjà existants et éclairants pour le village de demain (dans la Région, mais aussi au delà, en France et à l’étranger), et de l’autre des villages (ou autres collectivités locales) susceptibles de participer à la Transfo. L’ensemble mis en ligne constitue une cartographie dynamique des ressources innovantes en milieu rural, accessible à tous en ligne, en constante évolution.

discussion sur les Modalités d'intervention des agents de l'Aménagement du Territoire

discussion sur les modalités d'intervention des agents de l'Aménagement du Territoire

L’atelier du jour s’attache à expliquer l’outil prototypé, et d’en définir les fonctionnalités, les modalités de fonctionnement… Nous discutons d’abord avec les acteurs essentiellement issus de la direction de l’aménagement, de leurs pratiques et des modalités de leur intervention sur les territoires : outils de travail, les réseaux, les services. Le concept de réseau revient souvent comme dispositif informel dans les relations favorisant le travail, une sorte de système d’entraide interne au Conseil Régional. Certains pointent clairement des défauts notamment dans la transmission d’informations entre agents, qui troublent le travail et semble t-il, pourraient être résolus par des solutions techniques. On note donc une volonté et des idées pour développer de nouveaux outils. Nous en découvrons certains : j’entreprends en Bourgogne qui permet aux porteurs de projets d’effectuer des démarches en ligne et aux agents de conserver un historique de tout le processus du projet. Nous découvrons aussi les outils de partage en interne, les projets de modification de l’INTRANET et de l’EXTRANET, territoires coordonnés par la direction Informatique. GEOCULTURE, application issue de l’outil SIG, et sa déclinaison GEOTERRITOIRE tentent de cartographier et de mettre en partage des données sur les projets. Mais le temps pour l’apprentissage et la gestion des outils fait défaut. L’enjeu serait d’en démontrer l’utilité et à terme le gain de temps qu’ils peuvent apporter. La cartographie n’intervient pas dans un champ vierge, il faut donc imaginer son utilité au milieu des autres outils existants.

Version Papier de la cartographie & Discussion sur les temps d'immersion de la semaine de Janvier

version papier de la cartographie & discussion sur les temps d'immersion de la semaine de janvier

Le second aspect porte sur la question des projets autour de l’outil cartographique comme collecteur ou catalyseur : l’identification d’initiatives en région et la présentation d’un outil cartographique participatif mis en place pour répertorier ces projets innovants. C’est alors l’occasion d’un retour sur la séance Midi Villages du mardi. La cartographique interactive est un outil participatif, en créant un compte, on peut y ajouter des informations. Est-il plus pertinent de communiquer la cartographie aux porteurs de projets et les inviter eux-mêmes à s’inscrire ou le fait-on à leur place ? Jusqu’où pousser l’exhaustivité des informations ? Identifie-t-on tous les acteurs intervenant dans la réalisation et l’accompagnement de chaque projet ? Quels filtres créer pour rendre la carte lisible et pertinente ? Toutes ces questions restent en suspens. Tous les agents présents ce jour vont commencer à expérimenter la cartographie et ajouter des éléments et c’est ensuite seulement que l’on cherchera à classer, hiérarchiser….

TRANSFO Bourgogne / Semaine 2 / Jour 4 – Chantier Villages / Villages rêvés

Les participants du premier Chantier-Villages

Les participants du premier Chantier-Villages

Le premier Chantier-Villages a eu lieu jeudi 24 novembre à la Cave de l’Oncle Doc, lieu dédié à la diffusion de documentaires, sous la forme d’une rencontre-débat autour de l’urbanisme rural. Nous l’avons intitulé « Construire une vision collective dans un village autour d’un projet d’urbanisme : quelles démarches ? quels outils ? quelles perspectives ? ». Le chantier-villages met en regard deux intervenants : un acteur bourguignon et un acteur « d’ailleurs ». Pour cette fois nos invités sont une association, un élu et une agence d’architecture.

Elisa Dumay

Elisa Dumay

>Elisa Dumay, dirige De L’aire, une association qui invente des approches créatives et participatives avec les élus et les citoyens pour réaliser des aménagements urbains et des événements fédérateurs. Elisa Dumay nous a présenté un de ses projets en cours : «Embellissons Bossieu!». Pour l’association De L’aire, il est toujours important de mêler urbanisme et culture. C’est pourquoi, lorsque la commande concernant le village de Bossieu recherchait le réaménagement du centre bourg, De L’aire a proposé différents temps festifs, dans le but de réunir la population dans l’espace public. Ces évènements donnent corps aux espaces aujourd’hui inutilisés et permettent aussi d’en imaginer les possibles. L’espace prend forme en étant vécu. Pour De l’aire il y a une véritable nécessité à faire participer les habitants au chantier. Ils proposent à Bossieu un chantier participatif sur 3 jours, l’été dernier invitant les habitants à construire des assises pour l’espace public, de l’investir et de réfléchir à son aménagement futur. Un écran de cinéma et une cuisine collective ont également été installés. Parallèlement la mairie s’est  transformé en un atelier d’urbanisme participatif invitant les habitants à donner leur avis sur le village : ce qu’ils aiment, ce dont ils manquent, et ce dont ils ont envie. Ces résultats ont donné lieu au changement complet de la première proposition réalisée pour la place de la mairie qui prévoyait une esplanade au revêtement béton accessible aux voitures. La future place de la mairie se dessine aujourd’hui autour de jardins collectifs, de pergolas qui devraient être aménagés à 80% par les habitants eux mêmes.

La démarche mise en place par De L’aire aura donc permis de mettre à jour un projet plus en cohésion avec les attentes des habitants. Le processus s’est mis en place petit à petit et il a fallu un an pour définir les modalités d’action et la première étape d’aménagement temporaire. La mairie était sceptique sur l’implication possible des villageois, mais une bonne trentaine de personnes se sont investies fortement dans les chantiers. Loin des méthodes habituelles des architectes et des concepteurs, De L’aire privilégie l’immersion et la participation habitante. Ce sont alors des processus longs qui se construisent, en fonction des contextes, des envies de chacun, et simplement dans les rapports humains, par «tricotage» comme le souligne Elisa Dumay.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 >Ensuite interviennent Michel Charles, maire du village de Longecourt-Lès-Culètres , et l’Atelier Zéro Carbone Architectes

Michel Charles

Michel Charles

Dans le cadre du dispositif Eco Villages Avenir, le maire du village de Longecourt-Lès-Culètres a fait appel au Conseil Régional pour présenter son projet d’éco-hameau. Véritable pari pour ce village de 46 habitants, qui n’avait ni carte communale ni PLU, et qui dépend pour bons nombres de services du village voisin Culètres. Déçu des projets proposés par les architectes, le maire lance un appel à projet pour la réalisation de l’éco-hameau, avec comme critère indispensable la participation habitante.  L’atelier Zéro Carbone Architecte dont la démarche est axée sur une architecture écodynamique est choisi pour mener le projet. Marine et Emmanuel organisent des réunions tous les 15 jours réunissant élus, habitants et futurs accédents à la propriété. Les deux jeunes architectes construisent des méthodes ludiques pour sensibiliser les habitants aux problématiques écologiques et les impliquer dans la réalisation du futur éco-hameau. Ils proposent de nouvelles manières de communiquer, au-delà du langage architectural classique.  Ce projet de démarche participative et de co-construction est une première pour eux. Ils testent et s’ajustent : les habitants sont toujours au rendez-vous. Marine pointe un contexte favorable avec des élus et des habitants sensibles et avertis sur les préoccupations écologiques puisque le village organise une foire annuelle bio très importante qui fédère tous les habitants du village, même les plus réticents aux changements.

Atelier Zéro Carbone Architecte

Atelier Zéro Carbone Architecte

Le maire de Longecourt-Lès-Culètres -tout comme l’assemblée réunie cet après-midi se dit quant à lui agréablement surpris des méthodes mises en œuvre. On peut encore parler ici de «tricotage» entre un contexte «favorable» et des individus impliqués. Le résultat est un projet modeste, comme le décrit Marine, tricoté entre savoirs vernaculaires des anciens du village et connaissances professionnelles des jeunes architectes. Le village rêvé se créerait donc «sur-mesure» en croisant les représentations et les compétences des uns et des autres.

« Le mandat rêvé pour moi ce serait d’être maire d’un village complètement autonome. » Michel Charles

« Longecourt, c’est l’exemple rêvé pour nous. Il y a eu Cœur de Villages, et maintenant Eco Villages Avenir. » Nicole

La Cave de l’Oncle Doc qui nous accueille est gérée par Laurent Houy Chateau, qui a toujours travaillé dans le domaine du cinéma. Après une longue expérience dans la création de circuits cinématographiques itinérants en milieu rural il a dirigé le cinéma d’art et essai l’Eldorado à Dijon pendant 4 ans. Il créé ensuite l’association Les Colporteurs, qui s’inscrit dans les circuits de cinéma itinérants avec un désir d’éducation populaire. Ses connaissances en droit de diffusion du film documentaire le poussent à créer un lieu propre à cette vocation. En avril 2011, la Cave de l’Oncle Doc ouvre ses portes au 9 rue de la Manutention pour organiser des séances de projection suivies de débats. Laurent Houy Chateau, nous fait part d’exemples de projets et réseaux exemplaires en cinéma itinérant en milieu rural dont Les Cinémobiles de la Région Centre, camions transformés en cinéma. Cette salle de cinéma unique se déplace dans les villes et villages de la région, s’installant chaque mois sur une place d’un village pour permettre à tous les habitants de voir des films courts ou longs métrages diffusés peu de temps après leur sortie nationale.

TRANSFO Bourgogne / Semaine 2 / Jour 3 – SAFARI PHOTO

Safari photo

Safari photo

Mercredi nous organisons un safari photo dans les bâtiments du Conseil Régional pour nous aider à comprendre son fonctionnement et découvrir les espaces stratégiques. Munis d’enregistreurs et de caméras, nous partons à la rencontre des agents du service de l’aménagement du territoire et des espaces de vie et de travail.

Le 6ème étage au complet

Le 6ème étage au complet

Ils nous accueillent chacun leur tour et nous expliquent leur positionnement professionnel et leurs pratiques. Ils nous éclairent sur leur rôle au sein de la Direction, leurs collaborations sur certains projets, les outils qu’ils utilisent ou qu’ils aimeraient pouvoir développer, leur vision de la ruralité et ce que leur inspirent les villages du futur.

Rencontre avec Dominique Mazeaud, Chargée de Programme.

Rencontre avec Dominique Mazeaud, Chargée de Programme.

Sophie Valdenaire, directrice de l’aménagement du territoire, dirige une équipe mixte dans les domaines du développement des territoires, de la santé, de l’habitat. Chacun met ses compétences au service de la spécialité et/ou du territoire qui lui sont assignés le portant à s’associer avec certains collègues du service ou d’autres directions selon les projets. Seul le service cartographie est véritablement transversal et travaille pour toutes les directions.

Affichage Thématique

Affichage Thématique

Le rapport au territoire prend différentes formes. La plupart du temps les agents travaillent en collaboration avec les pays et leurs agents, ou à défaut des communautés de communes. Ils sont aussi partenaires des SCOT en création qui viendront peut être bientôt offrir de nouveaux cadres d’intervention dans un contexte de redéfinition des cadres d’action des politiques publiques. Les agents sont amenés à se déplacer sur le terrain avec plus ou moins de régularité selon leur fonction. Le dispositif Eco Villages Avenir, comme le précédant dispositif Coeur de village, est un outil d’assistance aux communes de moins de 3500 habitants pour des projets d’aménagement et de réhabilitation du logement. Ce dispositif d’aide direct fait intervenir les agents directement et régulièrement sur les territoires dans le conseil technique aux maires et élus qui accompagne une subvention. Ces contacts avec le terrain nous intéressent particulièrement puisque les agents sont au plus près des besoins, des envies, des difficultés des villages. Ils décrivent aussi leurs modes d’interventions en relevant certaines limites du dispositif d’ingénierie et en imaginant des modalités complémentaires d’intervention.

En décryptant le champ des politiques publiques, nous constatons que le village se trouve enchevêtré dans de nombreuses instances et échelles. Nous constatons aussi le manque d’outils spécifiques au monde rural (adaptation des dispositifs urbains) et dans un ensemble étoffé d’acteurs, nous questionnons le rôle de la Région dans les stratégies territoriales. La multiplication d’acteurs offre un cadre étoffé de compétences et de possibilités de financements, mais elle est parfois complexe à gérer pour les acteurs locaux mais aussi dans le travail transversal entre les collectivités qu’il implique. Les Conseils Généraux se dotent progressivement de compétences de terrain plus étoffées (CF Saône et Loire qui détient un service très opérationnel d’accompagnement des projets d’urbanisme) qui remettent en question les modalités d’intervention des Régions.

Les agents sont critiques sur le phénomène de duplication des services et des équipements qu’ils ont l’impression parfois d’alimenter. Après la mode des salles des fêtes, est venue celle des maisons de santé ou encore plus récemment celle des éco-hameaux ou des centres de télétravail, que les collectivités souhaitent voir émerger mais qui ne sont parfois pas tout à fait adaptés aux besoins repérés dans un contexte donné, en tout cas qui mériteraient d’être réinterroger in situ à chaque demande.

Dossier de présentation des "Eco-villages-Avenir" présenté par Hervé Robert durant le Safari Photo

Dossier de présentation des "Eco-villages-Avenir" présenté par Hervé Robert durant le Safari Photo

Dans une discussion sur les perspectives du monde rural, sont abordées les prévisions démographiques dramatiques d’une campagne toujours plus vieillissante. Face à cette situation, quelles politiques d’accueil mettre en place ? Arnaud travaille au sein du Massif sur cette problématique de l’accueil. Cinq agents reviennent tout juste du Salon Prov’emploi à Paris où ils ont été défendre les couleurs de la Région Bourgogne pour repérer quelques Parisiens en quête de ruralité. Ils sont impressionnés par le succès de la Région Bourgogne (très bien située géographiquement et dont les grands crus et la gastronomie font rêver) et le désir de fuite de nombreux Parisiens pressés. Au total 120 touches, à entretenir… Certain doutent de ce type d’action et craignent de « vendre du mythe » à des personnes qui méconnaissent complètement le monde rural et ses spécificités.

Les 4 visions des villages & les idées périphériques

Les 4 visions des villages & les idées périphériques

De ce circuit parmi et au delà de la direction (quelques escapades ciblées complémentaires) émergent finalement quatre grandes thématiques que nous définissons d’ores et déjà comme les sujets des Chantiers Villages des semaines à venir à coconstruire avec les agents du Conseil Régional :

prise de notes : les villages révés

prise de notes : les villages révés

« Villages rêvés » abordera la question de la projection et de la prospective rurale. Les villages peuvent-ils se rêver eux-mêmes ? Comment concilier les rêves des nouveaux arrivants avec les aspirations des anciens ? Comment mettre en place les conditions d’une projection collective, à l’échelle du village, mais aussi d’autres échelles jusqu’à la Région ? Que faire des projets exemplaires ? En quoi donnent ils à rêver ?  Doit-on rêver d’une duplication de la démarche et comment le mettre en place ?

prise de notes : les villages connectés

prise de notes : les villages connectés

« Villages connectés » s’intéressera aux réseaux dans lesquels s’inscrivent villages et habitants. Des réseaux associatifs historiques encore vaillants (foyers ruraux par exemple) aux réseaux sociaux structurants ou plus flous (liés aux mobilités et parcours de vie), aux réseaux numériques (qui semblent apporter de nouvelles ressources), cette thématique donne à repenser les spécificités rurales aujourd’hui et fait émerger des paradoxes : alors que certain viennent à la campagne se déconnecter, toutes les collectivités s’emploient à trouver comment mettre en place des infrastructures de réseaux. Quels sont les réseaux en présence ? Comment repenser la place des réseaux d’entrepreneurs ? Le fonctionnement et les connexions entre collectivités, associations, entreprises ? En quoi représentent-ils des atouts et des perspectives ? Comment les activités professionnelles se recomposent elles avec ces nouvelles connexions ? Quelles perspectives pour le télétravail ? Pour les services qui encouragent la reconnexion des personnes isolées ? Quelles connexions ville / campagne à imaginer ?

prise de notes : les villages retraités

prise de notes : les villages retraités

« Villages retraités » Le monde rural vieillit, attirant de jeunes retraités et vieillissant naturellement. Comment anticiper ce vieillissement général et faire de la présence des sénior une ressource sociale (temps nécessaire à l’investissement associatif et politique) et économique (produits et services spécifiques) ? Comment penser les relations intergénérationnelles ? Comment travailler la question de l’accueil de nouvelles populations dans cette perspective?

prise de notes : Villages Cultivés

prise de notes : Villages Cultivés

– « Villages cultivés ». La physionomie des villages évolue : les paysages, les types de constructions, les services, le travail agricole, les lieux de rendez-vous se transforment. Les villages attirent les habitants et passants en quête de bien être qui recherchent tranquillité, liens humains, qualité des paysages, services de proximité, nourritures saines. Ces changements de regards amènent des conflits de représentation, de pratiques et de cultures… Quelle place pour la culture ? quelle agriculture durable ? Comment encourager à partir du village la transformation de la campagne ?

Revue de presse : L’Est Eclair

Egalement en ligne sur http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/les-jeunes-de-lest-aubois-evoquent-leurs-problemes

Les 3 dernières rencontres REGION JEUNES en Champagne-Ardenne pour 2011

Ce samedi 26 novembre 2011 se tiennent les rencontres sur Vouziers dans les Ardennes (14h30), Saint-Dizier en Haute-Marne (14h00) et Vendeuvre sur Barse dans l’Aube (14h00).

Un bilan sera fait des 8 rencontres qui se seront tenues sur ce mois de novembre. Il portera tant sur les aspects organisationnels, que sur la qualité des échanges, les problématiques soulevées par les jeunes, leurs propositions…

L’amorce d’une nouvelle dynamique…

TRANSFO Bourgogne / Semaine 2 /Jour 2 – Midi-Villages

MIDI VILLAGES

Midi-Village

Midi-Village

Nous profitons du temps de midi pour proposer un nouveau format de rencontre et de discussion. Agents du Conseil Régional et acteurs extérieurs sont invités à présenter un projet innovant, une initiative locale, un projet encore à l’ébauche, une action réalisée ou peut être échouée.

L’idée est de faire partager un projet qui semble pertinent et en 4 minutes et 4 slides pour donner envie à l’auditoire d’aller voir cela de plus près.

L’intérêt de cette rencontre-discussion est double. D’une part, il invite chaque participant à être curieux, ouvert, à chercher des projets puis les faire découvrir, et en retour s’enrichir également des découvertes des autres. D’autre part, ces actions repérées viennent alimenter la cartographie des projets innovants en Bourgogne et en ville. Cette cartographie est un outil en ligne, site participatif, il permet simplement par la création d’un compte personnel de l’enrichir directement.

Voici les projets présentés pour cette première séance Midi Villages :

– Alain GISLOT a ouvert la séance avec une présentation de l’association qu’il préside : ARCADE. L’Atelier de Recherche en Création Artistique et Design basé dans le village de Sainte Colombe en Auxois à 50 km de Dijon revendique son action dans le « design à la campagne » et propose depuis 2002 une série de trois expositions par an autour du design.

Nicole Arbez présente la maison Charlotte

Nicole Arbez présente la maison Charlotte

-Nicole ARBEZ, coordinatrice de projets à la section habitat, cohésion sociale et aménagement au Conseil Régional nous a présenté la réhabilitation d’une dépendance à La Roche en Brénil : la Maison Charlotte. La commune a créé dix logements locatifs sociaux dans une ancienne bâtisse vacante du centre bourg.

Mr Chagny présente des projets d'étudiants inscrit dans les villages.

Mr Chagny présente des projets d'étudiants inscrit dans les villages.

-L’Ecole Supérieur des Arts Appliqués de Nevers était représentée ce jour par Mr CHANY, professeur de design qui nous a donné des exemples de projets d’étudiants imaginés sur le territoire rural dans lequel est implantée leur école.

-Sylvain RIFFARD, chef du service développement des territoires, des services et de la santé nous a fait part d’un projet culturel ambitieux mais qui fait ses preuves depuis 2006 : l’Abreuvoir, une salle de théâtre d’une capacité de 220 places dans le village de Salives (270 habitants).

-Anthony AUMAND, chargé de mission politiques territoriales s’est penché sur le cas d’un réseau de producteurs locaux Produits Naturellement Auxois qui se mobilise dans le Pays Auxois pour proposer un suivi et un accompagnement durant toute les phases de la production jusqu’à la commercialisation offrant ainsi des produits de qualité et créant une véritable dynamique de réseau.

-Franck MOREL, lui aussi chargé de mission politiques territoriales, a présenté la création d’une micro-crèche dans la petite commune de Jambles à 15km de Chalon sur Saône.

Nous avons quand à nous choisi deux exemples.

-Une université d’architecture en Alabama, le RURAL Studio, qui depuis 1994 axe sa pédagogie sur la pratique en travaillant directement dans cette zone rurale des Etats-Unis où les étudiants répondent à des problèmes de logement et de précarité avec des solutions concrètes et viables associant recyclage et faibles coûts.

-L’idée originale d’un agriculteur dans le Morbihan, pour porter des visiteurs sur son exploitation. Gildas Le Béhoc a tagué des QRcodes sur le flanc de ses vaches. Ceux ci une fois scannés renvoie à un jeu permettant de gagner des produits issus de la ferme de l’agriculteur. L’explication en vidéo.

Pour ce second Midi Village, Franck fait remarquer l’importance d’aborder les projets avec une dimension plus critique, un regard nuancé et une expertise sur sa viabilité. Pour les prochaines séances, nous tenterons d’imaginer de nouvelles interactions entre les participants.

La discussion continue avec les participants autours d'un casse-croute.

La discussion continue avec les participants autours d'un casse-croute.

Retrouvez la cartographie et tous les projets présentés ici.

TRANSFO Bourgogne / Semaine 2 / jour 2 – Rencontre avec Grégoire Japiot

 Gregoire Japiot & Romain Thévenet

Gregoire Japiot & Romain Thévenet

Mardi, nous avons aussi repris contact avec Grégoire Japiot, qui gère un espace de co-working et de projets numériques à Dijon : Les Docks numériques. Nous l’avions rencontré lors de la première semaine de campus et avec qui nous avions déjà eu l’occasion d’échanger.

En partenariat avec la région, Grégoire compte organiser, en 2012, une succession de RuralCamp dans les différents départements de Bourgogne pour ouvrir le débat sur les nouvelles organisations de collaborations numériques, sur les espaces de co-working en milieu rural et sur l’implantation, de développement et l’accompagnement du télétravail dans les villages. Ces problématiques ouvrent la réflexion sur les mises en réseau des villages, tant entre les personnes qu’entre institutions et sur les moyens à envisager pour outiller ces dynamiques de collaboration émergentes. En mettant à jour les dynamiques communes de nos deux démarches, nous avons évoqué de possibles collaborations sur l’année à venir.