Archives de Catégorie: Résidence à Corbigny – La gare rurale de demain

mars à septembre 2010

Gare rurale – 13 juillet 2010 – semaine 2


Premier Atelier créatif de la semaine

Une réunion avec les agents techniques de la ville, ceux de l’unité territoriale des routes (ex DDE), les agents de circulation VFLI… permet de définir les contraintes des espaces de la gare.

Le contexte est propice aux réactions puisque la foire mensuelle amène des débordements et pointe les frictions entre différents usages : un parking anarchique, la difficulté de l’accès pour les bus, les passages ininterrompus de camions, les piétons malmenés…

Nos observations partagées :

Nous prenons conscience que la gare est un parking important pour la ville (surtout lors des événements), qu’il s’agit d’un endroit stratégique pour le passage de certains camions, que l’organisation de l’ensemble de l’espace de la gare est chaotique, très peu réglementé…

« La gare est à nu » nous dit Gilles Michaud responsable chez VFLI qui gère la gare.

Nous pourrions imaginer des accès plus sécurisés plus accueillants et une meilleure cohabitation des usages.

Quid du dialogue entre les acteurs concernés ? Leur rencontre servent à gérer les problèmes techniques mais il n’y a pas de perspectives de projet.

Cette rencontre collective permet à Pascal, Conducteur de la compagnie de théâtre de rue Metalovoice de gérer les modalités de mise en oeuvre de son festival de rue qui se déroulera en partie sur le parvis de la gare. Nes, technicien du spectacle impliqué dans la vie culturelle locale vient aussi à notre rencontre pour présenter son projet de festival musical pour la gare. Des perspectives de développement ?!

Gare rurale – lundi 12 juillet 2010 -semaine 2

Nous transitons de la gare de Paris Bercy, lieu de connexion entre Paris, Rome, et… la Bourgogne. La gare de Bercy est une gare à part dans la capitale, petite et discrète, à l’ombre de ses grandes sœurs parisiennes.

Ainsi, cette gare à taille humaine nous permet d’imaginer des projets en résonance avec la petite gare de Corbigny.

Arrivés à la gare de Corbigny, nous découvrons les nouveaux aménagements annoncés par la SNCF : panneau d’affiche, bancs, poubelle, attache-vélo. La résidence a sans doute permis d’accélérer le processus d’installation. Nous profiterons de cette semaine pour comprendre le processus de décision qui amène à revoir les aménagements en gare et comprendre leur utilité auprès des usagers.

Cette semaine nous travaillons à la mise en place d’ateliers créatifs et collectifs qui permettront de croiser les différents acteurs institutionnels, techniques et citoyens des services de la gare et de transport du territoire. En effet, nous avions fait le constat que ces acteurs se rencontrent peu, alors même que c’est un facteur essentiel pour le dynamisme de la gare.

gare rurale – mercredi 23 juin 2010

Pas de gare sans transport !?

Une journée encore bien fournie, qui confirme la nécessité de conserver et de valoriser le transport existant. L’offre est aujourd’hui particulièrement riche et variée (avec différents prestataires que nous commençons à repérer) mais pas toujours connectée et adaptée aux besoins de l’usager. Des pistes de projet apparaissent du côté de l’intermodalité des transports (prêt de voiture, covoiturage, train, bus petits ou grands, vélo, taxis…) et des questionnements sur l’intérêt des plateformes, guichet unique, offres familières ou de proximité (chauffeur connu), et de leurs articulations possibles.

Nous réalisons aussi à quel point la région bourgogne est dynamique et impliquée dans le maintien de l’offre ferrovière : tout de même 3 trains par jour qui permettent d’aller à paris ! Alors que de Nevers c’est 5 possibilités ! Proportionnellement on est bien lotis à Corbigny ! Lionel, agent circulation, nous rappelle que dans d’autres coins les petites gares ferment plus facilement.

Les verbatims letmotiv

« Je fais le trajet Corbigny-Paris très souvent, je cherche un coupon de réduction Bourgogne. A Corbigny il n’y a personne pour me renseigner, à Paris, ils ne connaissent pas les offres de la Région »

« Les vélos sont interdits dans le bus, mais les chauffeurs sympas nous les prennent quand même »

« Quand je vais à Paris je prends ma voiture jusqu’à Auxerre et je finis en train »

« Le bus est parfois rempli, notamment pour les retours de vacances et les ponts du mois de mai »

« Ici, les collégiens font des choix d’orientation scolaire en fonction des conditions de transport »

« Il faudrait rouvrir la gare de Corbigny » dixit des habitant du centre ville !

« Il y a longtemps qu’on a pas pris le train, on ne sait plus comment ils sont »

« Pendant un an, on est allé chercher notre fils à Auxerre, avant de se rendre compte que le train venait jusqu’à Corbigny »

« La ligne de train est vitale pour l’entreprise qui gère la carrière« 

Gare rurale – mardi 22 juin 2010 – rencontre publique

Rencontre publique de 17h41 à 21h36

Ce mardi est consacré à interpeller les habitants sur la place de de la gare et la réflexion en cours.

Nous naviguons dans les commerces munis des cartes et affichettes faisant circuler nos questions dans la ville…. Nous invitons les gens à nous rencontrer entre 2 trains (celui de 17h41 et 21h36) autour d’un verre et de nos premiers outils de dialogue. Nous créons l’événement avec une affluence record de 40 personnes ! Patrick, agent circulation en fonction ce soir-là est associé pour présenter le fonctionnement de la gare. Les visites des espaces vacants rencontrent elles aussi du succès, les visiteurs s’interrogeant avec nous sur leur reconversion possible. Cette présentation est l’occasion de tester la convivialité du lieu et de renforcer sa fonction d’espace public. Nous réalisons des petites interventions comme celle de déplacer l’un des bancs situé côté rail du côté du passage des bus plus réguliers, ou comme celle d’occuper la salle des pas perdus chauffée en hiver mais pauvre en mobilier, ou encore de proposer un pot à l’arrivée des voyageurs.

« un hall de gare c’est quand il y a des gens dedans, sinon c’est un couloir » nous dit un voisin.

Patrick qui travaille ici plaisante sur le « désordre » produit mais se réjouit de retrouver de la vie dans la gare.

« Ne partez pas trop vite » nous dit-il. Nous affichons pour l’occasion des portraits de quelques employés pour rendre visible et humain le fonctionnement d’une gare perçue comme « fantôme ».

Par souci de mettre plat et rendre lisible l’offre de transport de la gare, nous réalisons une fiche horaire simplifiée et l’affichons sur la porte et proposons des cartes chronomorphiques qui permettent d’effectuer des comparatifs voiture/ train.

Beaucoup de visiteurs sont surpris de la fréquence des bus et des trains pour Paris notamment, en gare de Corbigny. Cela soulève un déficit flagrant d’information. Nous avions pressentis cela pendant la journée, puisqu’en interpellant la population Corbigeoise avec la question « Est ce que vous pensez que la gare de Corbigny est utile ? » certains nous avaient répondu qu’il fallait la rouvrir, révélant par là qu’ils la croyaient fermée !

Une intervention simple consisterait à penser une campagne d’affichage pour informer les habitants avec le slogan attractif  » 3 départs pour paris par jour ! ».

Un schéma vidéoprojeté tente de repérer les acteurs de la gare, et plus généralement des transports et services connexes (organigramme). Nous nous demandons comment intégrer les acteurs locaux (usagers, acteurs associatifs, élus, association d’usagers….) dans le rouage de notre résidence. Se pose la question de la gouvernance.

Gare rurale – mardi 22 juin 2010 – La ballade continue…

gare rurale – lundi 21 juillet 2010

Agriculture, une mobilité décalée : des agriculteurs ancrés sur leur ferme et les veaux traversent l’Europe !

Lors de nos rencontres au marché au cadran, nous découvrons que l’échelle européenne est présente au quotidien dans la vie des éleveurs. Nous évoquons le convoyage de leurs veaux vers l’Italie  pour être engraissés. Les contraintes techniques liés au transport en camion et les problèmes de concurrence avec les éleveurs de l’Est sont au centre de notre discussion.

La gare entre périphéries et centre

Plusieurs projets conduits par les acteurs locaux proposent de connecter des lieux entre eux .

Nous rencontrons Maud  Bhalinger qui fait partie des Métalovoices, une compagnie d’art de la rue en résidence permanente à Corbigny. Elle nous présente le projet de construction du centre d’art « la Transverse » qu’ils occuperont et animeront prochainement.

Elle se demande comment créer une connexion entre ce lieu et le centre ville évoquant par là le passage à niveau comme barrière.

Les représentants de la communauté de communes abordent un futur dispositif de liaison verte (promenade à  vélo, marche a pied) entre le canal et le centre.

Quels sont les autres lieux à connecter ?

La dimension symbolique de la gare

Nos discussions confirment que la gare est un symbole auquel les habitants et les élus sont très attachés, même s’ils empruntent peu les transports en commun. Nous retrouvons à travers cet attachement, le débat sur le maintien des services publics en zone rurale.

Un réseau de mini-gares ?

A plusieurs reprises, les usagers nous parlent du tacot (train local desservant les petites gares) et de son éventuel re-mise en place. Nous sommes allés voir les gares délaissées. Certaines sont réhabilitées d’autres sont à l’abandon. Nous interrogeons la place que pourrait occuper un projet qui les relierait.

Gare rurale Week-end du 19 et 20 juin 2010

Arrivés par le train Paris-Corbigny un samedi, nous avions envie de rencontrer le public spécifique des usagers du week-end. Nous montons dans un train bondé à Paris, et nous redescendons à Clamecy d’un train quasiment vide. Nous grimpons dans un bus qui nous emmène à Corbigny.

Nous notons une forte présence de touristes étrangers au cours de notre périple.

Isabelle du Pays Nivernais-Morvan nous attend à la gare avec le minibus prêté pour la semaine.

Nous installons rapidement notre matériel dans la salle des Pas Perdus, lieu qui se transforme en bureau ouvert aux traversées des passagers des trains et bus.

En soirée, Isabelle nous embarque à Lormes, village à 15 km de Corbigny, où nous dînons dans une ancienne gare transformée en restaurant, près du camping. Nous y rencontrons Martin, hollandais, qui gère des hébergements atypiques et des gîtes sur la commune. Nous évoquons avec lui l’activité du tourisme vert dans la Région et son potentiel important de développement. « Ici on est seulement à 7h d’Amsterdam en train ou en voiture », dit-il.

A l’autre bout de la tablée, le patron du restaurant propose que la gare soit transformée en galerie d’art et salon de thé.

Nous sortons boire un dernier verre au Bar de la Gare, fréquenté par de nombreux jeunes.

Dimanche. Temps : pluvieux. Température : 10 degrés.

Postés dans la salle des Pas Perdus, nous travaillons nos outils tout en accueillant les usagers de passage :

– démarrage d’une cartographie des constats, anecdotes, enjeux, objectifs, et solutions, que nous avons déjà collectés,

– élaboration des cartes-questions ou cartes-images sous format de cartes postales, cartes supports à rencontres,

– liste des courses pour concevoir des prototype d’exposition,

– cartes de visites à donner aux personnes rencontrées.

Réinventons la gare rurale de demain sera notre leitmotiv !