Archives de Tag: résidence

Deuxième jour, nos idées…

Un sujet qui a le vent en poupe

Nous rencontrons Télé Rennes qui fait un reportage sur la Ruche, sa spécificité vis à vis des autres réseaux sociaux, son avenir.
Sur France 3, au journal régional de 19h, est diffusé un reportage plus généraliste sur les réseaux sociaux.

L’usage de ces réseaux sociaux semble de plus en plus titiller la question de la gouvernance territoriale. Le réseau peut permettre l’émergence d’un registre plus informel d’expression publique.

Les collectivités territoriales sont-elles prêtes à compter avec cette nouvelle parole ?
Pourquoi ne pas inviter des agents territoriaux à animer le groupe d’un réseau social sur les thématiques qui les concernent ? Comment cette contribution peut-elle être aménagée sur leur temps de travail et entrer dans le cadre de leur mission ? se demande concrètement Richard Delogu.

Avant de penser cette possible collaboration, nous cherchons plus modestement à scénariser des situations de véritable échange citoyen sur le réseau.
ex: Partager un article du Wiki, donner son avis (géolocalisé) dans le cadre d’une concertation urbaine, raconter un souvenir à tous, créer un collectif d’habitants pour améliorer le covoiturage du quartier, ou rêver sur la ville du futur…


Autant de situations qui ne répondent pas aux seules logiques dites utilitaristes (1) qui voudraient qu’un internaute « moyen » désire toujours être connecté, savoir où il est et avoir beaucoup d’amis, mais cherche également à raconter des souvenirs, se perdre dans sa ville et être surpris.

IMGP8900

Présentation de notre perspective

La fin de journée est consacrée à la restitution de scénarios possibles pour les futurs réseaux sociaux en ligne. Depuis la première semaine, les questions posées, les possibles envisagés se sont étoffés et affinés. Cela a donné naissance à une dizaine de scénarios que nous présentons à une quinzaine de personnes parmi lesquelles des salariés et administrateurs de Bug, des personnes de Rennes métropole et du service Développement numérique régional de la Région Bretagne.

Nous présentons nos dix scénarios et s’en suit une longue discussion informelle avec les personnes présentes. Ces échanges nous aident notamment à faire le tri entre les propositions qui apparaissent immédiatement faisables, appliquables et celles qui donnent à penser mais dont on ne voit pas bien comment on pourrait les mettre en place. Ces dernières servent de boussoles, de visions « d’avenir » de ce que serait pour nous un réseau social débarrassé de la  comparaison avec Facebook. Apparemment, d’après les remarques entendues dans l’assistance, notre présentation a aidé certains à se projeter loin de cette comparaison.

« Moi j’aime pas du tout Facebook et je comparais sans cesse la Ruche à  ça, maintenant, je vois mieux la différence »

« Et mes amis dans tout ça, ils sont où ? »

 IMGP8912

IMGP8897

La présentation de nos propositions

citoyenneté

(1) Nicolas Nova dans les Médias géolocalisés évoque cette vision très rationaliste pour laquelle « l’action d’un individu reposerait sur des logiques d’optimisation des rencontres et le gain de temps« .

Publicités

Résidence en région PACA / Semaine 1 épisode 2

P1040200

La première semaine de résidence riche de 18 entretiens se poursuit avec deux catégories de rencontres. La première, avec l’équipe A.G.I.R pour comprendre les outils d’encadrement des projets, et la seconde, avec les porteurs de projets pour se faire une idée de leur application sur le terrain. Voici une sélection d’entretiens parmi les différents types d’acteurs du réseaux AGIR.

La maison Tomachaud

L’entretien avec l’architecte est l’occasion d’aborder la question de l’appui des petits projets d’architecture par des collectivités territoriales.

Entretien avec larchitecte Jérôme Solari

Le soutien des projets architecturaux demande aux institutions une réelle connaissance des chronologies de projet, et ce dans le but de prolonger l’élan souvent fragile des petits porteurs de projet. A ce titre le Label BDM soutenu par A.G.I.R propose des outils web d’accompagnement très intéressants.

La chambre d’agriculture

Le programme AGIR s’associe à la chambre d’agriculture pour aider 100 exploitations agricoles à diminuer de manière drastique leur consommation d’énergie.

Image 3

La région se rapproche ainsi d’un acteur de terrain qui connaît bien les réalités économiques des agriculteurs. Thomas Fouant nous explique le rôle des « tête de réseaux », véritables pivots entre les outils régionaux et les particuliers porteurs de projet.

Pays des Alpes de Haute-Provence

Le projet à pour but de développer l’exploitation de la forêt du Pays à des fins énergétiques locales.

P1040206

Hervé Foucher se charge de développer la demande et l’offre de bois-énergie sur l’ensemble des communes du Pays. Développer l’offre grâce à l’analyse et la cartographie de l’ensemble des ressources disponibles (forêts publiques et privées). Développer la demande en aidant les communes à construire des chaufferies bois pour les bâtiments publics.

Gîtes de France

Responsable Gîtes de France pour les 100 gîtes exemplaires, Patricia Pansier nous décrit les nombreuses casquettes de “la tête de réseaux”.

Image 4

Dénicher les porteurs de projet potentiels, aider les petits porteurs de projets à remplir les dossiers de candidatures, faire remonter les difficultés des particuliers auprès d’A.G.I.R, affiner les critères de sélection pour définir clairement l’exemplarité d’un gîte, etc.

La ferme de l’Authentique

Isabelle Cacard répond à l’appel à projet 100 exploitations exemplaires et construit actuellement une exploitation à faible emprunte carbone.

Elle nous décrit l’historique de ce projet et la façon dont A.G.I.R a pu intervenir sur un projet global aux objectifs variés (basse consommation des installations, faible consommation d’eaux usées, reconstitution du bocage, recyclage des rejets toxiques…). Une nouvelle collaboration est à imaginer avec A.G.I.R autour de l’exemplarité de l’exploitation: comment communiquer au public l’activité de la ferme et les outils régionaux qui ont permis sa réalisation?

UrbanCoop

Nous rencontrons M. Gambonnet, opérateur immobilier coopératif, en charge du projet de lotissement de Port Saint Louis.

.


Le projet offre la possibilité à des personnes aux revenus modestes d’accéder à la propriété, en proposant des maisons à très basse consommation énergétique (label Effinergie).La collaboration avec A.G.I.R est basée sur le constat suivant: un habitat écologique n’est pas forcément un habitat cher. Et, que ce soit lorsqu’elle s’adresse aux particuliers ou aux entités territoriales subordonnées, la région à tout intérêt à communiquer les économies d’énergies lorsqu’elles riment avec économies d’argent.

.

Carte des entretiens par les résidents / Felix Compère et Alexandre Mussche




Quel désir de « local » pour le numérique?

P1030858

Au programme de cette matinée du jour des enfants:

– Tout d’abord un débriefing de notre courte présentation publique de la veille.

Cet accrochage sommaire et volontairement simple dans la cafétéria de la Maison des Associations nous a permis d’engager de nouvelles discussions techniques et théoriques avec BUG. Notamment chercher à faire coïncider au mieux notre résidence avec l’action du futur chargé de mission que va recruter l’association dont l’une des missions sera de coordonner et d’animer non seulement la Ruche mais également le projet d’un wiki Rennes.

– Enfin, nous avons pris un temps d’écriture pour mettre au clair nos perspectives d’action/réflexion. A la recherche d’une définition de la Ruche… où le « social » ne serait pas un seulement un mot galvaudé et où les possibilités d’échange éviteraient le spectre « facebookien » du seul lien faible.
Aider à ce que cette initiative centrée sur une technologie ne prenne pas la technologie comme seule raison d’être. Pour cela, nous souhaitons imaginer en collaboration avec BUG les outils évènements, rencontres, affichages publiques) qui permettraient de dynamiser, motiver cette communauté virtuelle (actuelle et à venir).

Quels outils?

– Des options sur le site (plus précisément la carte de la page d’ouverture) qui allieraient une possibilité de géo-localisation, de présentation d’évènements (désir des associations) mais aussi une invitation à ajouter des infos sensibles et subjectives des habitants et leur suggestion. Ce qui permettrait de rendre sensible dès la première page du site, l’esprit de co-construction de La Ruche et pour mettre en évidence le potentiel d’une géo-localisation de proximité, « locale ».

– Inventer des évènements « ruchiens » qui seraient à cheval entre les Apéruches (déjà mis en place avec le CRES l’année passée avec cette qualité des thématiques abordées) et des propositions plus ouvertes, hybrides, festives. Pourquoi pas la fête annuelle des cyber-pôles où chacun amène son avatar de la Ruche ou encore des actions collectives urbaines initiées par des artistes ou « activistes de la ruche »ou …
La liste est à inventer, compléter ensemble…P1030935

Quel désir de « local » possible pour le numérique?

Pour avoir quelques pistes pour enrichir cette liste et pour que ces perspectives restent ancrées dans les pratiques et envies des rennais, nous sommes allés visiter le Forum du Landrel (Blosne, quartier sud de rennes étiqueté « à problème »). Nous avions pris rendez-vous avec Yassin, l’animateur du pôle multimédia, que nous avions rencontrés brièvement lors de notre journée de repérage.
Il nous a présenté le pôle et introduit à la dizaine d’enfants agglutiné autour des écrans.

Nous circulons un moment, avec deux jeunes filles, sur le site de la Ruche, immédiatement elles posent la souris sur la carte et cherche le quartier du Blosne,comme pour vérifier qu’il existait bien sur cette carte de Rennes. Comme on regarde sa photo perso. Elle découvre que leur centre est inscrit sur la ruche, mais que sur la « fiche complète » rien n’est écrit d’autre que ce qu’elles savent déjà…

Pour que le réseau puisse affirmé sa qualification de « social », nous avons souhaité rencontrer les autres animateurs de quartier/de rue qui travaillent au Forum et utilisent de temps en temps le pôle multimédia.
Quelle possibilité voient-ils pour un réseau comme la Ruche dans leur pratique d’animateurs et pour la vie du quartier ?P1030931
Ferdinand, animateur de la maison de quartier, nous donne quelques pistes mais avoue ne pas réussir à « imaginer la force d’un réseau local »
Quelques pistes:

– lien entre la ville d’habitation (Rennes) et le pays (ville) d’origine pour les populations immigrées. En effet, le multimédia peut aider à nourrir les échanges avec le pays d’origine. (Valoriser sa culture, se sentir proche par vidéo conférence, partager un moment collectif, cuisine etc…)

– renforcer la visibilité des actions du centre

Au Triangle, dans le quartier du Blosne

Au Triangle, dans le quartier du Blosne

16h Visite de l’atelier urbain du Blosnes (lieu de concertation publique pour la requalification du quartier du Blosnes)

Rencontre avec la personne chargée des micro animations de concertation auprès d’enfants et adultes du Quartier. Elle nous confie que l’outil internet pourrait être davantage utilisé pour cette concertation qui concerne la ville (forum, visualisations..) mais qu’elle n’a pas la compétence pour le mettre en place.

La ruche nous apparaît comme une plateforme où il serait pertinent de rendre publique des impressions, des souvenirs des rennais et où l’on pourrait y échanger des avis concernant ces projets urbains. La carte apparaît encore comme un outil pertinent qui permettrait de localiser les lieux de la ville « débat »,les « zones » à re / penser collectivement.
Sorte de « journal de quartier » sans texte mais intuitif et évolutif qui susciterait aux rennais l’envie de participer aux groupes de discussions que propose la Ruche.P1030897