Semaine 3, jour 3 : immersion aux 4 coins de la Région

Il est 8h30. L’imprimante matérialise les derniers détails des prototypes mis au point la veille. Après deux jours de décorticage, il est temps de se frotter au terrain d’action de Lycéo. Nos résidents se répartissent dans quatre équipes. Leur mission, s’immerger dans quatre contextes géographiques très différents, à la rencontre des deux zones d’ombre restantes : les jeunes et les partenaires culturels.

Au lycée agricole de Rethel, les jeunes mettent la main à la pâte. Et eux, comment expliqueraient-ils Lycéo ? Heureux et surpris de se voir proposer feutres, gommettes et paires de ciseaux, ils s’emparent de la question… et en soulèvent quelques-unes ! Pourquoi imaginer un mode d’emploi alors que les informations essentielles pourraient figurer sur la carte elle-même ? Et pourquoi ne leur parle-t-on pas de Lycéo plus souvent ? Les groupes confrontent leurs idées, les argumentent. Après deux heures intenses, ils se jettent enfin sur le pain d’épice et le jus d’orange ! Avec l’équipe de la Transfo, les lycéens prennent un temps de recul sur leur travail : une exposition sur le fonctionnement de Lycéo vient de naître. Elle sera bientôt affichée au lycée et qui sait, la boîte à idées laissée à disposition des autres lycéens permettra peut-être de continuer l’aventure avec eux ?

programmes culturels décalés

Après avoir rencontré les élèves du lycée Croix Cordier à Tinqueux, dont quelques internes, il est apparu la nécessité de programmer des évènement culturels le mercredi après midi. Libérés de leurs cours, les internes ont l’habitude d’aller en centre-ville pour s’occuper. La seule offre disponible à ce moment là est le cinéma avec les séances de l’après-midi. Les autres lycéens ont les mêmes soucis, car leurs parents ne veulent pas les laisser sortir tard ou les transports en communs ne peuvent pas leur permettre de rentrer de façon autonome passé une certaine heure. Le mercredi après-midi est le moment le plus propice à l’autonomie des lycéens. Le décalage est réel entre ce que leur permet la carte lycéo et l’offre culturelle. Cependant après avoir rencontré cet après-midi différents lieux de spectacles, il parait compliqué pour eux de construire une programmation spécifique (choix de ne pas catégoriser les publics, logique de programmation en soirée, structures fermées etc.) Comment alors leur reprocher de ne pas diversifier leurs sorties culturelles en autonomie?

immersion au lycée Bayen de Châlons-en-Champagne

Qu’il s’agisse des structures culturelles visitées ou des lycéens rencontrés à Châlons, tous constatent un manque d’information qui les empêche de profiter des possibilités offertes par la carte ou même d’en connaître son existence. Plusieurs missions seraient de la responsabilité d’un référent « humain » : aider les élèves lorsqu’ils rencontrent un problème, informer de l’agenda culturel local et des nouvelles structures conventionnées.

Spontanément, un référent au sein de l’équipe du lycée (référent culturel, professeur ou CPE) semble tout indiqué. Mais pourquoi pas un lycéen ? Passé le scepticisme de l’équipe pédagogique, les lycéennes nous précisent qu’un camarade référent faciliterait la communication et permettrait d’adapter l’offre culturelle à leurs centres d’intérêt extra-scolaires. De concert, CPE et lycéennes proposent de constituer un binôme lycéen-adulte pour partager les responsabilités, comme les permanences par exemple.

En outre, les outils à leur disposition permettront aussi de faciliter l’implication de tous les acteurs du dispositif, pendant et en dehors des heures de présence des référents.

Les détournements
Les différentes équipes en immersion ont pu relever différents détournements opérés par la carte lycéo:
-Les jeunes vont au guichet, les parents au spectacle !
-La sortie culturelle scolaire avec la carte Lycéo.
-Les jeunes qui récupèrent les cartes de leurs camarades pour faire des sorties ou des achats en plus.
-Le ciné qui accepte la carte pour payer le popcorn et le coca.
-Les jeunes qui achètent des livres et des fournitures avec leur carte.
-La fnac qui vend de la billeterie à tout va (match de foot, concert hors de la région…).
-Les parents qui payent le cirque à toute la famille avec la carte Lycéo.
-La carte Lycéo utilisée comme « carte lycéen »


D’autres porte-monnaie Lycéo ?
Sur les 8 « porte-monnaies » activables sur la carte lycéo, seuls 2 sont actuellement activés. Les discussions ont pu générer différentes propositions de volets supplémentaires:
-Piscine, Sauna
-Bowling
-Match de foot
-CD (« Est-ce qu’on peut acheter des CD, c’est de la culture aussi ?! »)
-Tous les livres

Les perles
« En fait vous cherchez un moyen de dépenser vos 20 euros ?! »
« La pièce de Mozart, c’était chiant, le théâtre, ça m’endort »
« Et sinon, on peut pas aller à la piscine ? »

Publicités

Une réponse à “Semaine 3, jour 3 : immersion aux 4 coins de la Région

  1. C’est intéressant cette question des détournements qui posent les différents usages non attendus du dispositif et permettent de le requestionner. fabienne.brugel@orange.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s