Semaine Transfo PACA / Semaine 3 / Jour 3

Ce mercredi, notre voiture file sur l’autoroute et les sommets blancs des Alpes du sud se profilent droit devant  nous à l’horizon : Nous sommes en route, de bon matin, vers Château-Arnoux, pour rencontrer un groupe de jeunes et leurs conseillers de la mission locale des Alpes de Haute Provence. Deux voitures transportent l’équipe de la 27ème Région et des agents de la région PACA parmi les plus fidèles de la Transfo. Il fait très froid quand nous arrivons et après avoir bu un petit café place de la mairie, nous rejoignons la salle de réunion où attendent déjà quelques jeunes. Dans la demi-heure qui suit, la salle se remplit vite d’une quinzaine de jeunes venus avec leurs conseillères des trois différentes antennes de la mission locale qui couvre le département. Le président de la CRESS, une représentante du Greta et une autre du CNFPT ont aussi fait la route pour participer à cet atelier dédié aux « jeunes » qui vont dresser le portrait et le parcours de l’employé d’avenir.

Après une présentation en binômes, qui se forment vite et facilement entre conseillers/agents et jeunes, nous proposons aux jeunes  un exercice similaire à celui que nous avons proposé  la veille aux « employeurs » : Le matin, ils traceront deux par deux, et avec l’aide des agents/conseillers, le portrait idéal d’un employé d’avenir dont ils auront choisi la photo, puis ils échangeront ces portraits entre eux, pour réagir sur l’envie que leur inspire le portrait qu’ils ont reçu, donner un avis sur ce qui le rendrait possible ou impossible. L’après-midi ils pourront chacun retracer leur parcours et se projetteront dans l’avenir toujours avec l’aide des agents/conseillers qui souligneront les  questions posées ou évoqueront des solutions pouvant soutenir la réussite du projet.
IMGP1650

Si certains de ces jeunes sont manifestement à l’aise pour s’exprimer, voire même pour certains avec drôlerie, d’autres sont plus réservés ou ont du mal à trouver leur mots. Nous sommes en tout cas presque surpris de constater la bonne volonté et l’énergie avec laquelle ils rentrent tous, sans exception,  dans le jeu de donner  une  histoire, une personnalité et des désirs d’avenir à leur « jeune employé d’avenir ». Les histoires dans leur apparente diversité,  présentent pourtant des récurrences : un système scolaire qui  ne convient pas, des phases de mauvaise orientation, des enchainement de petits boulots ou missions d’intérim, pour gagner en autonomie, passer le permis ou financer une formation qui permettrait de réaliser un projet qui a fini par émerger. La description des tâches et du milieu de travail qu’ils ont choisi à leur employé d’avenir est extrêmement réaliste mais les parcours de formation envisagés et les projets esquissés à l’issue du dispositif font par contre matière à d’énergiques discussions entre les  jeunes dans la deuxième partie de l’exercice.
IMGP1676

IMGP1688

L’exercice réalisé l’après midi autour de leurs parcours et de leur projection dans l’avenir nous confirme qu’il reste encore beaucoup à réfléchir, clarifier et organiser autour de cette composante « formation » des emplois d’avenir. Les questions sont manifestement nombreuses à tous les niveaux et pour tous les « membres de la famille ».
IMGP1710
IMGP1712

Comment d’abord répondre concrètement à la spécificité des parcours et des besoins de chaque jeune en termes de développement et de validation de leurs compétences ? Comment ensuite concilier les attentes  des employeurs en termes d’opérationnalité sur un poste, avec le désir des jeunes d’utiliser un emploi qui ne leur fait pas forcément toujours très envie, comme tremplin  pour acquérir les compétences nécessaires à la réalisation de leur  projet professionnel futur ?
IMGP1658

Nombre de difficultés pratiques et d’incertitudes sur la faisabilité des solutions évoquées dans le cadre des exercices nous font clairement  entrevoir qu’il est lourd et difficile de combiner emploi et formation tant pour le jeune que pour l’employeur. Les risques de démotivation de ces jeunes sont réels à différentes étapes des trois années d’un contrat d’avenir et demandent un accompagnement qui s’adapte et ne faiblit pas. Les jeunes pointent eux-mêmes la nécessité  d’un tutorat qui évolue dans le temps. Ils proposent aussi que la mission locale leur donne la possibilité  d’échanger régulièrement entre eux sur leur expérience, leurs difficultés, leurs questions pour s’inspirer et entretenir collectivement leur motivation. Une proposition très favorablement accueillie par les conseillères présentes.
IMGP1707

Les membres de la mission locale qui travaillent  aujourd’hui concrètement, sur le terrain, à mettre en place des emplois d’avenir, qui construisent les parcours et négocient les contrats avec les employeurs nous disent encore manquer de  beaucoup d’éléments relativement à la formation.  Ils sont confrontés à beaucoup d’incertitudes et de réticences de la part des employeurs notamment sur les perspectives de financement de la formation, qu’ils ne veulent pas voir plomber leurs budgets formation. C’est l’occasion pour les agents présents de rassurer et d’informer sur les moyens mis en place (IRIS emploi d’avenir notamment) et sur le travail qui est en cours au sein de la région et avec les OPCA pour identifier les besoins en formation et assurer le financement des formations qui ne pourraient pas bénéficier des dispositifs de droit commun.

Plus tôt, au déjeuner, le président de la CRESS nous expliquait quant à lui comment la chambre travaillait à mobiliser les employeurs et réfléchissait avec  les représentants de chaque filière à la mise en place de parcours de formations adaptées à leurs enjeux et à leurs conditions d’emploi et d’activité.  A preuve la première convention venant d’être signée avec les employeurs du tourisme social s’engageant sur 100 emplois d’avenir. De son côté le président de la mission locale nommait la convention  signée avec les Centres de Gestion et le CNFPT pour une offre de formation aux employeurs d’avenir  des collectivités territoriales.
IMGP1696

Nous terminons cette journée  dans les temps,  avec le sentiment d’avoir mené un travail intense et des échanges riches, nourris et portés par l’énergie communicative de ces jeunes. Ils repartent pour la plupart visiblement satisfaits de l’opportunité qui leur a été donnée d’échanger entre eux et avec leurs conseillers et les agents de la région.

La nuit est tombée et nous repartons vers Marseille, avec toutes nos questions et réflexions à structurer. Dans la perspective de pouvoir tracer, demain,  avec  les différents acteurs qui reviendront travailler avec nous, les contours d’une expérimentation qui ait du sens pour tous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s