Lycée Haute Qualité Humaine / Deuxième semaine de résidence

Le temps d’immersion et d’observation étant terminé, cette deuxième semaine de résidence se partage entre réflexion et expérimentation.

Les différents projets prennent leurs marques et se développent en coopération avec l’équipe de l’établissement et les personnes ressources d’ associations du territoire.

> Vélobus

Des vélos ont été loués pour tester avec des lycéens volontaires la pertinence du projet sur cette session.

Un repérage de l’itinéraire qui avait déjà était réalisé sur la première semaine de résidence est réétudié et précisé avec Christophe Bader, enseignant du lycée, et Hervé Fleichmann, membre de l’association Vél’oxygène. Nous essayons d’identifier à la fois le trajet le plus court, les passages risqués ou difficiles, les séquences de parcours les plus agréables possible en essayant d’éviter de trop forts dénivelés. Une quinzaine d’internes se portent volontaires pour expérimenter l’itinéraire « test » liant le lycée Croix Cordier, lieu de scolarité et le lycée Gustave Eiffel, lieu d’hébergement des élèves.

Pour le premier trajet, le membre de Vél’oxygéne nous cadre dans la conduite de ce parcours collectif et se révèle pouvoir constituer une ressource très pertinente pour l’appropriation de la suite de ce projet par l’établissement.

Le trajet s’effectue dans la bonne humeur, c’est aussi un vrai moment de défoulement. Pour 20 à 25 minutes de vélo contre 45 minutes en bus, le parcours s’avère moins long et fastidieux. Au total sur la semaine, nous aurons effectué 5 trajets « test » avec une variation de deux itinéraires. Le premier passant par la périphérie, le second par le centre de Reims. Effectuant ce trajet, nous ressentons le fort besoin d’autonomie des lycéens sur la gestion de leur parcours, ce qui posera inévitablement la question des responsabilités individuelles et la possibilité pour eux d’utiliser ces vélos sur des trajets plus libres, si le projet est pérennisé par l’établissement

En parallèle, un temps d’échange abordant différentes possibilités de développement se poursuit avec le proviseur du lycée et les associations impliquées. Donnant des moyens de transport collectif plus réactifs à l’établissement, les vélos, à la fois, moyen de locomotion et de plus grande autonomie, peuvent avoir plusieurs utilisations dans le cadre de sorties pédagogiques, visites découvertes et culturelles.

Dans notre brainstorming, nous imaginons la création d’un atelier « vélo kitchen » permettant d’entretenir et réparer les vélos pendant les pauses.

Ce midi, les résidents partagent un repas avec les internes, deux invités, un représentant de Vél’oxygène et une responsable de l’espace jeune de La Maison des associations de Tinqueux, et le proviseur du lycée.

Éclats de rire, échanges d’impressions, chacun fait le bilan de cette expérience.

Les élèves sont globalement très motivés par la perspective d’une suite durable au projet de « vélobus », pour le gain de temps en regard de transports en bus, pour le rapport direct à la traversée de la ville dans sa vie de tous les jours et par l’idée d’acquérir plus d’autonomie et de liberté dans la gestion de leurs déplacements.

Sur les quinze participants, un élève a glissé lors d’un des trajets qui s’est fait sous une pluie drue, et s’est foulé le poignet. Cela nʼa pourtant démotivé personne, chacun semble faire la part des choses sur les aléas possibles de ce type de pratiques. Il s’agit surtout de s’organiser et de prendre conscience collectivement des risques à gérer.

Pour la plupart, l’effort physique de ces trajets en vélo est un des points de motivations. C’est la dimension défouloir et ce qui amène certains à dire que les jours de pire intempéries, ils continueront de pratiquer le bus. Il s’agit bien de maintenir un libre choix.

Mais les vélos demandent une maintenance, nous cherchons des solutions. Une hypothèse est celle d’un club associatif pour la maintenance et la responsabilisation individuelle des futurs utilisateurs dʼun vélo qui leur serait attitré. Il a même été évoqué la possibilité de pouvoir acquérir le vélo, à moindre coût à la fin du cycle scolaire.

Quelques lycéens déclarent avoir déjà une capacité technique à entretenir les vélos, ce qui amène l’animateur de vél’oxygène à convier les lycéens qui le voudraient à sʼinvestir dans une opération de sensibilisation urbaine de « contrôle technique gratuit » sur une des grandes places de Reims.

Les lycéens présent se disent prêt à s’engager en s’impliquant dans un groupe de travail pour la suite du projet.

Le contact est désormais bien établis entre vél’oxygène et l’établissement, l’association pourrait accompagner certains aspects de la structuration du projet.


Une autre rencontre importante a eu lieu entre le proviseur et La Maison des associations. Des pistes de coopérations entre les deux structures pourraient voir le jour.

Lʼaction est lancée. La réflexion autour de ce projet continue.

À suivre …

Publicités

Une réponse à “Lycée Haute Qualité Humaine / Deuxième semaine de résidence

  1. éléonore bauduin

    bonjour,
    je suis une éléve qui a aidé a l’expérimentation et je pence que c’est un projet trés intérressant.
    c’est pratique et cela nous fait un gain de temps, c’est toujours mieu que le bus!
    donc j’espére que ce concepte sera suivie jusqu’au bout!
    a bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s