Engager les habitants du lycée dans une démarche de projet

Réunion du mardi : un débat fructueux sur nos propositions

La réunion du mardi est toujours un moment de catalyse important qui permet aux résidents de réajuster leur travail en fonction des réactions des participants. Hier soir, ils étaient une bonne vingtaine. Professeurs, documentaliste, élèves, parents d’élèves, invités extérieurs et le proviseur adjoint se sont rassemblés pour écouter la présentation des projets que nous avons menés, ceux que nous allons poursuivre, et explorer avec nous leur faisabilité. Les difficultés et les enjeux politiques sont longuement débattus.

Les résidents présentent réalisations et projets

Parmi les personnes présentes, nous reconnaissons certains de nos interlocuteurs habituels. Quelques élèves de l’internat, des professeurs de lettres, une représentante de parents d’élèves, la professeur d’arts plastiques, le proviseur adjoint, font preuve d’un intérêt fort pour la démarche de la 27e Région.

Une vision, trois idées clefs

Jacky Foucher, designer et chef de projet, expose en introduction la vision qui donne une cohérence à l’ensemble de nos projets. Notre programme,  « Habiter le lycée », recouvre la mise en place d’une série de dispositifs qui interrogent la frontière entre vie scolaire et vie quotidienne au lycée. Nous avons développé cette vision en trois axes : faire varier les échelles de projet, fabriquer du lien, favoriser l’appropriation des lieux. L’exposé se poursuit sur la présentation des expérimentations.

Affichage des projets déjà testés

Poursuivre les projets déjà commencés

Le speed dating lycéen a d’emblée bien fonctionné. Très simple à mettre en œuvre, il a suscité l’adhésion aussi bien parmi les élèves que parmi les CPE. Nous allons fabriquer un kit qui sera mis à disposition de tous et qui permettra de l’organiser facilement à la récré, à la pause déjeuner. Une question reste en suspens : où le ranger ? A la vie scolaire, dans le bureau du FSE, à la loge ? Les élèves présents réagissent : « On a pensé à organiser un speed dating en même temps qu’un picnic géant dans la cour du lycée. » Ils ont été inspirés par les apéros facebook. Nous n’encourageons ni ne censurons. Mais nous remarquons avec plaisir que nos expérimentations ont suscité le désir de prendre des initiatives chez les élèves, qui prennent conscience qu’on peut organiser facilement des évènements de moindre envergure que la journée Kulte.

M.Duport, qui a mené le projet de signalétique poétique avec ses élèves, exprime le désir de poursuivre l’expérimentation. Il s’interroge de façon concrète sur la faisabilité de ce projet et sur les autres que nous exposons. Car pour mener les projets à leur terme, il faut maintenant obtenir les autorisations et débrouiller les questions de financement. Lui comme d’autres se placent déjà dans une posture de porteurs de projets.

Faire fonctionner le foyer comme une auberge espagnole

La proposition qui suscite le plus de discussions est celle de l’aménagement du foyer de l’espace Gabriel Fauré. Ayant pris en compte les avis parfois contradictoires des différentes personnes susceptibles de l’utiliser, nous avons soumis l’idée d’en faire une « auberge espagnole », c’est à dire d’une colocation entre habitants du lycée, fondée sur une gestion démocratique. A chaque classe serait attribuée la somme de 20 euros spécialement dédiée à l’achat d’un objet pour le foyer. Ce procédé aurait plusieurs conséquences. La classe devrait se mettre d’accord sur l’objet à acheter. Si elle souhaite acquérir un objet plus coûteux, par exemple un meuble, il faudrait qu’elle mette ses ressources en commun avec d’autres classes. Les élèves feraient donc l’expérience d’une forme de démocratie. Nous espérons qu’ayant eux-mêmes présidé à l’achat des meubles, ils se sentent investis de la responsabilité de l’aménagement du foyer. Ce dispositif aurait aussi comme mérite de raccourcir la procédure habituelle de prise de décision.

Affichage sur le projet d'aménagement du foyer

Est-ce faisable ?

Les réactions sont mitigées. « Ca n’est pas si simple ! » disent en chœur les professeurs d’arts plastiques et de lettres. « Déjà, il y a le problème de l’isolation sonore entre les salles de musique et le foyer, et puis de l’isolation thermique. » Les élèves soulignent que « ce serait difficile de motiver les élèves. Il faudrait peut-être confier l’argent aux délégués. »

Mais rapidement, le débat tourne autour du problème maintes fois soulevé au cours de nos échanges avec les gens du lycée : le problème de la communication. « Quand je suis arrivé en 1ère au lycée Gabriel Fauré, je ne savais même pas que le foyer existait ! » rappelle un élève. Un enseignant regrette « Je prends conscience seulement maintenant qu’en tant que prof principal je ne fais pas visiter le foyer à mes élèves. » Il suggère une forme de parrainage «  Des élèves qui sont depuis longtemps au lycée pourraient venir en début d’année présenter le foyer aux classes. »

Le projet de l’aménagement du foyer est aussi envisagé d’un point de vue politique. Jonathan, élève de l’internat, s’inquiète « Il ne faut pas que ce principe d’auberge espagnole qui fonctionne par classes segmente encore davantage la communauté lycéenne. En dehors des cours, il ne faudrait pas penser par classes. » Selon lui, le cœur du problème de l’aménagement du foyer tient à « la séparation des instances démocratiques des élèves, c’est à dire la totale indépendance de fonctionnement entre le Conseil de Vie Lycéenne, le Conseil d’Administration et l’association du Foyer Socio-Educatif, » le FSE étant responsable de l’espace du foyer. Le problème de communication entre les différents acteurs du lycée, maintes fois invoqué, alors que pourtant des espaces d’affichage existe et que l’info est publiée, traduit en fait les difficultés de chacun à affirmer sa présence au lycée.

Les élèves réagissent

De potentiels porteurs de projets

Les habitants du lycée ne sont venus à la réunion ni en détracteurs ni en spectateurs. Ils se positionnent d’ores et déjà comme participants, et formulent au cours de la discussion des idées innovantes. D’abord mitigés sur le projet du foyer, ils s’attachent vite à élucider les questions concrètes de faisabilité. Leur circonspection initiale face à notre projet de gestion du foyer traduit le fait que nous avons abordé ce problème lancinant par un angle inhabituel pour eux. La rapidité avec laquelle certains habitants du lycée adoptent la démarche de projet est un encouragement pour la suite de la résidence.

Publicités

Une réponse à “Engager les habitants du lycée dans une démarche de projet

  1. Bonjour,
    D’abord un grand bravo pour une belle dynamique qui anime le Conseil d’administration de votre lycée, ou devrai-je plutôt dire de Nôtre lycée car je suis parente d’élève et Fuxéenne.
    Je souhaite y apporter ma contribution, et vous envoyer ultérieurement plus d’infos sur qui je suis, et ce que je pourrai partager avec votre équipe, pour concrétiser vos projets.
    Solidairement vôtre
    Darna Men au 05 61 01 71 35

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s