Prototypage du projet de signalétique poétique : une expérimentation avec la classe de seconde 11

L’enjeu : renforcer le sentiment d’appropriation des lieux

M.Duport, professeur de lettres, nous invite à participer à son cours avec la classe de seconde 11 pour mettre en œuvre le projet de signalétique poétique, qui consiste à faire écrire aux élèves, sur des plaques de rues en bois peintes à la peinture à craie, des noms de rues imaginaires. L’enjeu de ce dispositif est de matérialiser le lien des élèves à l’établissement et de renforcer le sentiment d’appropriation des lieux. C’est aussi une façon de caractériser visuellement des espaces scolaires relativement uniformes.

Les résidents travaillent avec la seconde 11 et leur professeur de lettres

Nous expliquons aux élèves : C’est un peu comme si vous étiez le maire de la ville, et que vous deviez nommer les lieux pour qu’on puisse se repérer ». A la question « Avez-vous des expressions bien à vous pour parler de certains lieux du lycée, comme le hall, la cantine, certains couloirs ? », peu de réactions se font entendre. Nous cherchons à les guider : « Quand tu es à la cantine, qu’est-ce que tu ressens ? Faire la queue, c’est un peu fastidieux non ? » Mais leur enseignant habitué à gérer sa classe, organise immédiatement les cadres du travail collectif. Par groupes de trois, les élèves cherchent des expressions pour qualifier une sélection de lieux. Ensuite, chaque groupe lit ses trouvailles et les écrit au tableau.

Les élèves travaillent en groupes

Des noms de rues imaginaires

Les élèves suggèrent de renommer la cantine, « Place de la Nécessité » ou « Place du Marché ». Le coin fumeur devient la « Rue Gainsbourg ». Le couloir de maths provoque la controverse : « C’est la Rue de la Perdition ! » « La Rue sans Issue »  tandis qu’une élève s’oppose « C’est la Rue de l’Amour ». Mystérieux. Le bureau de la vie scolaire est unanimement condamné « C’est le commissariat », la « Rue de la Fin, parce que quand t’y vas, c’est la fin de tout et le début des problèmes. » Ici, M.Duport suggère que nous laissions la vie scolaire en dehors de l’exercice.

Les élèves inscrivent leurs trouvailles au tableau

Accrochage des panneaux de rue dans le lycée

Les élèves s’accordent sans trop de peine sur les noms de rue qu’ils souhaitent retenir. Chaque groupe se charge de dessiner sur une feuille blanche un panneau de rue temporaire, et nous partons pour un tour du lycée. Le choix de l’endroit où accrocher le panneau est à chaque fois médité et discuté. Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faut un endroit bien visible, mais qui respecte la signalisation des rues traditionnelles. Alors que nous sommes en train de baptiser la cantine, nous rencontrons le chef cuisinier, qui s’enthousiasme. Il avait fait des jeux similaires quand il travaillait en colonie de vacances « Pour sécuriser les gamins qui avaient peur d’aller d’un endroit à l’autre, on rebaptisait les lieux. Vous pourriez changer le nom de la cantine selon le menu ! Restaurant italien par exemple ! »

Les toilettes sont rebaptisées Place du Soulagement

Quelle suite au prototype ?

Quelle suite pour ce prototype ? La réalisation des plaques de rue est simple, et nous allons voir jusqu’à quel point les porteurs de projets potentiels veulent porter l’expérimentation.

Le choix de l'emplacement, une décision collective

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s