TRANSFO Bourgogne / Semaine 3 / Jour 3 / visite : Toucy

réunion avec la communauté de communes

réunion avec la Communauté de communes

L’après-midi, Florent nous conduit à Toucy (89130), commune de 3000 habitants dans le Puisaye-Forterre où il doit faire le point sur l’élaboration du PLU intercommunal.

Toucy, à 20 minutes d’Auxerre, subit un étalement urbain et une pression foncière importante. Riche d’un tissu artisanal, elle fait partie des bourgs principaux du Pays. Sa proximité avec Auxerre la place comme une ville dortoir. Au niveau morphologique, Toucy se partage entre une ville basse, cœur ancien, administratif et commercial et une ville haute pavillonnaire, construite dès les années 1970, rassemblant les équipements scolaires et sportifs. Entre ces deux parties : une butte, avant verger et maintenant de plus en plus en friche, obligeant les habitants à se déplacer en voiture. La connexion entre ville haute et ville basse est un des points centraux de réflexion dont se charge le bureau d’architectes et urbanistes spécialement recruté pour l’élaboration du PLU. La Région et les spécialistes se sont entendus, en amont dans le cahier des charges, sur la condition d’une forte phase de concertation des habitants sur leurs envies comme leurs freins. A terme, l’idée est de présenter différents scénarii à partir desquels les habitants pourront s’exprimer. En parallèle chaque commune fait son PLU et se sont mis d’accord pour un cahier des charges commun et un prestataire commun sous l’égide de la communauté des communes qui définira l’aménagement d’ensemble.

Toute la difficulté se joue dans l’hétérogénéité du territoire : la frange Est de la communauté des communes est sous l’influence d’Auxerre et subit un étalement urbain important. La frange Ouest (Dracy), elle est plus rurale avec de grosses parcelles. Les préoccupations sont donc tout à fait différentes d’une partie à l’autre de la communauté des communes.

La discussion porte sur les modalités de concertation à développer auprès de la population et auprès des élus. Pour ces derniers, ont été défini des ateliers par approche thématique. Pour les habitants, les outils envisagés sont la modélisation et une maquette 3D manipulable mettant en évidence cette hétérogénéité du territoire grâce à un travail effectué par une paysagiste. Pour sensibiliser la population, une exposition itinérante sera réalisée, ainsi qu’une série de rencontres permettant l’échange et la discussion, des brochures seront également envoyées à chaque foyer.

Certaines idées directrices pour l’élaboration du PLU sont mises en avant :

> la mixité fonctionnelle et intergénérationnelle ou le mélange d’habitat groupé et de service. Le maire de Toucy préconise de « tourner le vieillissement de la population en notre faveur » et l’habitat intergénérationnelle serait un moyen pour accompagner ces changements. L’évocation des termes « groupé » et « collectif » a été l’occasion de réfléchir sur le meilleur vocabulaire à adopter avec les habitants. Alors que l’emploi de certains mots, mal connotés peu refroidir l’auditoire, une manière détournée, par le jeu avec la maquette par exemple, peut être un moyen de sensibiliser les habitants. De même, plutôt que de parler de densité, notion parfois un peu vague, l’expression « homme/m² » peut être plus accessible, et d’autant plus en comparant les bourgs anciens de villages au milieu urbain.

> la città slow est un label décerné aux villes qui s’engagent à ralentir le rythme de vie de leurs citoyens. Différentes mesures urbanistiques sont envisageables pour y parvenir : la multiplication des zones piétonnières, la création de places publiques où l’on peut s’asseoir, le développement des commerces de proximité, la priorité aux transports en communs, … Nous avons également évoqué l’installation de panneaux de signalisation tels que « Vous entrez dans une zone sans signalisation, les piétons sont prioritaires. » et leur effet considérable sur la conduite des automobilistes.

> le BIMBY, ou l’incitation à la construction en fond de parcelle. « Le projet de recherche BIMBY (« Build in My Back Yard ») vise à la définition, à court terme, d’une nouvelle filière de production de la ville, qui soit capable d’intervenir là où les filières « classiques » sont incapables d’intervenir : au sein des tissus pavillonnaires existants, qui représentent la grande majorité des surfaces urbanisées en France et certainement en Europe. » (http://bimby.fr/2011/01/le-projet-de-recherche-bimby-en-quelques-mots).

> les Zones d’Activité Agricole,chères à Mr le Maire et imaginées comme le regroupement d’exploitations agricoles, permettant ainsi la concentration de services et la mutualisation d’équipements. Concrètement ce serait pour les agriculteurs un moyen de faire des économies et plus de liberté pour prendre des vacances. Nous retrouvons cette idée à notre retour dans des projet en cours à Schnersheim en Alsace et à Montreuil. Le maire a certainement là une bonne intuition !

La prochaine échéance pour les concertations publiques est prévue pour avril. Nous sommes séduits par le dynamisme de cette équipe et resterons attentifs pour voir comment évolue la démarche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s