Que faire de la prospective ?

Un rapport d’étonnement proposé par François Jégou, Strategic Design Scenarios, directeur scientifique de la 27e Région. Il fait suite à la présentation de 11 démarches de prospectives le lundi 6 février au bar Le Flesseles à Nantes – présentations à retrouver plus bas.

Mais pourquoi un territoire fait-il de la prospective? Cette question émerge du débat qui a suivi la soirée de présentations « 4 images-4 minutes » à l’issue de la première journée d’ouverture de la Transfo en Pays de la Loire. Les 11 présentations de cette soirée montraient des approches originales de la prospective: des exercices participatifs sur le terrain avec les citoyens, des outils de visualisation, de cartographie des données, de mise en images des futurs pour susciter le débat, générer la conversation sociale sur l’avenir…

La première impression qui émerge de ce concentré de méthodes non conventionnelles c’est le nécessaire enracinement de la prospective trop souvent ‘hors sol’, menée en chambre, confisquée par les experts. Ce sont des ‘expositions-prospective’ où les visiteurs visitent des scénarios pour s’y situer ; une ‘fourgonnette-ethnographique’ qui sillonne le territoire à la rencontre des populations ; des jeux de rôle et de projection pour engager la participation citoyenne… Engager la participation citoyenne dans les processus de prospective : voilà ce qui semble être une préoccupation importante de la prospective publique et une aspiration partagée par tous les participants à la soirée.

Quelles en sont alors les principales difficultés: comment l’acteur publique peut toucher toutes les populations? Comment intéresser à la participation à une prospective du territoire où l’on habite? La participation à la prospective territoriale soulève les mêmes questions que la participation à l’action publique en générale : ce sont toujours les mêmes catégories de population qui répondent présent, celles qui ont le temps, qui se sentent concernées, celles pour qui la participation représente une valeur… Les autres ne participent pas de manière spontanée, boudent les invitations ou ne se sentent pas concernés… De cet état de fait découle une série d’interrogations:

Pourquoi l’acteur publique cherche à informer la prospective à travers un processus de participation citoyenne: est-ce qu’un échantillon de la population, un échantillon large, diversifié, représentatif… ne suffit pas à enraciner un exercice de prospective?

Pourquoi le fait de prendre part à un exercice de prospective devrait-il être spontané et volontaire: si l’on demande à une personne de s’investir, de donner de son temps pour imaginer l’avenir du territoire, il est certainement sinon normal au moins compréhensible qu’elle ait d’autres priorités surtout si son propre avenir est incertain, son lien au territoire distendu, sa confiance dans l’acteur publique émoussée…

Pourquoi la réussite d’un exercice de participation est-elle en général jugée au nombre de participants: un recueil d’information n’est pas un suffrage. Sa qualité, sa pertinence, sa profondeur tient plus à l’écoute, au temps consacré, à la construction de la confiance… toutes choses ayant plus de chance d’advenir avec un échantillon ciblé, un échange progressif, maturé avec soin… qu’au travers de grandes messes retentissantes…

Au-delà de cette question de la participation à la prospective et de son enracinement dans le réel, une seconde question émerge des présentations et des débats de la soirée: quel est le lien entre la prospective et l’action, la mise en œuvre, la transformation en réalité. Les catégories classiques de la prévision, de l’anticipation, de la planification, l’aide à la décision… semblent en perte de sens. Les services de prospective se plaignent d’exercices de prospective voués à remplir les tiroirs, dont la visibilité et l’accessibilité est limitée aux experts. Les exemples présentés durant la soirée appellent à une mise en forme de la prospective, graphique, imagées, interactive pour élargir le débat, partager les hypothèses, débattre des questions… Il ne s’agit plus de recueil d’informations mais bien de partage et de mise en débat des scénarios qu’ils soient représentés par des diagrammes interactifs sur grands écrans ou par des simulation et des mises en situations in situ…

Une seconde série d’interrogations émerge autour de l’usage et la mise en œuvre de la prospective du territoire:

Est-ce que l’on met en scène la prospective comme spectacle, parce que c’est intrigant d’interroger l’avenir et plaisant de se projeter dans des perspectives variées? Une présentation publique de la prospective n’est pas une fin en soi mais un moyen de susciter le débat sur les futurs possibles.

Pourquoi la prospective doit précéder l’action et pas l’inverse? Ou plutôt, est-ce qu’une série de boucles répétée entre prospective et action ne sont pas plus à même à la fois de s’ancrer dans le réel et de produire du réel? Qu’est ce qu’expérimenter la prospective, comment l’essayer, l’éprouver, la tester dans un processus itératif de ‘prospective-action’?

Enfin, pourquoi un territoire fait-il de la prospective? Comme un acte citoyen qui doit être plébiscité? Comme un fin en soi qui fait savoir qu’il s’occupe de l’avenir? Ou bien parce qu’il veut simplement explorer où il va?

Les projets présentés :

  • Faltazi : Les Ekovores, un concept résilient pour alimenter la ville ; l’accent était moins mis sur la méthode, que sur le concept lui-même, un éco-système organisé autour d’une nouvelle façon de produire, transformer, distribuer, valoriser l’alimentation à l’échelle de la ville. Le projet a notamment été présenté à la Biennale du design 2011 à Saint-Etienne. http://www.faltazi.com/
  • Collectif « Et alors » : depuis quelques années, le collectif propose à des villes de simuler le milieu urbain avec 2 degrés de plus (Paris), 6 degrés de plus (Rennes, Dunkerque). Le résultat est une galerie de photomontages mettant en scène une ville transfigurée, traversée de nouveaux comportements, de « bricolages » écologiques (nouvelles sources d’énergie, recours aux transports fluviaux, etc). http://www.etalors.eu/
  • Sustainable Everyday : à la fois programme de recherche-action et exposition, SE a consisté à co-concevoir de nouveaux modes de vie durables avec des habitants (de Hong-Kong, Chicago, Milan, Bruxelles) et d’en tirer des scénarios sous la forme de vidéo-sketchs, et une exposition interactive. http://www.sustainable-everyday.net/
  • Atelier design prospectif de services (Plein Sens) : dans le but de construire des archétypes de clients à horizon 2015 pour une entreprise, utilisation d’un dispositif d’animation original, basé sur un outil de présentation innovant et une interface tactile. http://www.pleinsens.fr
  • Imagination Lancaster : pour un travail prospectif sur les enjeux des infrastructures critiques à horizon 2050 confié par le ministère des finances et de l’industrie britannique, utilisation d’un logiciel de représentation et de tableaux interactifs. http://imagination.lancaster.ac.uk/
  • Ma vie de Chti en 2030 : pour « populariser » la prospective menée par les collèges régionaux de prospective de la Région Nord-Pas de Calais, production de 6 vidéo-sketchs mettant en scène des « chtis » en 2040. http://www.la27eregion.fr/les-8-videos-de-ma-vie-de-ch-ti-en
  • Tabula Rosa : un jeu urbain pour concevoir la ville en mouvement. Le jeu révèle les visions sous-jacentes de la ville et les articule en scénarios partagés. http://www.polimorph.net/
  • Glasgow 2020 : production d’un exercice de prospective « par les habitants » avec la médiation du think tank Demos. http://www.glasgow2020.co.uk/
  • Corpus : la construction participative de scénarios comme intermédiation du savoir entre scientifiques et décideurs politiques sur le développement durable.  http://www.strategicdesignscenarios.net/corpus/
  • Destinations 2030 : les « mobiles » de l’échange dans les dispositifs de concertation. http://www.destinations2030.org/
  • Des questions pour 2040 : exercice mené par le « laboratoire des mutations » au sein du conseil régional Pays de la Loire.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s