Jeudi : expérimentation « carte perso » et premier passage de témoin

Le fond de carte que nous avions préparé est imprimé et les étiquettes autocollantes en forme de bulle sont découpées. Avec ce matériel sommaire, nous partons aux quatres coins de la Maison des associations faire tester l’idée de carte personnelle. Chaque personne rencontrée est invitée à coller des bulles où bon lui semble et à commenter l’endroit ainsi pointé. Nous expliquons simplement que ce document est anonyme et peut être rendu publique. Libre à chacun d’écrire ce qu’il veut sur la carte de « sa » ville.

4078127472_485a7f27dc_b

IMGP9773

Le but de l’expérimentation est de mettre en pratique l’idée selon laquelle l’individu participant à un réseau social local pourrait se présenter à l’aide d’une carte de sa ville
personnalisée. Nous reprenons ici l’un des scénarios proposés en deuxième semaine de résidence : « plus qu’un profil personnel, ma façon de vivre le territoire ».
Quels seront les usages que les personnes feront faire de ces cartes ? Echanger des infos, des souvenirs, des bons coins, des critiques… ? Est-ce des images/ souvenirs  d’eux, des invitations à changer un truc dans la rue, une adresse publique… ?

4078128888_7520a12a3c_b

Nous avons collecté ainsi 16 cartes.

Passage de témoin à la ville

Le temps d’un café, nous retrouvons Richard Delogu (Bug) et Sébastien Séméril, élu de la ville de Rennes. Nous focalisons l’entretien sur les propositions ayant trait au rôle de la Ville dans la réussite d’un réseau social local. Nous expliquons pourquoi et comment il appartient à la Ville de donner une place au réseau en ligne dans l’espace public réel. Nous nous servons de nos dernières expérimentations (affiche la Ruche, « pochoirs de mémoire ») comme autant d’exemples pour rappeler que cela ne prend pas obligatoirement la forme d’écrans géants interactifs et imaginer ensemble ce qui pourrait être fait dès demain. Après quelques idées lancées, conclusion est faite qu’une parution régulière sur une page du Rennais (le magazine municipal) serait intéressante et faisable rapidement. Le poste d’animateur de la Ruche, nécessaire pour une telle action, va bientôt prendre place et l’idée en elle-même semble pouvoir convaincre les différents responsables. Le projet est entre les mains de la Ruche et de la Ville de Rennes !

lerennais

Les bulles publiques s'affichent dans le magazine municipal le Rennais

Publicités

Mercredi : préparations pour la suite

Suite à la présentation de la veille, nous travaillons à la mise en ligne de tout ce contenu. Cette nouvelle mise en forme de nos idées reprend dans un format plus « exportable » l’ensemble des documents présentés (panneaux imprimés, vidéo-projection interactive) et nos commentaires donnés à l’oral. Elle ouvre la voie vers les présentations individuelles pour chacun des porteurs de projet identifiés.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à la présentation.
slideshare4

Dans le même temps, nous préparons une nouvelle expérimentation afin de tester sur le terrain comment les habitants d’une ville peuvent se définir par rapport à leur ville. Nous imprimons des cartes de Rennes et des étiquettes autocollantes sous forme de bulle. Libre à chacune des personnes que nous croiserons de coller les bulles sur la carte que nous mettrons entre leurs mains et de « commenter » spontanément les endroits pointés. Avis, message personnel, souvenir… Nous sommes curieux de voir de quoi sera composé le résultat.

IMGP9774

Nous tentons aussi de prendre rendez-vous pour la fin de la semaine avec les acteurs auxquels nous voulons remettre nos propositions : région Bretagne, ville de Rennes, association Bug.

En fin de journée, nous participons à une réunion publique autour d’un projet de portail local d’échange et de valorisation des compétences. Lié à la Ruche, ce projet touche lui aussi aux questionnements de mise en réseau à l’échelle locale, de l’accessibilité de tels sites internets, du partage et de l’échange via internet… A l’image du sujet de notre résidence, les questions et les thèmes abordés sont multiples et la difficulté de résumer simplement les enjeux est palpable.

IMGP9770

Résidence Nord-Pas de Calais /// Penser l’environnement de travail de l’élu // inter-résidence / Londres

Pour préparer la prochaine semaine et retranscrire la première semaine de résidence, Yoan part rejoindre à Londres Grégoire Alix-Tabeling, le designer de communication qui intégrera l’équipe pour la suite du travail. Nous commençons par échanger sur les expériences des précédentes visites au conseil régional pour que Grégoire est une idée plus complète du fonctionnement des différents instances en présence ainsi que des pistes soulevées lors la première semaine de résidence.
Nous concevons par la suite une charte graphique déclinable pour les réalisations à venir.

DSC08179

cartographie sociale // work in progress

Nous l’adaptons aux cartes sociales des différents élus et nous commençons a concevoir des modes opératoires pour organiser les prochaines rencontres.

– – – – – – – – – – – – – –
Optimis’réunion
– – – – – – – – – – – – – –

Dans une logique d’optimisation et d’outillage de la conduite de projet, Optimis’réunion serait un kit d’outils visant à introduire de nouvelles façons de préparer, de conduire puis d’exploiter des temps de réunion.
Dans ce kit on trouverait par exemple des outils/méthodes permettant entre autres d’optimiser le « travailler ensemble » en réunion (distribution de la parole, cartographie des arguments…), des outils permettant d’accélérer et de simplifier le processus d’après-réunion (prise de note partagée, compte-rendu instantané…), etc.

– – – – – – – – – – – – – –
Kit nouvel élu
– – – – – – – – – – – – – –

Pour permettre aux nouveaux élus, peu informés du fonctionnement interne de la région, nous cherchons à concevoir une gamme d’outils mis à leur disposition à leur arrivée pour aider leurs premiers pas dans le conseil régional.
Le kit nouvel élu donnerait autant des informations factuelles sur la fonction d’élu régional, qu’un glossaire des différentes abréviations ou que différents outils relationnels permettant le passage de relais entre les élus arrivant et les élus sortant. On trouverait aussi dans ce kit des outils pour que les élus présente le moment de vie qu’est leur mandat une fois celui-ci terminé.

– – – – – – – – – – – – – –
Le Collaboratoire
– – – – – – – – – – – – – –

pictogramme

Le collaboratoire // un lieu d'échange entre les collaborateurs

Apporter de nouveaux outils aux élus c’est aussi apporter de nouveaux outils aux collaborateurs de ceux-ci. Le collaboratoire est un lieu de travail d’échange et de convivialité entre les différents collaborateurs d’élus, de groupe politique de la région.Nous cherchons à définir les outils et les modes d’organisations qui ont cours dans ce nouveaux lieu.

salle de travail au Royal College of Art

salle de travail au Royal College of Art

Mardi: la ruche dans la rue

9h Nous avons rendez-vous avec Olivier du service de nettoyage de la ville de Rennes qui va nous aider à imprimer nos pochoirs dans la rue. Notre dernier essai pour mêler virtuel et réel.

impression en négatif avec le nettoyeur haute pression

le souvenir apparaît

Nous rejoignent Marguerite et Guillaume qui préparent un film sur  les résidences de Territoires en Résidences et Nathalie Le Bellec du projet Collecte de mémoire qui nous a livré les textes à imprimer dans la ville.

Par hasard, sur site, nous rencontrons l’un des auteurs de ces phrases. Il nous rappelle qu’avant le Foyer des jeunes travailleurs devant lequel nous effectuons notre pochoir, se trouvait une Manufacture de brosses. Nous lui expliquons notre demarche d’expérimentation et lui précisons que la suite de son texte est visible sur l’un des 5 groupes de discussion créés sur la Ruche et géolocalisés à l’endroit du souvenir cité.
Les groupes sont :
« Mémoire Brosserie », « Mémoire Petit bois », « Mémoire Le quotidien »,  « Mémoire Brasserie », « Mémoire d’une ferme rennaise ».

Morceaux de la mémoire du quartier Francisco Ferrer- Poterie-Landry de Rennes

 Sur le réseau, les rennais peuvent maintenant commenter ce souvenir, ajouter des détails, initier un article Wiki ?

La matinée se poursuit, les bottes se remplissent d’eau et nous plaçons nos textes sur les 5 lieux du quartier Sud Est de la ville. 

4072203852_26889382aa_o

 

Préparation de la présentation de ce soir

L’après midi est consacrée à la préparation de notre présentation.

Nous souhaitons dégager les 4 points forts d’un réseau social local et proposer quelques scénarii d’usage de nos propositions concrètes .

18h la présentation commence…

IMGP9726

Nous sommes heureux des échanges qui s’en suivent : sur la fonction de la carte, sur notre proposition de « bulle publique » et sur la faisabilité de nos propositions.

IMGP9734

« Il faut garder la carte, c’est moins virtuel avec »

La carte par sa fonction de représentation immédiate de la communauté, notamment, apparaît à tous être un outil intéressant.  Onpeut imaginer son balayage intuitif par les internautes curieux d’explorer une communauté, son acrrochage dans la rue pour assurer un certain ancrage physique du réseau….Alors… Pourquoi tous les réseaux sociaux locaux la font-il disparaître , cette carte ? demande Jean-Marc développeur web de la Ruche. Il connaît lui-même la réponse : c’est également un nid à problèmes techniques !

Pour que réseau social incite à un véritable usage collaboratif, nous pensons qu’il vaut la peine de valoriser les singularités de chacun. Le réseau social doit jouer de l’individuel et du collectif, c’est notamment l’objet de notre idée de  » bulle publique ».

Le passage d’un usage plus auto centré et individuel du réseau vers un usage plus collaboratif entre connectés est étayé par différentes études sociologiques. Cet extrait du dernier numéro de la revue Réseaux va dans ce sens: Une étude sur les motivations de neuf wikipédiens montre qu’ils ont commencé à écrire pour des raisons essentiellement persoUne étude sur les motivations de neuf wikipédiens montre qu’ils ont commencé à écrire pour des raisons essentiellement personnelles16 et que leurs motivations se sont modifiées avec l’élargissement de leur pratique de Wikipédia. Au début, ils souhaitaient écrire ou corriger les articles portant sur les sujets qu’ils connaissaient, par intérêt personnel pour les sujets concernés. Mais progressivement, ils se sont mis à prendre en charge des activités collectives : surveiller les articles auxquels ilsnnelles16 et que leurs motivations se sont modifiées avec l’élargissement de leur pratique de Wikipédia. Au début, ils souhaitaient écrire ou corriger les articles portant sur les sujets qu’ils connaissaient, par intérêt personnel pour les sujets concernés. Mais progressivement, ils se sont mis à prendre en charge des activités collectives : surveiller les articles auxquels ils avaient contribué, corriger d’autres articles, prendre en charge l’iconographie ou la gestion d’un portail thématique, s’occuper des droits d’auteur, etc. L’encyclopédie leur apparaît alors comme un bien commun

 

Résidence en région Paca / présentation de « AGIR près de chez vous »

Le développement durable et la rationalisation de l’usage de l’énergie c’est une réalité dans la région et AGIR y est bien pour quelque chose. Mais si l’on arrive à cette conclusion quand on met bout-à-bout le 18 appels à projets ou que l’on considère toutes les réalisations exemplaires qu’ils supportent, les progrès d’AGIR sur le territoire ne sont pas visibles au premier coup d’œil. AGIR est foisonnant d’initiatives pertinentes au point d’en nuire à sa propre lisibilité: c’est une machine complexe que l’on ne sait pas toujours par quel bout aborder ni comment y accéder. On vient à la Région pour trouver de l’aide sur un projet lié à des questions d’énergies durables et on y découvre alors seulement la panoplie d’actions d’AGIR et non l’inverse. On habite en PACA sans rencontrer tous les projets exemplaires en terme de réduction de la consommation d’énergie qui s’y développent. Alors que cette question de la visibilité des bonnes initiatives et des pratiques exemplaires est fondamentale pour provoquer les changements des comportements et susciter l’entreprise de nouveaux porteurs de projets.
AGIR met en avant les projets exemplaires mais un projet n’est véritablement exemplaire que si cette exemplarité est visible. Autrement dit, la qualité technique en matière d’énergie doit se compléter par la qualité de sa communication qui le rend à la fois remarquable et remarqué.
‘Agir près de chez vous’ est donc une vision transversale à AGIR et un programme d’actions co-élaboré par les résidents et l’équipe de la SEDATE qui cherche à répondre à ces questions de communication. Cette vision se décline de deux manières: AGIR est près de chez vous et vous pouvez le voir d’une part, et d’autre part vous pouvez AGIR près de chez vous, c’est un outil accessible à tous.
P1020043blog

Discussion de la plaforme avec Stéfany Glanchard, Chargée de Mission AGIR

Plate-forme collaborative…
La première proposition tangible et immédiate de ce programme est la mise en place d’une plate-forme d’échanges et de discussion entre les projets pour l’énergie durable, à la fois réseau social des porteurs de projets AGIR et tribune libre les incitant à partager leurs expériences. Une présence minimale sur le web est requise au sein de toute convention signée avec AGIR: une carte d’identité du projet, un témoignage du parcours pour le mettre en œuvre, des conseils à suivre et des embûches à éviter, la vie du projet et bien plus si le porteur prend goût à blogger son projet… On y accède par une cartographie dynamique de la région PACA et par un moteur de recherche: Où se trouvent mes pairs? A qui puis-je demander un conseil? Est-ce que d’autres ont les mêmes problèmes que moi? etc… Aides mutuelles, promotion, collaborations, veille sur la région AGIR… tous les acteurs d’AGIR rencontrés par les résidents s’accordent sur les potentiels bénéfices d’une telle initiative. Un animateur au sein de l’équipe AGIR se chargerait de stimuler la participations des porteurs de projets AGIR mais aussi des autres projets énergie du territoire, des têtes de réseaux et des autres interlocuteurs du programme jusqu’aux chargés de mission AGIR eux-même pour qui la plate-forme représente un outils de suivi terrain supplémentaire. La plate-forme AGIR près de chez vous est extérieure à AGIR, c’est une tribune libre, un off bouillonnant duquel l’animateur dédié à pour mission de tirer la matière utile à dynamiser la communication institutionnelle d’AGIR, une matière vraie en directe des projets sur le terrain…

P1020057blog

Discussion des projets moyens terme avec Gwénaële Rubinstein, Chargée de Mission AGIR

…et programme d’actions de communication
Les autres propositions du programme AGIR près de chez vous s’articulent aussi autour des mêmes questions de visibilité/accessibilité.

‘Visites sur site’ se propose de décliner la possibilité de visiter des projets exemplaires comme éducation au développement durable pour les écoles, comme journées portes ouvertes AGIR pour les particuliers et comme workshop pratique sur le terrain pour les professionnels. La plate-forme AGIR près de chez vous facilite ici l’identification des projets et l’organisation de ces visites sur site.

‘Prises de conscience Flash’ de la même manière se propose de mobiliser la population sur une zone localisée et de faire prendre conscience des enjeux énergétiques de manière collective. AGIR suscite alors trois types d’actions concomitantes: une évaluation énergétique du lieu; un affichage par les habitants des performances énergétiques évaluées et des actions de concertation entre les intéressés pour susciter une dynamique collective et des actions concrètes autour de l’énergie. Ces prises de conscience micro-locales figurent sur la plate-forme AGIR près de chez vous  au même titre que les autres projets.

‘Mode d’emploi AGIR’ vise l’accessibilité du programme AGIR: sous forme de diagramme et de cartographie simple, il cherche à montrer sous forme de schémas simples à la fois comment s’articulent les différents appels à projets AGIR, quels sont les interlocuteurs pour chaque filières différentes et comment ils interagissent entre eux. Ces diagrammes montrent aussi quels sont les itinéraires types pour monter un projet, quelles sont les étapes et à qui s’adresser… Là encore, ces modes de représentation d’AGIR trouvent leur échos sur la plate-forme AGIR près de chez vous pour faciliter la navigation et la recherche d’interlocuteurs.

‘AGIR Lab’ interroge enfin la forme de l’appel à projet lui même: bien que de nature montante, l’appel à projet apparaît comme une offre parachutée par l’institution publique sans concertation préalable avec le secteur concerné. ‘AGIR lab’ se propose d’être un incubateur des nouveaux appels à projets, une zone expérimentale qui montre et valorise la concertation avec les multiples acteurs intéressés durant toute la gestation d’un nouvel instrument d’appuis aux projets de sorte qu’il émerge d’une véritable participation montante  avec des étapes pilotes, des ajustements et la création d’une communauté d’intérêt au travers bien évidemment de la plate-forme AGIR près de chez vous où se recruteront tout naturellement les futurs porteurs de projets…

François Jégou, 021109

P1020065blog

Discussion avec Annick Delhaye, élue en charge du programme AGIR.

Troisième semaine / Lundi: synthèse et autres rendez-vous

Premier jour

Dernière semaine de résidence au sein de l’association BUG. Le temps des derniers essais et des bilans.

Nous entamons la matinée par une synthèse de ce qui constituent pour nous, les « points forts » d’un réseau social local :
-Une représentation de la communauté accessible à tous
-Un contenu à la fois sensible et informatif
-Un moderateur: force de proposition
– Une visibilité dans l’espace physique

Pour alimenter ce qui fait la marque et l’exemplarité d’un réseau social dans une inscription territoriale.

Nouvel écosystème, modèle collaboratif  d’une gouvernance à inventer ?

Cette synthèse sera l’objet de notre présentation de mardi soir.
Notre objectif est de clore notre résidence par des propositions claires et un cahier des charges associé à chacune d’elles.

Rencontre avec une ruche inscrite sur la Ruche

IMAG0483

IMAG0484

Jacky rencontre Nathalie Le Bellec  de Collecte de Mémoire avec qui nous organisons cet essai d’imbrication de l’espace physique et de l’espace numérique (La Ruche). Notre objectif est d’insister sur une hybridation possible entre le réseau et la ville. Il y a deux semaines, nous avons contacté cette association rennaise qui est inscrite sur le réseau de la Ruche pour lui proposer d’ imprimer sur le sol de la ville des souvenirs de rennais collectés par l’association.

Carte qui montre les lieux où seront affichés les textes

Nous créons des groupes de discussion géolocalisés sur la Ruche qui correspondent aux lieux où nous allons placer les impressions en pochoir.

ex d’un groupe : Mémoire Brosserie Dupont
Avez-vous des souvenirs liés à cet endroit ? Savez-vous ce qu’il était avant ?
Partant du principe qu’un premier témoignage peut en appeler d’autres, voici un extrait parlant de la brosserie Dupont, issu du recueil de témoignage du quartier 7 :
« À la place du Foyer de Jeunes Travailleurs de la Motte-Baril, il y avait une usine qui a été détruite dans les années quatre-vingt-dix, c’était la brosserie Dupont, il y avait bien entre 50 et 60 femmes qui y travaillaient tous les jours. Le matin, on entendait la sonnette pour l’appel des ouvrières, elles fabriquaient des brosses, des pinceaux, des blaireaux… »

Nous souhaitons inviter les rennais à poursuivre, de manière informelle, cette collecte de mémoires et à commenter les souvenirs affichés dans la rue. Comme un avant goût de Wiki-Rennes qui se géolocaliserait…. sur le sol même de la ville. A ce propos, sur la revue Réseaux, on peut trouver une analyse de la viabilité d’un Wiki…

14h 

Deux d’entre nous partent récupérer dans une usine de découpage numérique, les plaques qui serviront à notre essai, demain.IMGP9573

IMGP9575

Soirée d’échanges à la salle des fêtes de Saint Hilaire de Pionsat

Le mardi soir venu, notre petite équipe a investi la salle des fêtes de Saint Hilaire de Pionsat. Depuis la veille, deux « amis audiovisuels », Marguerite et Guillaume, nous ont rejoints et suivent nos investigations. La caméra se fait silencieuse et accompagne le déroulement de cette soirée. Beau travail les amis!

P1120107

Nous ne serons pas très nombreux ce soir, faute peut-être d’un relais de communication suffisamment efficace. Toutefois, nos installations sont cette fois bien développées. Les échanges avec les personnes présentes sont très riches.

Atelier 1 : table d’échanges autour de la maison de santé, fonctionnalités et atmosphères

P1120100

P1120115

télécharger la plaquette de l’atelier 1 en PDF

Atelier 2 : la mallette du nouveau médecin

P1120086

> Des idées de projets incarnés par des objets-images ou des dispositifs existants (brochures, services…)

télécharger la plaquette de l’atelier 2 en PDF

Atelier 3 : Kit du soin à domicile : : Y vivre! S’y faire soigner! Y vieillir! Y mourir!

P1120134

> Toutes les tables d’échanges sont habillées d’une nappe blanche qui permet à tous les participants d’intervenir : croquis, schémas, prises.

télécharger la plaquette de l’atelier 3 en PDF

Atelier 4 : Dispositif de coordination des professionnels de la santé

P1120102

> Une affiche pose la problématique et les pistes de projets pour chaque atelier

télécharger la plaquette de l’atelier 4 en PDF