TRANSFO Bourgogne / Semaine 2 / Jour 4 – Chantier Villages / Villages rêvés

Les participants du premier Chantier-Villages

Les participants du premier Chantier-Villages

Le premier Chantier-Villages a eu lieu jeudi 24 novembre à la Cave de l’Oncle Doc, lieu dédié à la diffusion de documentaires, sous la forme d’une rencontre-débat autour de l’urbanisme rural. Nous l’avons intitulé « Construire une vision collective dans un village autour d’un projet d’urbanisme : quelles démarches ? quels outils ? quelles perspectives ? ». Le chantier-villages met en regard deux intervenants : un acteur bourguignon et un acteur « d’ailleurs ». Pour cette fois nos invités sont une association, un élu et une agence d’architecture.

Elisa Dumay

Elisa Dumay

>Elisa Dumay, dirige De L’aire, une association qui invente des approches créatives et participatives avec les élus et les citoyens pour réaliser des aménagements urbains et des événements fédérateurs. Elisa Dumay nous a présenté un de ses projets en cours : «Embellissons Bossieu!». Pour l’association De L’aire, il est toujours important de mêler urbanisme et culture. C’est pourquoi, lorsque la commande concernant le village de Bossieu recherchait le réaménagement du centre bourg, De L’aire a proposé différents temps festifs, dans le but de réunir la population dans l’espace public. Ces évènements donnent corps aux espaces aujourd’hui inutilisés et permettent aussi d’en imaginer les possibles. L’espace prend forme en étant vécu. Pour De l’aire il y a une véritable nécessité à faire participer les habitants au chantier. Ils proposent à Bossieu un chantier participatif sur 3 jours, l’été dernier invitant les habitants à construire des assises pour l’espace public, de l’investir et de réfléchir à son aménagement futur. Un écran de cinéma et une cuisine collective ont également été installés. Parallèlement la mairie s’est  transformé en un atelier d’urbanisme participatif invitant les habitants à donner leur avis sur le village : ce qu’ils aiment, ce dont ils manquent, et ce dont ils ont envie. Ces résultats ont donné lieu au changement complet de la première proposition réalisée pour la place de la mairie qui prévoyait une esplanade au revêtement béton accessible aux voitures. La future place de la mairie se dessine aujourd’hui autour de jardins collectifs, de pergolas qui devraient être aménagés à 80% par les habitants eux mêmes.

La démarche mise en place par De L’aire aura donc permis de mettre à jour un projet plus en cohésion avec les attentes des habitants. Le processus s’est mis en place petit à petit et il a fallu un an pour définir les modalités d’action et la première étape d’aménagement temporaire. La mairie était sceptique sur l’implication possible des villageois, mais une bonne trentaine de personnes se sont investies fortement dans les chantiers. Loin des méthodes habituelles des architectes et des concepteurs, De L’aire privilégie l’immersion et la participation habitante. Ce sont alors des processus longs qui se construisent, en fonction des contextes, des envies de chacun, et simplement dans les rapports humains, par «tricotage» comme le souligne Elisa Dumay.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 >Ensuite interviennent Michel Charles, maire du village de Longecourt-Lès-Culètres , et l’Atelier Zéro Carbone Architectes

Michel Charles

Michel Charles

Dans le cadre du dispositif Eco Villages Avenir, le maire du village de Longecourt-Lès-Culètres a fait appel au Conseil Régional pour présenter son projet d’éco-hameau. Véritable pari pour ce village de 46 habitants, qui n’avait ni carte communale ni PLU, et qui dépend pour bons nombres de services du village voisin Culètres. Déçu des projets proposés par les architectes, le maire lance un appel à projet pour la réalisation de l’éco-hameau, avec comme critère indispensable la participation habitante.  L’atelier Zéro Carbone Architecte dont la démarche est axée sur une architecture écodynamique est choisi pour mener le projet. Marine et Emmanuel organisent des réunions tous les 15 jours réunissant élus, habitants et futurs accédents à la propriété. Les deux jeunes architectes construisent des méthodes ludiques pour sensibiliser les habitants aux problématiques écologiques et les impliquer dans la réalisation du futur éco-hameau. Ils proposent de nouvelles manières de communiquer, au-delà du langage architectural classique.  Ce projet de démarche participative et de co-construction est une première pour eux. Ils testent et s’ajustent : les habitants sont toujours au rendez-vous. Marine pointe un contexte favorable avec des élus et des habitants sensibles et avertis sur les préoccupations écologiques puisque le village organise une foire annuelle bio très importante qui fédère tous les habitants du village, même les plus réticents aux changements.

Atelier Zéro Carbone Architecte

Atelier Zéro Carbone Architecte

Le maire de Longecourt-Lès-Culètres -tout comme l’assemblée réunie cet après-midi se dit quant à lui agréablement surpris des méthodes mises en œuvre. On peut encore parler ici de «tricotage» entre un contexte «favorable» et des individus impliqués. Le résultat est un projet modeste, comme le décrit Marine, tricoté entre savoirs vernaculaires des anciens du village et connaissances professionnelles des jeunes architectes. Le village rêvé se créerait donc «sur-mesure» en croisant les représentations et les compétences des uns et des autres.

« Le mandat rêvé pour moi ce serait d’être maire d’un village complètement autonome. » Michel Charles

« Longecourt, c’est l’exemple rêvé pour nous. Il y a eu Cœur de Villages, et maintenant Eco Villages Avenir. » Nicole

La Cave de l’Oncle Doc qui nous accueille est gérée par Laurent Houy Chateau, qui a toujours travaillé dans le domaine du cinéma. Après une longue expérience dans la création de circuits cinématographiques itinérants en milieu rural il a dirigé le cinéma d’art et essai l’Eldorado à Dijon pendant 4 ans. Il créé ensuite l’association Les Colporteurs, qui s’inscrit dans les circuits de cinéma itinérants avec un désir d’éducation populaire. Ses connaissances en droit de diffusion du film documentaire le poussent à créer un lieu propre à cette vocation. En avril 2011, la Cave de l’Oncle Doc ouvre ses portes au 9 rue de la Manutention pour organiser des séances de projection suivies de débats. Laurent Houy Chateau, nous fait part d’exemples de projets et réseaux exemplaires en cinéma itinérant en milieu rural dont Les Cinémobiles de la Région Centre, camions transformés en cinéma. Cette salle de cinéma unique se déplace dans les villes et villages de la région, s’installant chaque mois sur une place d’un village pour permettre à tous les habitants de voir des films courts ou longs métrages diffusés peu de temps après leur sortie nationale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s