L’après Transfo : critères de succès (1/3)

Le 16 février, les participants au programme La Transfo étaient réunis à Paris pour une première journée "Inter-transfo". Rappelons que le programme La Transfo vise à aider 5 Régions à tester en 3 ans l’apport d’un laboratoire d’innovation "embarqué", mobilisant sociologie de terrain, ethnologie, design de services, tests et "prototypage de politiques publiques", etc.

L’objectif de ces rencontres est de construire l’après-Transfo, mais elles sont aussi bien sûr l’occasion d’échanger sur le déroulement des programmes en cours dans 3 Régions (Bourgogne, Champagne-Ardenne et Pays de la Loire). A terme, 5 régions devraient participer à la Transfo, et d’autres suivent aussi de près le travail qui y est mené.

Plusieurs "observateurs" de Provence Alpes Côte d’Azur, Rhône Alpes et Nord-Pas de Calais. étaient ainsi présents jeudi, aux côtés des représentants des Régions participantes, des équipes de résidents et de l’équipe permanente de la 27e Région.

L’échange d’expérience entre les parties prenantes aux trois programmes en cours s’est organisé autour de deux questions : quels seraient les indicateurs de succès du programme ? Quels sont les facteurs de réussite pour y parvenir, ou au contraire les principaux obstacles à lever ?

Le débat autour des indicateurs de succès du programme a donné l’occasion aux participants de s’exprimer sur les objectifs du projet. Des objectifs qui se précisent et s’harmonisent peu à peu, et sont exprimés d’une manière plus sensible désormais, ayant été mis à l’épreuve de la réalité.

Ainsi l’objectif d’appropriation et de diffusion en interne des méthodes proposées par la 27e Région prend une tournure concrète, des propositions émergent concernant l’évolution de la gouvernance interne et la pérennisation du changement : "embaucher des agents designers", "instaurer une double appartenance des agents, fonctionnelle et transversale", "intégrer les nouvelles méthodes à l’évaluation professionnelle des agents".

Autrement formulé, le souhait qu"au terme de la Transfo, parler des choses à améliorer ne soit plus un problème" montre toute l’ambition du projet.

Une Transfo réussie, ce serait aussi, du point de vue des agents et des résidents, une notoriété qui dépasse les personnes directement impliquées dans le programme. Les participants soulignent qu’il est difficile d’expliquer la Transfo (une petite vidéo peut néanmoins vous y aider), surtout à des collègues enclins à penser que l’on s’y amuse. Et si c’était le cas ?

La discussion se déplace ensuite logiquement sur les conditions de la réussite, que l’on peut résumer ce qui pourrait être les points clés d’un "contrat de confiance" de la Transfo, visant à créer un climat de bienveillance vis-à-vis du projet :

- Portage politique par un groupe d’élus : faut-il par exemple qu’un élu porte une délégation à la Transfo ? ou bien qu’une commission d’élus ait en charge la Transfo ?

- Implication de la direction générale : le/la directeur/trice général(e) des services, en particulier, soutient-il la Transfo ? L’intègre t-il/elle dans la stratégie, le management ?

- Construction d’un discours pédagogique autour du programme : chacun au sein de l’organisation met-il le même sens derrière les expressions utilisées dans la Transfo ? A t-on pris soin d’expliquer les notions de design, innovation sociale, ethnologie, et les méthodes qui s’y rattachent ?

- Participation des agents (temps et espaces réservés) : du temps a t-il été libéré dans le quotidien des agents pour participer à la Transfo ? peuvent-ils y prendre part une semaine complète, ou plusieurs jours successifs ? comment rassurer l’encadrement sur ce temps "hybride", entre formation, recherche, action, qui peut paraître accessoire mais est au coeur du travail des agents et des politiques dont ils ont la charge ?

- Création de conditions propices à l’expression libre des agents : les agents peuvent-ils s’exprimer sans l’autorisation préalable de la hiérarchie ? comment convaincre agents et encadrement qu’il est possible de trouver un ton pour parler des améliorations possibles, et ce sans contrevenir à l’obligation de réserve ?

- Complicité de tous les services : les équipes de la Transfo ont-elles la possibilité de travailler avec tous les services, opérationnels et fonctionnels, sans restriction ?

- Multidisciplinarité au sein de l’équipe de résidents et des agents participants : les professionnels, agents et élus qui participent à la Transfo ont-ils des profils suffisamment variés, permettant une multiplicité des points de vue, et une vision plus ouverte des projets ?

Prochain billet : L’après Transfo, les scénarios  (2/3)

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s