Valoriser son inscription territoriale

La fin de la première semaine de résidence approche. Nous préparons nos premiers maquettages et la mise en relief des valeurs de la Ruche.

La matinée est donc entièrement consacrée à une séance de réflexion et propositions dont ressortent quelques points majeurs. Nous les « testons » aussitôt énoncés auprès de l’équipe de Bug.

P1030951

P1030989

Subjectif et collectif

Si aujourd’hui la carte affichée sur La Ruche mélange individus et collectifs au sein d’un espace commun, la possibilité de n’être bientôt dédiée qu’à l’un ou à l’autre restait ouverte. En fonction des suppositions, La Ruche passerait ainsi de l’espace d’expression individuelle à l’espace de communication dédié aux collectifs. Parallèlement, et depuis le début, chaque acteur du projet s’accorde à dire qu’il serait bon que ces « réseaux sociaux » apporte enfin un plus social. La solution pour que cela soit possible, et même, la condition sans laquelle cela ne fonctionnerait pas, semble donc être de ne pas dissocier ces deux types d’utilisation : individuelle et collective. Car les associations et les structures établies ont déjà leurs moyens de communication « officielle » au travers d’agendas culturels sur papier comme sur le web. De même, chacun peut se connecter à un ou des réseaux sociaux de toutes sortes avec les limites déjà évoquées. Par contre, l’idée fédératrice de former un tout, un ensemble complexe visible et vivant à l’image de la ville semble étonnament peu présente sur le web et plus particulièrement dans les réseaux sociaux.

Voilà ce qui semble pour nous faire la particularité de la Ruche : un espace où l’individu et le collectif se font entendre à même hauteur, et où sont valorisés à la fois indépendamment et conjointement des impressions subjectives et des manifestations collectives, tout ce qui fait le foisonnement d’une ville.

P1030997
Il s’agit pour nous de valoriser la vie d’un territoire et l’usage qu’en font ses habitants, ce que permet très bien le numérique. Ce besoin de valorisation semblait d’ailleurs encore se confirmer lors de notre visite de l’atelier urbain du Blosnes. Mais, à l’image de cet atelier, il faut également penser une passerelle entre cette interface et l’ancrage dans le réel.

Une fois la vitalité de la ville représentée sur La Ruche, dès la page d’entrée, cette même page pourrait très bien être affichée dans la ville : sur les bus, sur les écrans, sur l’agenda culturel local ? Cette image de la Ruche serait alors :
– le reflet des dernières activités de toutes sortes (inscription d’un nouveau participant, événements à venir, groupe de discussion actif, annonce associative, mise en ligne d’un article sur le centre-ville en 1800…)
– un objet sensible ancré dans le quotidien du territoire. Publiée, tous les mois, cette image pourrait devenir propice à susciter la curiosité des connectés comme des non-connectés. Cela permettrait ainsi une forme d’aller-retour permanent entre le virtuel et le réel, entre ce qui se passe vraiment dans la ville et la représentation de ce même espace sur la toile ; deux plans se nourrissant l’un l’autre.
A la fin de l’année on pourrait imaginer une collection pour le public de 12 « instantanés du territoire », 12 ruches prisent en photo, 12 photos de la vitalité de la ville proposant une géo-localisation participative.

16417907

Entre 12h et 14h nous avons participé à la présentation par Richard Delogu (de l’asso Bug) de Lift à Marseille. L’occasion de re-questionner nos réflexions sur la Ruche, face aux points récurrents de cette présentation :
– idée le la métaphore collective (cartes)
– volonté de co-construction, avec l’idée de pouvoir faire agir les habitants à l’aide de controleurs
– penser l’acceptabilité sociale des outils et projets
– méthode pour  d’innover avec des non-innovants

Tous ces exposés parlent du « faire ensemble », reste à trouver le moyen de passer des intentions à de réelles pratiques collectives. Par exemple, la proposition de Pachube.com s’avère bien limitée ; tout le monde peut mettre en ligne des infos, mais pourquoi faire ?

Finalement, tout le monde peut se géolocaliser sur la Ruche, mais pourquoi exactement ?

P1040003

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s