Première journée de résidence à Wazemmes

Lundi 17 janvier 2011, nous  investissons les locaux de la folie Wazemmes,  pour y déballer nos outils, notre matériel, nos références… Puis nous nous dirigeons tout de suite vers  notre second point d’attache : le local des  « Ambassadeurs de Wazemmes ».  C’est Françoise Quenelle qui nous accueille, responsable de cette association qui agit pour  préserver et diffuser la mémoire de Wazemmes.

Tout de suite en plein cœur des questions de vécu du quartier, Françoise nous livre  son histoire et ses expériences dans ce quartier qu’elle a vu beaucoup évoluer… Elle raconte : l’histoire de la rue Jules Guesde, dans laquelle se situe ce local des Ambassadeurs que nous « habitons »  pour une semaine, la gloire de la dentelle des brodeuses lilloise, et celle de son commerce, puis l’association des Ambassadeurs, et la collecte de la mémoire de Wazemmes qu’ils ont entrepris depuis plusieurs années…
A la question « Pourquoi vous aimez Wazemmes ? », elle répond d’abord «  c’est pratique ! »,  le marché et le  supermarché juste à côté, c’est bien desservi  par les transports, « alors, à pied, en métro, en voiture,  ou à cheval on peut aller partout… », au fil de la discussion, elle soulève des problèmes de propreté,  de communication entre les habitants et entre les communautés et les générations…
Elle nous fait aussi état ainsi de la densité de la vie associative de Wazemmes que nous avions déjà eu l’occasion d’entrevoir lors de nos premières visites et rencontres à Wazemmes.

Cette semaine sera donc consacrée encore aux rencontres et collectes de témoignage avec les associations et habitants, mais cette fois, concentrée sur la question du « vivre ensemble » à Wazemmes. Au sortir de cette rencontre avec Françoise Quenelle, nous  nous interrogeons plus précisément  sur le terme « habiter » et ces différentes interprétations. D’une vision très pratique à une vision très sensible, habiter c‘est avoir un logement, mais aussi avoir des voisins…


Habiter c’est rencontrer des gens. Partager des biens, échanger des services,  créer des relations interculturelles, intergénérationnelles etc., comment je mobilise mon quartier sur les questions communes ?
Habiter, c’est créer des liens avec des lieux, mettre en partage des espaces publics.  Comment les habitants peuvent-ils s’approprier l’espace public ? Comment se le partagent-ils ?

Nous avons l’occasion le soir même d’assister aux vœux de la mairie de Quartier de Wazemes et une réunion plénière de l’association Asso Réso Métro sur l’organisation des fenêtres qui parlent. Nous profitons de cette soirée qui rassemble un grand nombre d’habitants et de responsables d’initatives locales pour prévoir, des outils de dialogue a expérimenter avec eux autour de la question « d’habiter » et « d’habiter Wazemmes. ». Nous choisissons de nous positionner comme quelqu’un qui vient de s’installer à Wazemmes, et qui cherche à prendre place dans le quartier. Nous formulons alors 6 petits scénarios représentant différentes manières de créer des liens avec les autres ou avec les lieux :

Thomas, 37 ans, j’ai 3 enfants et je ne peux pas les accompagner à l’école tous les jours. Vous connaissez des solutions pour ça dans le quartier ?
Hervé 52 ans, Je bricole chez moi, je voudrais emprunter une perceuse et je connais personne qui en a une. Comment je fais ?
Djamila, 45 ans, Je voudrais mobiliser  mes voisins pour nettoyer notre rue. Comment je peux faire ?
Wing Li, Je suis chinoise, je vis à Wazemmes depuis 3mois. Je vais où pour rencontrer des gens d’ici ?
Esteban 68 ans, je trouve que Wazemmes est trop urbain et pas assez vert. Je voudrais agir pour ça, mais je ne sais pas par quel bout commencer. Vous avez une idée ?

A toutes ces questions, beaucoup ont des réponses intuitives d’entraide de voisinage, d’arrangements ponctuels avec ses connaissances et son réseau social : « Moi, je demande à mon voisin s’il n’a pas une perceuse », « C’est la directrice de l’école qui met en relation les mamans qui habitent le même quartier pour qu’elles puissent alterner les voyages. », « Nous dans notre quartier, on a fait le carnaval des balais ! Tout le monde sort en costume on met de la musique et on fait la fête en nettoyant les rues ! »…

« Habiter Wazemmes » c’est bien profiter de cette animation, de cette vie associative, et de cette solidarité,  mais c’est aussi, croiser les squatters, vivre avec ceux qui font du bruit, qui dérangent… Les habitants sont d’accord pour dire : « on a choisi d’habiter ici, le fait est que c’est un quartier avec tous ses avantages et ses inconvénients… En fait, on voit le verre à moitié vide ou à moitié plein » ?

Publicités

2 réponses à “Première journée de résidence à Wazemmes

  1. Pingback: Habiter Wazemmes- Immersion | Du design de Macguffin

  2. Pingback: Habiter Wazemmes- Résidence avec la 27e Région | Du design de Macguffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s