Archives de Catégorie: La Transfo Bourgogne

InterTransfo #3 : bilan à mi-parcours de programme(s)

La troisième rencontre InterTransfo a eu lieu le 17 octobre dernier. Elle rassemblait les équipes de résidents et les agents régionaux engagés dans chacun des programmes Transfo déployés par la 27e Région en Champagne-Ardenne, Bourgogne, Pays de la Loire de Provence-Alpes Côte d’Azur. Retour sur cette journée de réflexion, d’échange et d’analyse.

Après deux premières rencontres, la première orientée vers l’objectif final des programmes, et la seconde vers la recherche de solutions à des problèmes concrets, cette troisième InterTransfo marque le temps d’un bilan, à mi-parcours du programme. C’est le moment pour les 4 équipes et leurs interlocuteurs en Régions de prendre du recul et la mesure des avancées et des difficultés rencontrées.

La matinée est donc consacrée à un point d’étape de chacune des Transfos, à partir de 3 questions posées en amont aux participants :

  • En quoi la Transfo interroge-t-elle la façon dont travaille la Région ?
  • En quoi transforme-t-elle les pratiques des agents/citoyens/élus/professionnels?
  • En quoi apporte-t-elle un regard nouveau sur la thématique traitée au sein de l’institution?

Au fur et à mesure des réponses détaillées de chacune des équipes, plusieurs questionnements ou constats se répètent, tandis que d’autres sujets ou enjeux, mis en avant lors des deux précédentes sessions, semblent désormais moins critiques. Le défi n’est plus, par exemple, de réussir à libérer la parole des agents, le cadre de confiance de la Transfo se renforçant dans la plupart des Régions.

La bienveillance des élus : nécessaire, mais pas suffisante

Au regard de la relation aux élus et au « top management » administratif, l’enjeu semble s’être déplacé : alors qu’il était au départ crucial de s’assurer de leur bienveillance, voire de leur soutien, il faut désormais réussir à les impliquer de manière active dans la démarche Transfo. Une implication personnelle plus compliquée à susciter que prévu, ce qui amène même certaines équipes à envisager des sessions de Transfo conçues pour et destinées spécifiquement aux élus et managers. L’idée ne fait pas l’unanimité.

Cette nécessité est liée à la question de la gouvernance de la Transfo, qui se pose à nouveau dans chaque Région, cette fois-ci à partir de cas concrets, rapportés par les participants. Si en Champagne-Ardenne, les résidents et référents jeunesse ont construit leur propre programme de travail, en Provence-Alpes Côté d’Azur, le processus de validation hiérarchique pèse encore sur la prise d’initiative des agents investis dans le programme. Dans l’ensemble, la logique de commande reste difficile à dépasser.

Apprendre à accepter un corps étranger et à le laisser fonctionner en électron libre

En Pays de la Loire, l’équipe note que « la Transfo infuse à la base » et que « les micro-changements d’habitudes sont une base nécessaire pour pouvoir emmener les agents vers des choses plus questionnantes« .

C’est en bousculant, même brièvement, les habitudes, que la démarche Transfo se transmet le mieux : en immersion à la Flèche, lors de la dernière semaine de Transfo, les élus ont pris part à des d’ateliers participatifs, mais sans dévoiler leur fonction. Noyés dans la masse ils ont été « modérés » par les agents régionaux qui assuraient l’animation des ateliers.

Transfo, subversion et sectarisme 

L’un des nouveaux arrivants de cette InterTransfo livre son analyse du bouleversement qu’entraîne la Transfo. Celle-ci réduit la distance entre le discours et l’acte, car on va au-delà des mots qu’on utilise habituellement. « Et dès que l’on se déplace sur le terrain, en immersion, le discours explose complètement. Les gens reviennent transformés« .

Cette expérience crée un sentiment d’appartenance; un vocabulaire commun au sein du groupe, qui peut conduire si l’on n’y prend pas garde à adopter un comportement excluant : « j’ai l’impression que l’on commence à considérer les autres comme des profanes, c’est un risque« .

La « Transfo autonome », une préfiguration des futurs labos ? 

L’appropriation de la démarche et des méthodes de la Transfo varie d’une région à l’autre, les programmes étant à des stades d’avancement différents (6e semaine sur 10 en Bourgogne, 2e semaine en PACA).

En Champagne-Ardenne, entre les semaines 4 et 5, une « Transfo autonome » s’est auto-baptisée et auto-organisée : le groupe des référents jeunesse a organisé ses propres immersions, rencontres et entretiens avec des partenaires sur le terrain. Dans les réunions transversales, on se demande désormais « comment la Transfo aborderait-elle ce problème ? ». Ces nouveaux réflexes, très encourageants pour les équipes, ont cependant leurs limites : dans la pratique, les initiatives se heurtent encore souvent à la réalité hiérarchique de l’institution. « On arrive dans le coeur des problématiques : management et méthodes » conclue un participant, et « on cherche la pérennité » ajoute une résidente.

Dans l’après midi, les équipes de chaque Transfo sont mélangées pour partager les réussites et réinterroger les difficultés de chacun, collectivement ou personnellement. Trois mots clés émergent de ces discussions :

  • Chronophagie : le rythme du programme Transfo est intensif. Les participants (résidents comme agents) s’interrogent sur la soutenabilité du modèle : si la Transfo est sensée prototyper, expérimenter le futur labo d’innovation de la région, est-il raisonnable qu’elle appuie son travail sur un rythme qui ne pourra pas être tenu sur la durée ? La question des modes et rythmes d’activité s’insère ainsi dans la réflexion globale sur la mise en place des futurs labo.
  • Eco-système : chaque Transfo représente à elle-seule un petit éco-système qui a ses outils de communication, son langage, sa propre identité. Tous souhaitent cependant pouvoir plus et mieux échanger avec les équipes des autres régions, suivre au fur et à mesure les avancées et résultats du programme, qui nourrissent leur propre analyse. L’enjeu, pour la 27e Région, est donc de faciliter les échanges intra et inter-Transfos et d’améliorer la documentation du processus.
  • Identité : Vis-à-vis de leur interlocuteurs régionaux ou extérieurs, les résidents ont parfois des difficultés à se situer, à se présenter par rapport à la 27e Région. La formalisation de leur lien contractuel et figuré avec l’association apparaît à nouveau comme un chantier urgent.

Encore une fois, l’InterTransfo a montré la forte valeur ajoutée de la dimension interrégionale de ce programme. Des équipes soudées, des nouveaux venus et des observateurs (cette fois-ci venus de la Région Nord-Pas de Calais) : voilà qui fait l’équilibre et la richesse de ces sessions.

Publicité

SEMAINE 5 JOUR 4 – TRANSFO BOURGOGNE

L’atelier du matin s’intitule « LES DÉFIS DES VILLAGES ». Dans l’exposition, les visiteurs sont invités à choisir 3 « défis » dans les portraits de villages des communes rencontrées au préalable. Chacun s’installe au hasard autour d’une table. Par groupe commence alors un tour de table, qui devient discussion autour des défis des villages du futur !

Les portraits de villages et leurs défis à collecter / extraits

Chaque groupe tente de classer les défis et les prioriser. Les synthèses successives sont retranscrites ici en 4 super défis :

> Penser et agir à collectivement

L’échelle de l’inter-communalité semble essentielle pour le village de demain ! Comment se projeter sur ce niveau ? Comment faciliter les conditions du faire ensemble ? Comment travailler efficacement ? A quelle fréquence, quelle régularité ? Sous quelle forme ? On imaginent de nouveaux espaces permettant de réfléchir entre élus, habitants, jeunes, moins jeunes… un ensemble pluriel. La communauté de communes et le Pays sont des formats déjà en place mais pas toujours efficients… Il existe aussi de nombreux autres acteurs privés ou publics qui doivent être associés… Pour les politiques publiques, on évoque « la haute couture » territoriale, qui consiste à être au plus proche des particularités locales.

> Le vivre ensemble et le renouveau des espaces publics.
Une grosse trentaine d’années à conduit à l’effritement des cadres habituels du vivre ensemble à la campagne. La place du village, l’école, le marché, le bistrot, les fêtes… Tous ces lieux et moments se déplacent. Les nouvelles pratiques amènent de nombreux habitants à quitter le village pour travailler en ville. Comment on fait vivre ensemble les anciens et nouveaux habitants ? comment on maintient une vie associative dynamique ? Comment créer des liens intergénérationnels ? Comment faciliter l’intégration des nouveaux habitants ?
Des notions sont au cœur des échanges  : la participation citoyenne, la convivialité, l’intégration de tous.
Par « des lieux voués à la rencontre », recréer des places publiques. Penser un aménagement « convivial » et des équipements. L’échange de savoir-faire. L’innovation avec des services impliquant, des chantiers collectifs.  Mutualiser, partager, créer de nouveaux liens avec les voisins (puisqu’on pense à l’échelle de l’interco).

> Les ressources locales
Chaque village a aujourd’hui des potentialités locales à exploiter :
– la ressources foncières et les productions agricoles et/ou paysannes. Il semble évident de valoriser au mieux ces productions en développant l’économie locale autour des circuits courts.
– les ressources énergétiques, avec beaucoup d’intérêt pour les énergies renouvelables locales (éoliennes, méthanisation, bois) et les solutions de transports alternatives,
– les ressources patrimoniales et culturelles valorisables avec le tourisme mais pas seulement. C’est aussi la qualité de vie nécessaire à l’attractivité des territoires ruraux pour renouveler la population.

Toutes ces ressources et autres aménités positives (qualité des paysages, de l’eau,…) font des campagnes des lieux fragiles auxquels il faut prendre soin.
> Développer une image positive du village et de la campagne.
Comment donner à voir une ruralité vivante, dynamique ? Inviter, accueillir, lutter contre l’exode rural ! Il y a enjeu démographique et politique fort à convaincre que l’innovation sociale, économique… est en marche à la campagne !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SEMAINE 6 _ JOUR 3 TRANSFO BOURGOGNE

Et voilà ! S’ouvre aujourd’hui le forum des villages du futur ! Après quelques jours d’effervescence et d’activation, le forum est sur pied dans la galerie !

Accueillis par les agents en tenue de chantier, on commence par dresser le portrait des visiteurs en leur demandant ce qu’ils viennent apporter et chercher ! Une manière de se mettre dans le bain de cette exposition interactive. Chaque jour une soixante de participants nous rejoignent : élus locaux, associations, entreprises, agents de développement, et toujours quelques invités extérieurs au territoire, qui viennent alimenter notre histoire !
Baignés par des paroles extraites de livres sélectionnés collectivement, les visiteurs positionnent leur village sur le plateau de mire où sont positionner les 4 archétypes des villages bourguignons: le village rural isolé, le village périurbain, le ville Sur le fil du rasoir, le Bourg rural.

Plus loin, on passe parmi les villages extrêmes, représentations de visions issues des échanges préalables. Derrière, les portraits de 35 villages retracent leurs enjeux, leurs dynamiques et surtout présentent leurs défis, qui serviront de nourriture pour les ateliers du matin.

Ensuite c’est le chantier ! comment répondre à ces défis !? Des mallettes outils se déploient pour proposer un temps créatif d’invention d’idées et de solutions pour le village. Un kit d’atelier qui reprend les tests préalables réalisés lors des précédents temps de résidences.

Partout se baladent les Chevalets supports du Manifeste des villages du futur ! Tout au bout les photos, la cartographie et toute la convivialité qu’il faut pour faire se rencontrer les participants !

S’esquisse le parcours quasi « initiatique » auquel nous avions rêvé !

Image

TRANSFO BOURGOGNE – Le FORUM 3, 4, 5 octobre

prog-forum-des-villages-du-futur 1

Ouvert à tous, l’occasion de venir nourrir nos visions de la ruralité de demain !

Télécharger le programme ici prog-forum-des-villages-du-futur

TRANSFO BOURGOGNE – Préparation du Forum des villages du futur

ça bosse à la direction de l’aménagement du territoire pour préparer le forum et restituer les éléments collectés dans les villages depuis près d’un an !

Synthèse du dernier atelier : L’avenir des « VILLAGES MOUILLES »

Le 13 juin dernier nous organisions une journée « Villages mouillés » à la Péniche Cancale à Dijon. Nous nous intéressions alors à l’avenir des villages traversés par une voie d’eau.
Riche en échanges et en projets, cette journée a été une occasion d’imaginer les contours du village mouillé du futur, qui fédère sa population, qui est un acteur majeur de la vie culturelle, en interconnexion avec d’autres et tourné vers un tourisme avant-gardiste !



Vous trouverez ici le lien pour télécharger la synthèse de cet atelier
: Un aperçu de nos échanges qui constituent une base de réflexion pour la suite de la démarche conjointe Région Bourgogne / 27ème Région…

Et n’oubliez pas notre prochain rendez-vous : les 3, 4 et 5 octobre pour le FORUM VILLAGES DU FUTUR à l’hôtel de Région à Dijon où vous retrouverez le résultat d’une année d’immersion en Bourgogne à travers notamment des portraits de villages.

Les Villages du Futur – LE FORUM – 3, 4 et 5 octobre 2012

Après 5 semaines de résidence en Bourgogne, au Conseil Régional et dans les campagnes à la rencontre des acteurs locaux, la Transfo revient à la rentrée pour poursuivre la réflexion sur l’avenir des villages !

Les 3, 4 et 5 octobre pour le FORUM VILLAGES DU FUTUR organisé à l’Hôtel de Région à Dijon, nous vous restitueront l’ensemble des réflexions déjà construites depuis un an pour les mettre en débat afin de préparer la suite et continuer la co-construction.

Devenez acteur de la Transfo Bourgogne en participant au Forum Villages du Futur !                                                                                                                                                   Au programme ateliers créatifs, exposition, rencontres, débats, …

Programme détaillé et formulaire d’inscription seront disponible début septembre.
Pour tout renseignement et pré-inscription écrivez-nous à transfo.bourgogne@gmail.com
 

InterTransfo #2, la fabrique des solutions

26 Juin 2012 : le programme interrégional de la « Transfo » est lancé depuis près d’un an.

En Bourgogne, l’expérimentation est déjà à mi-parcours, un forum est prévu en septembre pour présenter les visions de villages du futur élaborées en semaines 2, 3, 4 et 5 (sur 10) de Transfo. L’équipe de résidents de la Transfo Champagne Ardenne prépare quant à elle le rétroplanning des 5 dernières semaines de Transfo en lien étroit avec les référents du Conseil Régional. En Pays de la Loire, la Transfo a pris ses marques et une immersion est prévue en semaine 4 à la rentrée. Enfin, la Transfo PACA a démarré en juin avec la désormais traditionnelle « Semaine Campus » de formation-action.

Ce sont donc des équipes évoluant à des rythmes différents qui sont réunies en cette InterTransfo pour confronter leurs expériences et construire ensemble la suite du programme.

Durant la matinée, les échanges sont consacrés à un état des lieux des 4 Transfos, de leurs faiblesses et forces respectives. Au total, ce sont 13 semaines d’expérimentation qui se sont déroulées pendant cette première année de programme, et l’on peut déjà (avant les 27 suivantes !) dresser la liste des écueils à éviter et des astuces à développer pour garantir le bon déroulement du programme.

En cumulant et combinant l’expérience de chaque programme, les conditions de succès de la Transfo qui se dessinaient déjà lors de la 1ère InterTransfo se confirment :

– implication de plusieurs directions (même aux compétences en apparence éloignées, et si possible comprenant des directions fonctionnelles)
– portage politico-administratif fort (relayé par un appui solide au sein du cabinet, et au sein de la direction générale des services)
– Formation d’une équipe projet autour de la Transfo (hétérogène et motivée, et si possible ouverte vers l’extérieur)

Les participants échangent leurs questionnements… : « Comment motivez-vous les agents à participer aux travaux de la Transfo ?
 » Comment expliquer la Transfo ? »  « Faut-il impliquer d’autres collectivités ? » « Faut-il préparer le programme des semaines en amont, ou avec les agents ? A quel moment leur laisser le volant ? »

… et leurs pistes de solutions, voire leurs motto : « On n’accepte pas que les gens viennent en observateurs. S’ils sont là, ils participent ».
« Il faut travailler sur des objets concrets, même s’ils sont petits. Mieux vaut une bonne expérimentation sur un sujet limité, qu’une mauvaise expérimentation sur un thème vaste »
« Organiser des moments de convivialité autour de la présentation des travaux  ou de conférences permet d’intéresser des agents et élus ne participant pas encore aux travaux de la Transfo »

« La Transfo ne s’explique pas, elle se vit »

Des enseignements précieux pour la Transfo PACA qui démarre, et pour de futurs projets.

C’est aussi un canevas de Transfo qui commence à se dessiner :

– En semaine 2, il semble pertinent d’organiser une rencontre de l’équipe de résident avec les acteurs clés de l’organigramme régional, pour garantir l’implication d’agents de différents services dans les semaines suivantes.
– Au bout de 3 à 4 semaines, la question de la transition des méthodes commence à se poser et avec elle celle de la gouvernance et du financement du futur labo.
– A partir de la 3e ou 4e semaine, il devient possible de proposer aux agents de tester le « re-design » d’un dispositif existant.

Mardi après-midi, place à la construction des futurs « labos », qui ne porteront pas nécessairement ce nom – En Champagne-Ardenne, on a déjà suggéré une série d’intitulés alternatif, de l' »élaboratoire » au « chantier des politiques ».

Lors de la première InterTransfo, les participants avaient imaginé la forme de leur futur labo : réseau interne, fonction embarquée au sein du Conseil Régional, organe pluri-collectivités…

Les quatre équipes laissent cette fois-ci la forme et la structure de côté pour se pencher sur les fonctionnalités et modes opératoires de ces futures unités.

A quoi ça sert ? « revisiter des dispositifs ou en élaborer de nouveaux », « produire de la solution », « créer des communautés de travail », « former et sensibiliser », « comprendre toute la chaîne des utilisateurs » …

Les modes opératoires du futur labo sont autant de méthodes à tester pendant la Transfo, d’où l’intérêt de les énumérer très en amont. Ainsi, il semble indispensable, dans le cadre des semaines de Transfo, de tester plusieurs formes d’immersion, de prototyper des dispositifs ou des améliorations, l’exposition de travaux « in progress », et plusieurs méthodes de visualisation dont la cartographie.

L’identification des fonctions et des modes opératoires va maintenant se poursuivre dans chacune des Transfos. Ce travail pourrait s’accompagner d’un temps de réflexion avec tous les participants sur les questions de vocabulaire, pour éclaircir les notions-clés, les mots valises autour desquels tout le monde croit s’entendre : innovation, transversalité, mutualisation, expérience/expérimenter, etc.

SEMAINE 5 – JOUR 5 – TRANSFO BOURGOGNE – Cussy La colonne, village laboratoire

Rendez vous à Cussy La Colonne ce vendredi, petit village de 57 habitants de Côte d’or qui accueille la Transfo pour une journée de projection collective. Cussy la colonne offre un décors bucolique, parsemé des deux exploitations agricole qui rythment la vie de la commune et façonnent les paysages : du bocages et des vaches charolaises, des haies diversifiées, des bois de feuillus qui alimentent les quelques chauffages au bois déchiqueté de la commune.

Depuis la veille nous arpentons le village avec l’équipe du conseil régional pour trouver les recoins les plus bucoliques pour accueillir les débats du jour. Madame LA Maire Anne Marie Terrand (qui insiste sur le pronom à adopter) est très engagée dans le développement du village. L’entente dans le conseil municipal est bonne, et les 9 conseillers s’accordent sur certains points fondamentaux : laisser les herbes folles sur les bas côtés des chemins, repeindre les portes et fenêtres en ocre avec le recours de l’association terres et couleurs, mais aussi mettre en place un parc éolien qui prend du temps à voir le jour, bloqué par certaines communes voisines qui ne souhaitent pas coopérer et bloque le passage des lignes.

Dès le matin les voitures arrivent de toutes les directions : se réunissent sur la place les habitants, mais aussi des techniciens, élus, acteurs associatifs, agriculteurs, des alentours et de toute la région. Après le Midi Village et la présentation d’une dizaine de projets forts passionnants que vous retrouverez bientôt sur la cartographie dynamique du territoire, puis le repas champêtre dans le pré municipal baptisé par Céline et Nicole le Clos des saveurs, le public choisit un atelier parmi les 4 proposés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« L’agriculteur du futur » tente d’imaginer le parcours, les outils de travail, les formes de collaboration de l’agriculteur du futur. C’est l’occasion d’un débat très riche entre des agriculteurs qui n’ont pas forcément l’occasion de partager leurs difficultés, bonheurs et angoisses.

« Le jardin énergique » pose un défi collectif : Cussy la Colonne autonome en énergie en 2020, puis producteur de ressources énergétiques pour le territoire. Le tour du village permet de repérer toutes les initiatives individuelles qui contribuent à transformer nos modes de consommation énergétique et à partir de là de trouver les marges de progression possibles.

« Les moissons culturelles » cherchent à mettre à jour les richesses culturelles du territoire et à les valoriser. L’atelier s’interroge sur la place de l’artiste dans les campagnes du futur à travers un partage d’expérience. Cussy, village d’ancrage pour de nombreux artistes est un bon endroit pour discuter de ces ressources !

« La place publique du futur » est imaginée in situ puisque Cussy a un projet d’aménagement en cours de sa place publique, aujourd’hui vaste carrefour goudronné. L’atelier s’interroge d’abord sur l’espace public à la campagne à travers les nouveaux usages et les formes de regroupements, puis imagine via des outils la participation des habitants dans un processus d’aménagement de bourg.

Le tout se termine par une promenade collective ou chaque groupe représenté par des rapporteurs volontaires présente la nature des débats et les idées esquissée. La présence de François Patriat, Président de Région, lors de cette restitution permet d’entendre ces réactions sur les politiques publiques rurales et la démarche en cours. suite pour le forum d’octobre pour voir comment ces riches débats donneront des réponses plus tangibles aux questionnements de la Région, et comment la Transfo pourra transformer l’essai !

Découvrez toutes les photos sur  sur notre page Flick’r.

SEMAINE 5 – JOUR 3 – TRANSFO BOURGOGNE –- L’avenir des villages Mouillés à la Péniche Cancale

L’équipe de la transfo Villages du Futur propose aux acteurs régionaux et territoriaux de réfléchir collectivement et dans un même bateau, à l’avenir des Villages dit « mouillés » c’est à dire traversés par des canaux et des voies navigables de Bourgogne. Cette rencontre est l’occasion d’envisager de nouveaux usages et de nouvelles formes de vie, de penser l’avenir des canaux pour dessiner l’avenir des villages de façon originale.

Pour commencer le Midi village expose les enjeux des canaux mais aussi ouvre des perspectives à travers des projets innovants du territoire et d’ailleurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ensuite autour de 5 tables la question est posée : Comment faire des canaux en Bourgogne les ressources des villages du futur ?

Village isolé, village périurbain, village post industriel, village réservoir, autant de configurations différentes qui seront ensuite connectées les unes aux autres dessinant un canal dans sa globalité et interrogeant les liens et résonances entre communes.