Ici, on pourrait faire …

-Etiquettes à coller sur les lieux à Partager-

Lundi matin, 11h, départ de deux groupes depuis le local des Ambassadeurs. Il y a avec nous des Wazemmois, des jeunes et des plus âgés, ainsi que des personnes de la mairie. Le but : explorer Wazemmes ensemble pour y découvrir des espaces où les habitants auraient envie que quelque chose de différent s’y passe, le temps d’une soirée ou d’un été, pour partager l’espace, y être ensemble, s’y exprimer d’une manière renouvelée. Il s’agit d’être à l’écoute de ces espaces et de les faire parler. Armés d’autocollant « ici on pourrait faire », les habitants les collent dans les espaces qu’ils repèrent et notent ce qu’ils souhaiteraient y faire. Ils laissent quelques autocollants vierges pour que de futurs passants puissent y ajouter leurs idées. Au-delà d’un repérage de lieux possibles, cette exploration amène des discussions sur comment ces idées pourraient devenir réalité…

voir : http://espacesquiparlent.wordpress.com

-Repérages-

-Square Flandre-

Repérage des ESPACES à PARTAGER et de la manière dont on pourrait les partager

Voici les lieux qui ont été repérés au cours des explorations du quartier et les idées d’occupation temporaire qu’ils ont fait naître.

-Le sous-bois rue d’Iéna-

description : c’est un lieu de passage pour les Wazemmois. Les hommes s’assoient le long de cet espace.

discussion : ce lieu inspire à la fois quelque chose d’actif :  construction de cabanes, activités physiques et quelque de détendant : installation de chaises longues. Il a été repéré non loin un club de capoeira et un coiffeur (qui pourrait faire des coiffures en extérieur l’été…). Le mur du fond du petit bois pourrait devenir un mur d’expression, un mur qui pourrait garder la trace des occupations.

-Square Van Dick-

description : c’est une étendue d’herbe entre la rue de Bailleul et la rue Van Dick qui va devenir un square d’ici 5 ans.

discussion : tout pourrait commencer en mai avec un pic nic/portes ouvertes  où seraient émises des propositions sur la manière d’investir le parc de manière temporaire. Ces occupations temporaires pourraient inspirer le futur projet du parc (idée de la trace)? Sont imaginés des ateliers  de construction, de sculpture…

-Square Ghesquière-

description : le square a été refait mais – déception – il reste encore sale et mal sécurisé (espace de deal). La question qui se pose : comment refaire fonctionner cet espace ?

discussion : il y a tout plein d’asso à proximité, de gros événements pourraient se passer ce square, l’amenant à changer d’image. L’idée est émise d’organiser un grand banquet tout du long du parc (partant de la mairie jusqu’au métro). Pourquoi pas pour la fête du 14 juillet, qui est à la recherche d’un lieu ?

-Metro Wazemmes-

description : un délaissé depuis plus de 20 ans alors que le jardin en face a été tout refait, devenu lieu de stationnement pour les voitures, mal entretenu, murs taggés ou graffés, un immeuble fermé qui a été un squat d’artistes

discussion : avant appropriation temporaire par les habitants, besoin de rendre l’espace propre (intervention de la mairie nécessaire), des artistes, des photographes peuvent intervenir là, étrange dichotomie entre les deux espaces

-La pelouse devant la Maison Folie-

description : immense espace d’herbe dégagé exposé au soleil quand il brille, des grands événements ont déjà lieu là : la fête de la soupe, Wazemmes l’accordéon et des événements liés à la maison folie

discussion : pourquoi ces gros événements ne pourraient pas donner envie d’une occupation plus légère mais plus durable sur l’année par les habitants autour ?

-Fresque Manuel-

description : en bas d’immeubles LMH, une place minérale avec quelques arbres plantés, des plots ont été déplacés par effraction pour en faire un lieu de stationnement des voitures (alors qu’avant des enfants jouaient là au foot, mais le voisinage se plaignait du bruit). Juste à côté un petit parc avec pelouse et quelques jeux.

discussion : de qui cela dépend de faire partir ces voitures (bailleurs, ville, habitants…) ? pour faire quoi ? ce lieu pourrait aussi servir :  pour la Barraca Zem lors de la fête des voisins par exemple, pour la fête organisée par le collectif d’associations du secteur en juillet dans le cadre de Nos Quartiers d’Eté, pour la braderie ? et quel lien pourraient être tissés entre cet espace et le parc à côté ? ce parc fait d’ailleurs l’objet des réflexions d’une association soutenue par le centre social de Wazemmes : mosaïque sur le mur, labyrinthe de saules, point d’eau, espace de pic-nic…)

-Square Littré-Poste-

description : square sans nom avec des bancs, des plantes et deux jeux d’enfants, des gens s’y posent, viennent faire jouer leurs enfants, un grand mur délimite un des côtés du petit parc

discussion : faire avec du déjà là, idée du compost, des herbes aromatiques (problème de la présence de la circulation), idée d’événement pour ce lieu : une brocante,  le mur du fond du parc pourrait lui aussi devenir un espace d’expression toléré (cf. ci-après)

Au cours de l’exploration, différents noms ont été proposés pour ces lieux : galerie à ciel ouvert, espace d’expression toléré, couloir d’art de rue…  Ce sont en fait des lieux où l’on sent déjà la volonté de s’exprimer (présence de tags, graffs, collage…) et où l’on pourrait envisager de demander à la ville de ne pas faire passer sa brigade anti-tag. Ces espaces sont souvent des murs (seuls ou face à face). On pourrait y inscrire dans un coin « espace d’expression toléré ». Il s’agit de travailler cela en amont avec la ville et les propriétaires des maisons dont les murs sont concernés.

Des espaces repérés qui pourraient plutôt devenir des GALERIES À CIEL OUVERT

Au cours de l’exploration, différents noms ont été proposés pour ces lieux : galerie à ciel ouvert, espace d’expression toléré, couloir d’art de rue…  Ce sont en fait des lieux où l’on sent déjà la volonté de s’exprimer (présence de tags, graffs, collage…) et où l’on pourrait envisager de demander à la ville de ne pas faire passer sa brigade anti-tag. Ces espaces sont souvent des murs (seuls ou face à face). On pourrait y inscrire dans un coin « espace d’expression toléré ». Il s’agit de travailler cela en amont avec la ville et les propriétaires des maisons dont les murs sont concernés.

-Rue de la Renaissance-

description : une petite rue piétonne étroite bordée de hauts murs, pour l’instant déjà des tags et des graffs qui sont constamment effacés par la brigade anti-tag de la ville de Lille, un fil suspendu au dessus de la rue entre les deux murs sur lequel court une plante grimpante

discussion : arcades de verdure pour former une tonnelle, lieu de citations, de lectures, galerie à ciel ouvert

-Métro Gambetta-

description : un porche au mur déjà couvert d’affiches pour des concerts, des événements, des revendications…

discussion : espace d’expression toléré, question de la tolérance, du droit au respect contre les insultes

-Rue Abbé Aerts-

description : une petite rue piétonne étroite bordée de hauts murs, pour l’instant déjà des tags et des graffs qui sont effacés par la brigade anti-tag de la ville de Lille (quand ils n’ont pas peur des dealers), deux maisons d’angle murées, elles aussi supports d’art de rue

discussion : à qui appartiennent ces murs ? (ville, proprio ?) pourquoi ne pas les identifier et les autoriser comme endroit de collage du street art.

Publicités

2 réponses à “Ici, on pourrait faire …

  1. Pingback: Habiter Wazemmes – Transmission | Du design de Macguffin

  2. Pingback: Habiter Wazemmes- Résidence avec la 27e Région | Du design de Macguffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s