Archives de Tag: Politique publique

Résidence en région PACA / quelle boite-à-outil régionale ?

A.G.I.R, programme régional initié par la région PACA, est issu d’un accord politique visant à investir une somme équivalente à celle qui serait investie par la Région dans le projet international ITER de fusion thermonucléaire, pour le développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie. Le programme se développe de façon croissante autour d’un fond de 70 millions d’euros.
Face à la question environnementale et la complexité des écosystèmes à protéger, la marche à suivre n’est évidemment pas tracée. Dans ce contexte, Agir s’appuie sur l’appel à projet comme outil majeur, afin de démultiplier les initiatives opérationnelles en matière d’énergies renouvelables. Ainsi 18  appels à projet ont été développés sur des terrains aussi variés que la construction de gîtes bioclimatique, que de la mobilité scolaire.

Appel à projet et collaboration

L’appel à projet matérialise la relation entre un citoyen « entreprenant », et une institution porteuse d’une politique de développement à l’échelle du territoire, doublée d’une expertise technique. Dans ce cadre, A.G.I.R essaie de proposer un appel à projet collaborant, dans la mesure ou chaque projet bénéficiera non seulement d’un appui financier, mais également d’un soutien  technique et méthodologique. L’objectif des rencontres de cette semaine sera donc de discerner et d’optimiser les points de collaboration entre A.G.I.R et les porteurs de projet .

Les premiers entretiens

Premier Rendez vous dimanche soir
Dominique Flahaut, équipe Agir

Image 130

L’entretien révèle que la principale expertise qu’offre Agir, et celle qui occupe la majeure partie de son temps, demeure la mise à disposition d’une pluralité d’experts pour soutenir les projets sélectionnés. Nous évoquons ensemble la question de la visibilité que vise Agir.
Et la difficulté que rencontrent les futurs porteurs de projets lorsqu’ils tentent d’accéder aux informations qui les concernent.
« Aujourd’hui notre principal objectif est de trouver des porteurs de projets prêts à remplir les pré requis d’Agir. »

Deuxième rendez vous lundi matin

Emmanuel Vergès et Céline Berthoumieux, de ZINC à la friche La belle de Mai.

Image 129

C’est au LIFT, à la suite d’une discussion avec Dominique Flahaut sur les représentations culturelles que l’équipe de Zinc nous confie son envie de collaborer avec Agir autour des thèmes qui les animent.
« Comment élaborer des questions de concert avec les institutions?
Comment proposer des réponses avec des artistes? »
« Définir un terrain favorable à la rencontre d’artistes et de politiques sur un territoire »
Nous évoquons ensemble les limites qu’occasionnent l’utilisation d’un outil comme appel à projet lorsqu’il s’agit de donner l’envie d’agir.

Deuxième rendez vous mardi après midi
Sébastien Manya, fondateur du festival AIRES LIBRES

Image 127

Aires Libres est un festival diurne qui associe une sélection musicale reconnue à l’expérience d’une journée dans un site protégé, obtenu grâce à l’aide du département.
Ce sont des convictions personnelles qui ont poussé l’équipe d’aires libres à penser une « éco-gestion » du festival. Repenser ce qui peut l’être à la lueur des questions environnementales.
Toilettes sèches, gestion de navette électriques sur site, incitation au co-voiturage, sont autant d’invitations adressées aux festivaliers qui émoustillent leur capacité à participer aux changements comportementaux tant attendus.
Nous évoquons ensemble, l’expérience que propose Aires Libres à son public transgénérationnel. Ainsi que la valeur que prend un message passe lorsqu’il fait partie intégrante d’un événement.

Publicités

De nouveaux résidents pour la 27e région

Nous cherchions des résidents pour participer à nos « territoires en résidence » … Nous les avons trouvés. Une quinzaine de militants associatifs, étudiants en design, consultants, chercheurs ont répondu à notre invitation et se sont réunis dans les locaux de l’ARF, le 14 janvier. Stéphane Vincent et Romain Thévenet ont d’abord présenté le rôle de « laboratoire des politiques publiques » de l’association, et son projet phare,
les territoires en résidence, et ses ambitions : une quinzaine de projets dans les deux années à venir. Puis, François Jégou, designer associé à l’équipe de la 27e Région, a expliqué le « mode d’emploi » des « territoires en résidence ». Une méthode en cours d’élaboration. Trois semaines d’immersion dans un territoire, entrecoupée par des respirations de quinze jours. La première semaine est consacrée à « identifier un problème soluble dans les temps imparti ». Puis, après discussion avec des experts, la seconde semaine est consacrée à une « co-élaboration d’une réponse, avec les acteurs locaux, où les designer a un rôle de facilitateur », et enfin, la troisième à une communication sur les résultat, là aussi élaborée avec les acteurs concernés.

Trois mois, c’est court ! Pour la plupart, les participants ont réagi avec enthousiasme, et sont partants pour participer à des résidences ou pour proposer des lieux. Certains ont reconnu une proximité avec leurs propres projets, comme Jean Sébastien Poncet, pour Pomme Z, un collectif d’artistes, et Ninon Bardet, du collectif ville campagne. De fait, tous ont déjà commencé à apporter leur contribution, par leurs réflexions, lors du débat animé qui a succédé aux explications de François Jégou. Sur la durée de la résidence, par exemple, Olivier Auber, fondateur d’un laboratoire culturel, A+H, est habitué à des projets qui vont de deux à cinq ans ! L’occasion de recadrer l’objet de la « résidence ». Non pas assistance à maitrise d’ouvrage, mais proposition d’idées créatives. Il s’agit de « poser un élément modeste, mais qui va gêner, pour que le lieu ne puisse pas continuer à fonctionner comme avant » analyse François Jégou. Autre sujet longuement débattu : la nécessité de « documenter » la résidence, tout à la fois parce que l’enjeu d’une résidence réside autant dans la démarche que dans ses résultats, et aussi parce qu’il s’agit de constituer une boite à outil, qui permette de reproduire et d’adapter les résidences. Quant à la manière dont les résidents abordent le territoire « il ne faut pas arriver avec un regard critique » propose Serge Pouts-Lajus, pour Education et Territoires.

Délivrables des Territoires en résidence, relations avec les décideurs locaux, rôles des experts… la rencontre s’est close bien au delà de l’heure prévue, et augure des collaborations fructueuses.

Etaient présents :

Nous rencontrons d’autres participants potentiels dans les prochains jours : Le collectif bordelais Le bruit du frigo (Gaby Farage), Interaction Design Sight & Lab (Nicolas Gaudron), le collectif d’architectes Didattica (Léa Longeot), l’école de Design de Nantes Atlantique (Frédéric Degouzon), l’école de design Strat Collège (Olivier Beune), Sarah Eimmerich, conseillère à l’innovation à la Mairie de Paris, etc.